Bohemian Rhapsody : le bio­pic de Fred­die Mer­cu­ry

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - La Une - PHI­LIPPE DU­PUY

L’his­toire

À Londres, au dé­but des an­nées 60, le jeune Far­rokh Bul­sa­ra (Ra­mi Ma­lek) ren­contre Brian May (Gwi­lym Lee) et Ro­ger Tay­lor (Ben Har­dy), res­pec­ti­ve­ment gui­ta­riste et bat­teur du groupe Smile. En­semble, ils forment le groupe Queen. Pour le meilleur et pour le pire, Far­rokh de­vient Fred­die Mer­cu­ry...

Notre avis

On pou­vait lé­gi­ti­me­ment craindre le pire de ce bio­pic sur Fred­die Mer­cu­ry, de­ve­nu ce­lui de Queen après que les membres sur­vi­vants du groupe ont pris le pou­voir sur la pro­duc­tion et que le réa­li­sa­teur Bryan Sin­ger (Usual

Sus­pects, X-Men) ait aban­don­né le tour­nage en cours. Groupe ico­nique des an­nées 80 (pas une bonne dé­cen­nie pour le rock), Queen n’a pas une his­toire très dif­fé­rente, ni plus édi­fiante, que celle d’autres for­ma­tions ve­dettes de l’époque. C’est celle d’un groupe for­mé au­tour de deux per­son­na­li­tés op­po­sées mais com­plé­men­taires (le chan­teur Fred­die Mer­cu­ry, icône gay en de­ve­nir et le gui­ta­riste Brian May, doué mais trop sage pour de­ve­nir une vraie rock star), qui a connu un suc­cès pla­né­taire dans une époque par­ti­cu­liè­re­ment faste pour le bu­si­ness de la mu­sique (émer­gence des ra­dios FM, lan­ce­ment du CD au­dio, mé­ga con­certs en stades). As­cen­sion contra­riée (Queen avait des pré­ten­tions ar­tis­tiques peu en phase avec les vi­sées com­mer­ciales de sa mai­son de disques), suc­cès sur­prise (avec le titre opé­ra­tique Bohemian

Rhapsody), frasques de di­va du chan­teur, ja­lou­sies, sé­pa­ra­tion, re­for­ma­tion et triomphe scé­nique (au concert Live Aid dont le groupe semble avoir as­su­ré le suc­cès à lui tout seul...), avant la mort an­non­cée de Fred­die Mer­cu­ry (diag­nos­ti­qué ma­lade du Si­da) et sa qua­si-déi­fi­ca­tion post­hume... Telle est, re­tra­cée en 2h15 chro­no, la tra­jec­toire du groupe. L’ar­gent, les dis­sen­sions in­ternes, la drogue et les frasques sexuelles du chan­teur sont tout juste évo­qués. Il s’agit bien d’un « bio­pic au­to­ri­sé », comme il y a des « bio­gra­phies au­to­ri­sées ». Pour­tant, on avoue avoir pris un plai­sir cou­pable à cette évo­ca­tion, lisse et com­mer­ciale, de la sa­ga de Queen. La per­for­mance de Ra­mi Ma­lek (dé­cou­vert dans la sé­rie Mr Ro­bot) en Fred­die Mer­cu­ry tout en mous­tache et mâ­choire prog­nathe, n’y est pas pour rien. Mais Gwy­lim Lee est tout aus­si res­sem­blant et cré­dible en Brian May. La re­cons­ti­tu­tion du concert de Live Aid est as­sez in­croyable. Et la BO est for­cé­ment for­mi­dable, puisque c’est du Queen. Dans le genre, le film est une telle réus­site qu’il ouvre grand la voie à d’autres bio­pics de groupes, au­to­ri­sés ou non : Les Beatles, Led Zep­pe­lin, les Kinks, les Who... Il suf­fit de les nom­mer. Reste plus qu’à trou­ver les so­sies !

De Bryan Sin­ger (USA). Avec Ra­mi Ma­lek, Lu­cy Boyn­ton, Aa­ron McCus­ker. Du­rée : h . Genre : bio­pic. Notre avis : ★★★ BOHEMIAN RHAPSODY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.