Du slam pour éva­cuer son vague à l’âme

Des élèves de bac pro des ly­cées Ca­mus et Gal­lie­ni se sont af­fron­tés, hier, lors d’une bat­tle de slam. Tous ont pu ré­vé­ler leur créa­ti­vi­té et sa­vou­rer ce mo­ment de par­tage, dans une am­biance bon en­fant

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - La Une - CARINE BEKKACHE cbek­[email protected]­ce­ma­tin.fr

Ap­pe­lée sur scène, Ri­da­naelle at­trape le mi­cro, puis lance des mots forts. Poi­gnants. « De l’Afrique sans fric, ils em­barquent pour l’ar­naque. Or­phe­lins clan­des­tins d’un des­tin dé­funt, leur barque c’est la mort [...] Il est l’heure. Se serrent les coeurs. S’amasse la masse, grouillante et tré­pi­gnante. Elle s’en­tasse dans la nasse, le fiel du die­sel. Et, au cas où, des gi­lets jaunes pour gar­der sa peau sur les eaux/os [...] » Co­pieu­se­ment ap­plau­die par ses ca­ma­rades, la jeune fille – élève de pre­mière en bac pro hô­tel­le­rie­res­tau­ra­tion au ly­cée Ca­mus – re­gagne son siège. Conquis, les ju­rés lèvent leur ar­doise et dé­voilent les bonnes notes qu’ils viennent d’at­tri­buer. Sur scène, la sla­meuse Ca­rol Ma­li­rat – alias K-Roll – re­plonge la main dans son cha­peau, puis en res­sort un mor­ceau de pa­pier. « Ta­ta­ta­taaaa… Il nous vient du ly­cée Gal­lie­ni, je vous de­mande d’ap­plau­dir Ma­this ! »

Un es­pace de li­ber­té où il n’y a pas de ta­bou

À son tour, le jeune homme dé­clame son slam. Et ne mâche pas

ses mots : «Mar­tin, Mal­colm… Chaque fois qu’un nègre s’est le­vé, dites-moi dans quel pays du globe il s’est fait tuer. Bien sûr, c’est comme ça que ça se passe au pays des tueurs de masse. Aux ÉtatsU­nis, pour un flic, tuer un nègre est la norme. Quel est ce pays de merde, pre­mier sur les guerres in­jus­ti­fiées, fon­dées sur des preuves fal­si­fiées. Au risque de vous hor­ri­fier, y a qu’à Hol­ly­wood que vous êtes glo­ri­fiés [...] » Face à lui, ses co­pains de classe – en pre­mière bac pro lo­gis­tique à Gal­lie­ni – l’en­cou­ragent. Puis vient le tour d’Océane, Fay­sal, Ous­sa­ma, Da­niel, Léo, Flo­rian, En­zo, Car­la, Ade­line, Jes­si­ca, Ky­lian et An­drea. Au mi­cro, cha­cun ri­va­lise de créa­ti­vi­té et d’ori­gi­na­li­té. Chaque mot est pe­sé. Avec le coeur… et la rai­son. «Et pour­tant, l’exer­cice est loin d’être évident », sou­rit Vé­ro­nique Grand­jacques, do­cu­men­ta­liste au ly­cée Gal­lie­ni et ins­ti­ga­trice de cette ini­tia­tive, à la­quelle Fran­çoise Ber­nin­ger, Vir­gi­nie Gré­millet, Alexandre Friz­zole et Lu­do­vic Prou-Gaillard – res­pec­ti­ve­ment do­cu­men­ta­liste, pro­fes­seurs de lettres-his­toire et d’élec­tro­tech­nique à Gal­lie­ni et Ca­mus – par­ti­cipent vo­lon­tiers : « Dans cet es­pace de li­ber­té, où cha­cun peut s’ex­pri­mer li­bre­ment et sans ta­bou, cer­tains se dé­couvrent et par­viennent à le­ver leurs freins. Cette “bat­tle”

est aus­si sti­mu­lante que va­lo­ri­sante, puisque leurs textes fe­ront l’ob­jet d’une pu­bli­ca­tion par la suite. » La voix de K-Roll ré­sonne dans la salle. L’an­nonce du vain­queur n’est plus qu’une ques­tion de se­condes. « Et la pre­mière marche du po­dium re­vient à… Léo, du ly­cée Ca­mus ! Fé­li­ci­ta­tions à lui ! » Et un grand bra­vo à tous !

Une tren­taine d’élèves ont pris part à cette bat­tle, or­ga­ni­sée hier au ly­cée Gal­lie­ni de Fré­jus.

(Pho­tos Ade­line Le­bel)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.