SNCF: PLUS DE GUI­CHET AUX ARCS

La CGT l’a ap­pris lors d’une réunion, la SNCF nous l’a confir­mé : la gare des Arcs ne dis­po­se­ra plus des gui­chets de vente de billets. En dé­cembre pense le syn­di­cat, en 2019 pour l’en­tre­prise

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - La Une - RO­MAIN ALCARAZ 1. D’autres gares de l’Est-Var pour­raient su­bir le même genre de me­sure. La liste n’est pas en­core dis­po­nible, mais Bou­lou­ris, à Saint-Ra­phaël, pour­rait éga­le­ment perdre ses gui­chets.

Il faut vivre avec son temps. C’est en sub­stance la ligne de dé­fense que dé­ploie la SNCF face aux at­taques de la CGT. Une en­tre­prise d’un cô­té, un syn­di­cat de l’autre. Et au mi­lieu : les usa­gers de la gare des Arcs. Ces der­niers, bien­tôt pri­vés de gui­chet de vente, se­ront donc pro­chai­ne­ment in­vi­tés à ef­fec­tuer leurs achats de billets de train sur In­ter­net. « Ou par té­lé­phone

au 3635 », com­plète Jean-Fran­çois Pres­tard, di­rec­teur de la com­mu­ni­ca­tion de l’en­tre­prise en Pa­ca. Sans ou­blier, pour être com­plet, les bornes au­to­ma­tiques qui res­tent en place dans le hall de la gare. Une pré­sence mé­ca­nique qui fe­ra dire au cadre de l’en­tre­prise : « On n’aban­donne pas les clients. » Ces moyens al­ter­na­tifs ne trouvent néan­moins pas grâce aux yeux d’Eric Fran­cio­si, se­cré­taire gé­né­ral du syn­di­cat CGT che­mi­nots des Arcs. «On a du mal à ima­gi­ner qu’une gare de cette taille, avec une fré­quen­ta­tion im­por­tante toute la jour­née, qui aug­mente en pé­riode es­ti­vale, puisse ne plus avoir de gui­chet. » Et pour­tant…

« La stra­té­gie de la SNCF oriente les ha­bi­tudes »

Et pour­tant c’est bien le but que pour­suit la SNCF. «Pas avant

2019 », as­sure-t-on quand la CGT avance un dé­lai bien plus court (« dé­cembre »). Mais le pro­jet n’est pas dé­men­ti. « C’est une étude que nous me­nons ef­fec­ti­ve­ment ici et ailleurs(1). La gare des Arcs est certes fré­quen­tée l’été, mais sur

l’an­née en­tière, le nombre de client ve­nant y ache­ter son ti­cket n’est pas éle­vé », es­time Jean-Fran­çois

Pres­tard. Il pour­suit : « Il faut nous adap­ter aux usages des gens. Ils ré­servent dé­sor­mais da­van­tage via les ou­tils di­gi­taux. Il ne faut pas uti­li­ser l’ar­gent pu­blic sur des postes qui cor­res­pondent à un mode de consom­ma­tion peu uti­li­sé. » N’y au­rait-il plus per­sonne aux gui­chets de la gare des Arcs ?

C’est loin d’être l’avis d’Eric Fran­cio­si. « La stra­té­gie ne s’adapte pas aux ha­bi­tudes, elle oriente les ha­bi­tudes. » Et ef­fec­ti­ve­ment, sans gui­chet, il est fort à pa­rier que la fré­quen­ta­tion des gui­chets di­mi­nue…

Les élus ap­pe­lés à prendre po­si­tion

« On est dans la droite ligne du désen­ga­ge­ment de l’État des ser­vices

pu­blics, re­grette-t-il. La réforme du fer­ro­viaire pro­duit dé­jà ses pre­miers ef­fets. » La CGT ne compte évi­dem­ment pas en res­ter là. « Cette dé­ci­sion, c’est une hé­ré­sie, ça ne par­ti­cipe pas à l’amé­lio­ra­tion du ser­vice pu­blic. » Du coup, les ac­tions en­vi­sa­gées sont nom­breuses. « Dé­jà, nous irons à la ren­contre des usa­gers de la gare, mar­di ma­tin, afin de les in­for­mer. Nous ren­con­tre­rons éga­le­ment les che­mi­nots. En­fin, nous de­man­de­rons aux élus de se po­si­tion­ner sur cette nou­velle at­taque faite aux ser­vices pu­blics du ter­ri­toire.» Aux Arcs, la co­lère de la CGT vient d’en­trer en gare.

Dy­lan Meif­fret)

La CGT tire le si­gnal d’alarme : la SNCF pré­voit la dis­pa­ri­tion des gui­chets en gare.(Photo

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.