Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël)

La cin­quan­tième hur­lante

- * Vain­queur en 2004, l’Ita­lien Leo­nar­do Ber­ta­gnol­li a été dé­clas­sé pour do­page. Raymond Poulidor · France · Dalloz · Netherlands · Nineteen Eighty-Four · Nice · Italy · Switzerland · Luxembourg · Monaco · Rhine-Main Airport · Thomas Voeckler · Colombia 2015 · Mercier · Arthur Vichot

1969 : R. Pou­li­dor (FRA) 1970 : R. Gre­lin (FRA) 1971 : D. Le­tort (FRA) 1972 : F. Ver­beeck (BEL) 1973 : J. Zoe­te­melk (NED) 1974 : G. Kars­tens (NED) 1975 : R. De­lisle (FRA) 1976 : F. Ver­beeck (BEL) 1977 : B. Thé­ve­net (FRA) 1978 : F. Maer­tens (BEL) 1979: J. Zoe­te­melk (NED) 1980 : P. Si­mon (FRA) 1981 : J. Bos­sis (FRA) 1982 : S. Kel­ly (IRL) 1983 : J. Zoe­te­melk (NED) 1984 : E. Ca­ri­toux (FRA) 1985 : C. Mot­tet (FRA)

 : Créa­tion de la course. Elle se dé­roule en un jour et va de Nice à Seillans.

 : La course s’ins­talle dans le Var et de­vient Dra­gui­gnan-Seillans.

 : La com­pé­ti­tion prend le nom de Tour du Haut Var.

 : Le Tour du Haut Var de­vient le Tour du Haut Var­ma­tin. 1986 : P. Si­mon (FRA) 1987 : R. Gölz (ALL) 1988 : L. Roo­sen (BEL) 1989 : G. Rué (FRA) 1990 : L. Le­blanc (FRA) 1991 : E. Ca­ri­toux (FRA) 1992 : G. Rué (FRA) 1993 : T.Cla­vey­ro­lat (FRA) 1994 : L. Bro­chard (FRA) 1995 : M. Liet­ti (ITA) 1996 : B. Bos­car­din (SUI) 1997: R. Mas­si (ITA) 1998 : L. Ja­la­bert (FRA) 1999 : D. Re­bel­lin (ITA) 2000 : D. Nar­del­lo (ITA) 2001 : D. Nar­del­lo (ITA) 2002 : L. Ja­la­bert (FRA) 2003 : S. Cha­va­nel (FRA) 2004 : M. Lotz (NED) 2005 : P. Gil­bert (BEL) 2006 : Non At­tri­bué* 2007 : P. Poz­za­to (ITA) 2008 : D. Re­bel­lin (ITA) 2009 : T. Voe­ck­ler (FRA) 2010 : C. Le Me­vel (FRA) 2011 : T. Voe­ck­ler (FRA) 2012 : Tier­nan-Lock (G-B) 2013 : A. Vi­chot (FRA) 2014 : C. Be­tan­cur (COL) 2015 : B. Gas­tauer (LUX) 2016 : A. Vi­chot (FRA) 2017 : A. Vi­chot (FRA) L’ac­tuel or­ga­ni­sa­teur de l’épreuve, Serge Pas­cal, se sou­vient par­ti­cu­liè­re­ment de l’an­née  : « Cette sai­son, on a eu le prince Al­bert à Dra­gui­gnan. Mo­na­co re­ce­vait le Tour de France l’an­née d’après, donc ils ve­naient voir l’or­ga­ni­sa­tion. Pen­dant un mois, la po­lice mo­né­gasque ve­nait pour re­pé­rer… Il ne fal­lait pas que je le dise. J’ai dû men­tir au maire de l’époque, Max Pi­sel­li ! Au fi­nal, il l’a su  heures avant. Je pense que c’est l’un des plus beaux sou­ve­nirs. Cette an­née-là, Re­bel­lin gagne. Il est ré­sident mo­né­gasque, donc c’est lui qui a re­mis la coupe. » Que re­pré­sente cette course pour vous ? Il y a cin­quante ans que je l’ai ga­gnée. À l’époque c’était Nice-Seillans, avec Moïse Pu­gi­nier à l’or­ga­ni­sa­tion. Il suf­fit de voir le pla­teau des par­ti­ci­pants : pra­ti­que­ment tous les meilleurs sont là.

Vous sou­ve­nez-vous de votre vic­toire, en  ? On par­tait de Nice et il tom­bait un peu de neige. On n’avait pas d’as­sis­tance, à l’époque. je me sou­viens de Re­né Ber­trand, qui te­nait un ma­ga­sin de cycles Mer­cier. Lors­qu’il a vu que j’étais fri­go­ri­fié et que je vou­lais aban­don­ner, il m’a dit: « non non, il va faire so­leil !». D’un point de vue ves­ti­men­taire, on n’avait pas tout le confort d’au­jourd’hui et on sen­tait plus le froid. Puis, je me suis re­quin­qué et j’ai ga­gné avec deux mi­nutes d’avance.

Quelles sont les par­ti­cu­la­ri­tés de cette épreuve ? Les pre­mières édi­tions étaient en al­ti­tude et il y avait sou­vent de la neige. C’est une course qui est très dif­fi­cile. Il y a des côtes sans ar­rêt, et le temps y fait beau­coup : est-ce qu’il y au­ra de la neige, du beau temps… On ne sait pas ! C’est une course très dis­pu­tée, il n’y a guère de temps mort. Ce­lui qui n’est pas en­traî­né au­ra du mal et ne pour­ra pas s’im­po­ser.

C’est un in­con­tour­nable du dé­but de sai­son ? Oui, bien sûr. Main­te­nant, c’est une clas­sique. On s’en aper­çoit vite lors­qu’on re­garde le pal­ma­rès.

Des cou­reurs vous ont plu ces der­nières an­nées ? Évi­dem­ment. Je me sou­viens d’une an­née où Ja­la­bert avait ga­gné. Il condui­sait pra­ti­que­ment ! (rires). Ou ce­lui qui s’est im­po­sé l’an der­nier, Ar­thur Vi­chot, qui était très bien.

De­puis votre vic­toire, votre rôle a bien évo­lué… Main­te­nant je suis le par­rain, l’in­vi­té d’hon­neur. Je suis dans une voi­ture, confor­ta­ble­ment ins­tal­lé ! (rires)

 ?? (Pho­tos P. Ar­nas­san, L. Bou­tria, F. Viale, F. Go­le­si, C. Cha­vi­gnaud et DR) ??
(Pho­tos P. Ar­nas­san, L. Bou­tria, F. Viale, F. Go­le­si, C. Cha­vi­gnaud et DR)

Newspapers in French

Newspapers from France