Chan­tal Lau­by ra­conte Gil­das

Le jour­na­liste em­blé­ma­tique des an­nées Nulle part ailleurs sur Ca­nal + s’est éteint dans la nuit de sa­me­di à di­manche. Il avait 82 ans. Sou­ve­nirs de té­lé­vi­sion, de Corse et d’éclats de rire…

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - La Une - FRANCK LE­CLERC fle­clerc@ni­ce­ma­tin.fr

La ra­dio était sa vie. À éga­li­té avec la té­lé. Point de sa­lut hors des stu­dios ou des pla­teaux, si­non dans le sud de la Corse où il s’était aven­tu­ré, ma­rié, puis ins­tal­lé. C’est dans le golfe de Porto-Vec­chio et nulle part ailleurs que, de­puis les an­nées quatre-vingt, Phi­lippe Gil­das culti­vait son sens ai­gu de l’ami­tié. Ce cor­saire du mi­cro, pas­sé de l’in­fo au talk-show, s’amu­sait vo­lon­tiers de son iti­né­raire de Bre­ton contra­rié, grand amou­reux de la Mé­di­ter­ra­née. De Belle-Île-en-Mer à l’Île de Beau­té, un trait d’avion, d’hu­mour, de plume. « Vous pou­vez éteindre votre té­lé­vi­sion. » Ain­si s’ache­vait l’al­ma­nach de Nos an­nées Nulle part ailleurs, pu­blié en 2014 chez Flam­ma­rion, dont Phi­lippe Gil­das était ve­nu par­ta­ger le sou­ve­nir des bons mo­ments à Nice, où nous l’avions ren­con­tré. Sans Ma­ryse, sa muse. Mais la tête pleine de ses com­pa­gnons de route. An­toine de Caunes. La bande des Nuls : Alain Cha­bat, Do­mi­nique Far­ru­gia et bien sûr Chan­tal Lau­by, pas­sée par Cannes avec le re­gret­té Bru­no Ca­rette. Mais en­core Di­dier l’Em­brouille, OuinOuin, Pine d’Huître et la su­blime Clau­dia Chif­fon sous les traits pas­sa­ble­ment gri­més de l’ex­cellent Jo­sé Gar­cia.

- : les an­nées NPA

Ces an­nées NPA consti­tuaient « in­con­tes­ta­ble­ment le plus grand plai­sir de (son) exis­tence ». La pe­tite fe­nêtre « en clair » étant «un coup de chance in­croyable », puis­qu’il s’agis­sait au tout dé­but d’un exer­cice im­po­sé. L’idée étant d’oc­cu­per une tranche non cryp­tée pour sa­tis­faire « cer­tains dé­pu­tés de gauche » qui ne sup­por­taient pas qu’une chaîne soit payante. «Le clair, c’était notre pu­ni­tion!» , ré­su­mait Phi­lippe Gil­das. A l’ar­ri­vée : la pos­si­bi­li­té d’in­ven­ter une nou­velle fa­çon de faire de la té­lé­vi­sion. Le duo De Caunes-Gar­cia, « un couple im­pro­bable, ca­pable de tout », au­ra consti­tué dans cette dé­cen­nie d’éclats de rire «une sorte d’apo­théose ». Avec les Gui­gnols dont se sont plaints quelques in­té­res­sés. Sa­gan qui ne sup­por­tait pas sa ma­rion­nette. Ou John­ny, «fu­rieux » d’être re­pré­sen­té avec un si grand nez. « Ce qu’il n’a pas man­qué de dire naï­ve­ment, comme l’en­fant qu’il (était) res­té», un jour où le ro­cker était de pas­sage sur le pla­teau mar­bré de Ca­nal. « Un sei­gneur des mé­dias, un prince de l’ami­tié », a ré­agi hier Jean-Pierre El­kab­bach, bou­le­ver­sé. « Un mo­dèle, un exemple pour toute une gé­né­ra­tion d’hommes et de femmes de notre pro­fes­sion », a sa­lué Jean-Pierre Fou­cault. Phi­lippe Gil­das avait quatre-vingt-deux ans, il en pa­rais­sait quinze de moins et son hu­mour en fai­sait un grand, un éter­nel ado­les­cent.

(Pho­to Ri­chard Ray)

En , lors de sa ve­nue à la Fnac Nice pour la pré­sen­ta­tion de son livre sur les an­nées Nulle part ailleurs.

(Pho­tos Mi­chel Luc­cio­ni, Ri­chard Ray)

> En , Phi­lippe et Ma­ryse Gil­das, en Corse. >

< < En , dans sa mai­son de Porto-Vec­chio.

= = Il y a quatre ans, de pas­sage à Nice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.