Une digue de  m de long, si­tuée à  m de la côte et dont la crête se­ra im­mer­gée à  m de pro­fon­deur

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Métropole Toulonnaise -

‘‘ La priorité ab­so­lue, c’est la sau­ve­garde du tom­bo­lo ouest, avec des contraintes de sé­cu­ri­té et de main­tien maxi­mum des ac­ti­vi­tés nau­tiques ” Jean-Pierre Gi­ran, maire d’Hyères

Le con­seil mu­ni­ci­pal d’Hyères s’est réuni hier à titre pri­vé pour prendre connais­sance de l’étude du ca­bi­net d’in­gé­nie­rie Ar­te­lia (plus d’un an de tra­vail) et des so­lu­tions pro­je­tées. « Les diag­nos­tics sont pra­ti­que­ment les mêmes qu’il y a quelques an­nées. Comprendre les rai­sons de l’éro­sion, n’estce pas une perte de temps ? On les connaît de­puis long­temps... », a fait re­mar­quer Pa­trick Col­let (Ras­sem­ble­ment na­tio­nal). Ce à quoi les chefs de pro­jet Cy­rielle Cay­rol et Ma­rie Cou­tos-Thé­ve­not ont ré­pon­du qu’il fal­lait af­fi­ner la com­pré­hen­sion de la cou­ran­to­lo­gie et des trans­ferts de sen­ti­ments, et la va­li­der par une mo­dé­li­sa­tion nu­mé­rique. Isa­belle Mont­fort, conseillère mu­ni­ci­pale de la ma­jo­ri­té et pré­si­dente du parc na­tio­nal de Port-Cros a, elle, sol­li­ci­té des com­pa­ra­tifs tech­niques, en­vi­ron­ne­men­taux et fi­nan­ciers pour les di­vers scé­na­rii. Avant de pré­sen­ter la so­lu­tion re­te­nue, un brise-lames ou at­té­nua­teur de houle, a été ex­clu le choix d’un ou­vrage de fixa­tion du front de mer comme on en trouve sur la fa­çade atlantique (La­ca­nau). « Ce se­rait la pro­tec­tion maxi­male si on dé­ci­dait de pro­té­ger la route du sel coûte que coûte, mais ce­la pro­vo­que­rait à terme la dis­pa­ri­tion de la plage », ont dit les chefs de pro­jet. Ce qui n’est pas le but re­cher­ché, la plage de l’Al­ma­narre étant la si­gna­ture de la ville d’Hyères. Après plu­sieurs mo­dé­li­sa­tions par or­di­na­teur (pro­pa­ga­tion de houle, ob­ser­va­tion des cou­rants gé­né­rés et des dé­gâts en­re­gis­trés sur le li­néaire cô­tier), le choix d’Ar­te­lia se porte sur une digue longue de 450 m, large de 10 m, si­tuée à 150 m en mer, pa­ral­lèle à la côte, et dont la crête se si­tue­ra à 1 m en des­sous du ni­veau de l’eau. L’ob­jec­tif est d’at­té­nuer le dy­na­misme de la houle et des cou­rants pour frei­ner l’éro­sion ; ob­ser­ver le ré­en­grais­se­ment na­tu­rel de la plage (ou pas), de part et d’autre de l’ou­vrage. Pour re­te­nir ce mo­dèle, trois types de tem­pêtes ont été re­te­nues : la lar­gade dé­cen­nale de sud-ouest, la cote an­nuelle de mis­tral et la tem­pête du 4 mars 2017. « En com­pa­rant les re­le­vés, on sait que la digue sé­cu­ri­se­ra la zone sen­sible (1), ont no­té les chefs de pro­jet. Mais on reste humble sur les ef­fets qu’elle gé­né­re­ra sur le trans­port des sé­di­ments. Le pro­jet, chif­fré à 2,50 M€, com­prend un sui­vi qui pour­rait consis­ter en un re­haus­se­ment de digue, un ral­lon­ge­ment ou des digues com­plé­men­taires. Rien n’est fi­gé. Le dé­but des tra­vaux est es­pé­ré d’ici 12 à 18 mois, a confié Jean-Pierre Gi­ran, maire d’Hyères : « Nous abor­dons cette ques­tion de fa­çon res­pon­sable, non dé­fi­ni­tive, car comme tou­jours en ma­tière d’en­vi­ron­ne­ment, il n’y a pas de so­lu­tion idéale ». L’avant­pro­jet se­ra sou­mis à au­to­ri­sa­tion des ser­vices de l’État, no­tam­ment sur l’ef­fet pré­vi­sible de l’ou­vrage sur les her­biers de po­si­do­nie. 1. Des bornes B7 à B12, entre le nord et la par­tie cen­trale du li­néaire cô­tier.

(Pho­to DR)

La mo­dé­li­sa­tion nu­mé­rique d’Ar­te­lia concerne l’en­semble du golfe de Giens, face à l’Al­ma­narre.

(Pho­to Frank Mul­ler)

Ma­rie Cou­tos-Thé­ve­not et Cy­rielle Cay­rol, chefs de pro­jet du ca­bi­net Ar­te­lia, en­cadrent le maire d’Hyères Jean-Pierre Gi­ran, hier lors de la pré­sen­ta­tion du pro­jet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.