Fré­jus/St-Ra­phaël se sé­pare de son coach Ca­be­zas

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - La Une - EN­TRE­TIEN RÉA­LI­SÉ PAR LAURENT SE­GUIN

Dans un pe­tit jour, le Spor­ting Tou­lon a do­mi­né le Hyères d’un ex­cellent Res­sa avec réus­site (-). In­suf­fi­sant car dans le même temps Ma­ri­gnane-Gi­gnac a fait le bou­lot en do­mi­nant Ber­ge­rac (-). Sta­tu quo en tête. Il fau­dra donc un mi­racle lors de la dernière jour­née car le lea­der dis­pu­te­ra un match des ex­trêmes à Paul­han-Pé­ze­nas, dé­jà re­lé­gué. De son cô­té le Spor­ting de­vra s’im­po­ser à Tarbes et am­bi­tion­ner de fi­nir au pire meilleur deuxième. En cou­lisses, la sen­sa­tion vient des bancs de touche où à la sur­prise gé­né­rale An­dré Blanc (Hyères) va suc­cé­der à Jean-Noël Ca­be­zas sur ce­lui de l’Etoile. Eton­nant tant l’an­cien bu­teur du Spor­ting avait fait du très bon tra­vail de­puis sa prise de fonc­tion...

Fi­dèle à son tem­pé­ra­ment, il choi­sit ses mots. Au té­lé­phone, le ton est comme tou­jours po­sé, mais Jean-Noël Ca­be­zas ne peut dis­si­mu­ler sa dé­cep­tion. Celle d’être « dé­bar­qué » d’un club qu’il en­traîne de­puis le mois de sep­tembre et le dé­part de Char­ly Pa­quillé. Celle d’être sur­tout rem­pla­cé alors qu’il pré­sente un ex­cellent bi­lan à la tête de l’Étoile.

Jean-Noël, vous de­viez ren­con­trer le pré­sident Alexandre Bar­be­ro ce lun­di. Qu’est-il res­sor­ti de ce ren­dez-vous ?

J’ai ap­pris qu’il fai­sait ve­nir un autre en­traî­neur pour la sai­son pro­chaine. Ce se­ra An­dré Blanc, l’en­traî­neur qui est au­jourd’hui à Hyères.

C’est une dé­ci­sion pour le moins sur­pre­nante. L’équipe a pour­tant ob­te­nu de bons ré­sul­tats de­puis que vous la di­ri­gez…

Je rap­pelle quand même que j’ai re­pris l’équipe pour la sau­ver de la des­cente et que les ré­sul­tats ve­nant on a fi­ni par pen­ser à la mon­tée. Alors on a ra­té un match à Mar­tigues (dé­faite -) qui nous a condam­nés pour l’ac­ces­sion en Na­tio­nal, mais toutes les sé­ries ont une fin. Et je tiens quand même à dire que si je fais mon bi­lan de­puis que je suis à la tête de l’équipe nous sommes pre­miers.

Au de­là du bi­lan comp­table, il y a le jeu et l’état d’es­prit dont vous nous avez sou­vent par­lé. Le groupe sem­blait bien vivre…

Oui, le ves­tiaire vi­vait bien. Les joueurs étaient heu­reux de ve­nir à l’en­traî­ne­ment. Il y avait un cli­mat de confiance.

À propos de confiance, vous vous sen­tez tra­hi ?

Tra­hi peut-être pas, mais je suis dé­çu et je le suis aus­si de l’ap­prendre comme ça, à une se­maine de la fin du cham­pion­nat.

Vous avez aver­ti vos joueurs ?

Oui, ils sont au cou­rant et ça avait dé­jà com­men­cé à fui­ter sur les ré­seaux so­ciaux.

Vous êtes amer ?

Non, j’ai juste une fois de plus l’im­pres­sion que ça des­sert d’être trop « ré­glo » dans la vie. Mais je ne vais pas chan­ger ma ma­nière d’être.

Un mot sur votre ave­nir ?

Le pré­sident m’a pro­po­sé de res­ter au club, mais bon… Vous sa­vez, j’ai re­çu des pro­po­si­tions voi­ci trois ou quatre mois et je les ai dé­cli­nées en pen­sant construire sur la du­rée ici. On avait com­men­cé à tra­vailler sur la sai­son pro­chaine avec le staff. Je suis aus­si dé­çu pour eux. Mais on va es­sayer d’être pro­fes­sion­nels jus­qu’au bout. On a mon­tré une belle image, il faut bien fi­nir.

(Pho­tos L. Mar­ti­nat et Ph. Ar­nas­san)

No­tam­ment pas­sé par Cler­mont (Ligue ), Jean-Noël Ca­be­zas a réus­si ses pre­miers mois à la tête de l’Étoile qui vient pour­tant de dé­ci­der de le rem­pla­cer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.