Une nou­velle mai­son d’en­fants à ca­rac­tère so­cial

Neuf jeunes confiés à l’Aide so­ciale à l’en­fance ont élu do­mi­cile de­puis le dé­but de l’an­née dans une struc­ture d’ac­cueil neuve : Le Nid. Avec pour pro­jet de dé­ve­lop­per leur au­to­no­mie

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - La Une - M. B. mbes­cond@ni­ce­ma­tin.fr

Que Le Nid vive long­temps ! Avec un confort op­ti­mal

pour les en­fants ! » Ain­si concluait Pa­tri­cia Ar­nould, conseillère dé­par­te­men­tale du Var et pré­si­dente de la com­mis­sion de sur­veillance du Centre dé­par­te­men­tal de l’en­fance (CDE, lire en­ca­dré), hier, son dis­cours inau­gu­ral de la nou­velle mai­son d’en­fants à ca­rac­tère so­cial (Mecs) de Dra­gui­gnan, ou­verte de­puis jan­vier.

Des jeunes de  à  ans

« Ici, nous ac­cueillons des mi­neurs sur dé­ci­sion ju­di­ciaire ou ad­mi­nis­tra­tive, dans le cadre de la pro­tec­tion de l’en­fance. » Houa­ria Be­gher­sa est di­rec­trice par in­té­rim du Centre dé­par­te­men­tal de l’en­fance (CDE). Et elle ne fait pas ce mé­tier par ha­sard. « Je tra­vaille dans le ser­vice pu­blic. C’est-à-dire, par dé­fi­ni­tion, l’aide en di­rec­tion des autres, de ceux qui sont en dif­fi­cul­té. C’est ce qui me plaît. » Hier ma­tin, l’heure était donc au le­ver de ri­deau sur cette nou­velle mai­son d’en­fants à ca­rac­tère so­cial (Mecs) bap­ti­sée Le Nid. Ces struc­tures qui re­lèvent de la com­pé­tence du Dé­par­te­ment ont l’ha­bi­li­ta­tion pour re­ce­voir des en­fants confiés à l’Aide so­ciale à l’en­fance (ASE). Ini­tia­le­ment si­tuée dans le quar­tier Saint-Her­men­taire, la struc­ture avait été contrainte de se re­lo­ca­li­ser au Mal­mont, suite aux inon­da­tions de 2010. « Mais nous étions un peu à l’étroit », poursuit la di­rec­trice. Avant d’in­ves­tir ces lo­caux flam­bant neufs au n°8 de la place Gilles-Ro­let­to. « Au sein de cette Mecs, nous ac­cueillons des jeunes de 15 à 18 ans en moyen sé­jour. Par­fois sur plu­sieurs an­nées. Ac­tuel­le­ment, ils sont neuf. Ces en­fants ont été éva­lués et orien­tés vers un pro­jet de main­tien en struc­ture col­lec­tive. »

Et de pour­suivre : « L’une des règles qu’on leur in­culque, c’est qu’il faut ap­prendre à se dé­brouiller avec les moyens que l’on a. Et là, avec cette struc­ture, on en a de beaux », sou­riait la di­rec­trice, clai­re­ment ra­vie de ce nou­vel ou­til.

Un lieu adap­té

La Mecs com­prend trois étages. À l’in­té­rieur, ça sent le neuf. Dans l’es­ca­lier, des car­reaux co­lo­rés donnent le ton. Le rez-de-chaus­sée com­prend les bu­reaux du per­son­nel (huit édu­ca­teurs, deux maî­tresses de mai­son et trois veilleurs de nuit). Tan­dis que les deux étages sont dé­diés à la vie des jeunes. On y re­trouve des chambres fonc­tion­nelles avec WC et salle de

bains in­di­vi­duelles, mais aus­si

deux cui­sines col­lec­tives. « Dans cette Mecs, nous tra­vaillons sur leur au­to­no­mie. C’est ce qu’on ap­pelle notre pro­jet de ser­vice. Parce que le constat est là : lorsque les en­fants sortent du dis­po­si­tif de pro­tec­tion de l’en­fance pour en­trer dans le droit com­mun, c’est com­pli­qué pour eux. » Les cui­sines ont une vo­ca­tion pé­da­go­gique, «ils se font eux-mêmes à man­ger, se dé­brouillent pour faire leurs courses. On leur ap­prend à se nour­rir. Et puis on tra­vaille sur leur in­ser­tion so­cio­pro­fes­sion­nelle pour construire des pro­jets de vie, en les ai­guillant no­tam­ment vers les struc­tures adap­tées à leurs be­soins. Ils se rendent à l’école seuls. Uti­lisent les trans­ports en com­mun, etc. » D’où l’im­por­tance, aus­si, d’im­plan­ter une telle struc­ture en centre-ville, « avec tous les ser­vices à proxi­mi­té. On a une chance in­ouïe d’être là ! ». Tout le monde semble ra­vi d’être ins­tal­lé dans ces nou­veaux lo­caux, en­fants comme per­son­nel en­ca­drant. Vir­gi­nie, édu­ca­trice spé­cia­li­sée,

confirme : « Tout se passe très bien ! Nous sommes là de­puis jan­vier. On prend nos marques. Les choses se mettent en place au fur et à me­sure. » Et d’abor­der le coeur de

son mé­tier : « Ici, on ac­com­pagne les jeunes dans tous les gestes de la vie quo­ti­dienne, sur tous les plans, qu’ils soient psy­cho­lo­giques ou édu­ca­tifs. L’ob­jec­tif, c’est qu’une fois sor­tis, ils puissent se dé­brouiller seuls. On les porte. Mais l’une des dif­fi­cul­tés pour nous, c’est que l’on ne doit pas non plus se rendre in­dis­pen­sable. » Ga­geons que ces jeunes trou­ve­ront dans ces lieux tout le confort à leur épa­nouis­se­ment.

‘‘ Nous tra­vaillons au­tour de l’au­to­no­mie des jeunes ”

(Pho­tos M. B.)

Inau­gu­rée hier, la nou­velle mai­son d’en­fants à ca­rac­tère so­cial ac­cueille neuf jeunes avec un pro­jet ba­sé au­tour de l’au­to­no­mie, no­tam­ment grâce à des cui­sines col­lec­tives pédagogiques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.