NON, LA MI­SÈRE N’EST PAS MOINS PÉNIBLE AU SO­LEIL

Les plus pauvres souffrent plus en­core en ré­gion Pa­ca qu’ailleurs. En cause : le prix des lo­ge­ments, le coût de la vie et les trans­ports. Dans le Var, ils sont  , soit  %, à vivre en des­sous du seuil de pau­vre­té.

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - La Une - PH. COUR­TOIS pcour­[email protected]­ce­ma­tin.fr

Az­na­vour avait tort. Quand on est pauvre sous le so­leil du Var, on souffre plus qu’ailleurs. Toutes les sta­tis­tiques le disent. Il y a quelques an­nées l’In­see l’avait mon­tré (lire

ci-des­sous). Au mois de juin der­nier, l’ins­ti­tut Ip­sos l’a éga­le­ment dé­mon­tré. Au­jourd’hui, la Fon­da­tion Ab­bé-Pierre et les ser­vices so­ciaux du conseil dé­par­te­men­tal le prouvent. Pas de chiffre. Plus de mots. Que des maux. Chaque nuit, les bé­né­voles des nom­breuses as­so­cia­tions qui oeuvrent en fa­veur des plus dé­mu­nis constatent que la pré­ca­ri­té gagne du ter­rain.

Le prix du lo­ge­ment

Elle touche bien sûr des hommes et des femmes seules. Mais aus­si des fa­milles en­tières, dé­com­po­sées ou re­com­po­sées, des re­trai­tés, des étu­diants et ceux qu’on ap­pelle dé­sor­mais des tra­vailleurs pauvres. Au­jourd’hui, plus de 80 % des Fran­çais re­doutent la pré­ca­ri­té. Dans le Var, plus qu’ailleurs. « Il a plu­sieurs rai­sons à ce­la, ex­plique Jean-Paul Jam­bon de la Fon­da­tion Ab­bé-Pierre. D’abord, le coût du lo­ge­ment. Lors­qu’on vit avec les mi­ni­mas so­ciaux ou le Smic, le coût du lo­ge­ment pèse très lourd dans le bud­get. Et on sait que dans le Var, le prix des lo­ge­ments est très éle­vé. » En­suite, il y a le coût de la vie en gé­né­ral. On sait qu’en sai­son, les prix des res­tau­rants s’en­volent. Mais ceux des fruits et lé­gumes des mar­chés aus­si. Et là en­core, les plus pauvres sont les plus pé­na­li­sés.

Le chô­mage

Et ce n’est pas tout. Pa­ra­doxe: le taux de chô­mage est su­pé­rieur à la moyenne et pour­tant les en­tre­prises peinent à se dé­ve­lop­per au mo­tif qu’ils ne trouvent pas de per­sonnes qua­li­fiées. Pour­quoi ? « Parce que les prix éle­vés du lo­ge­ment font fuir les can­di­dats. À Tou­lon, il y a des lo­ge­ments plus chers qu’à Lyon!», mar­tèle JeanPaul Jam­bon. En rai­son du coût du fon­cier, « on manque de lo­ge­ments so­ciaux dans le dé­par­te­ment». La dif­fi­cul­té de trou­ver des sa­la­riés pour la sai­son l’illustre ô com­bien.

L’iso­le­ment

Autre pro­blème : l’iso­le­ment. « Comme il est im­pos­sible de vivre sur le lit­to­ral lors­qu’on per­çoit des faibles re­ve­nus, cer­tains vont vivre dans l’in­té­rieur du dé­par­te­ment. Et là, il faut ab­so­lu­ment une voi­ture ! Et la crise ac­tuelle met par­fai­te­ment en lu­mière les pro­blèmes des tra­vailleurs pauvres. J’ai en tête un exemple très simple. Des pe­tits tra­vaux d’en­tre­tien de­vaient être conduits sur le pla­teau de Can­juers. Les mi­li­taires se sont adres­sés à moi pour trou­ver des per­sonnes ca­pables de les réa­li­ser. Mais rien que de se dé­pla­cer jusque là-bas, ce­la a un coût tel­le­ment éle­vé que l’ar­ti­san qui vien­drait par exemple de Tou­lon ne ga­gne­rait pas sa vie», as­sure JeanPaul Jam­bon.

Les trans­ports et le chauf­fage

À ce­la, il faut ajou­ter les autres fléaux comme par exemple les lo­ge­ments in­sa­lubres ou éner­gi­vores. Certes dans le Var, l’hi­ver frappe plus tar­di­ve­ment que dans le nord ou l’est de la France. « Mais dans l’in­té­rieur du Var, je peux vous dire que la ques­tion du chauf­fage est très im­por­tante. D’abord, il fait très froid en hi­ver. Et puis, il y a dans le Var un grand nombre de lo­ge­ments très mal iso­lés. Pas moins qu’ailleurs. Ce­la coûte très cher à des gens qui jus­te­ment n’ont pas les moyens de faire réa­li­ser ces tra­vaux. Beau­coup de fa­mille consacre 15 % de leurs re­ve­nus au chauf­fage contre 6 % pour les foyers ai­sés. La pau­vre­té touche 166 000 per­sonnes dans le Var, soit 16 % des mé­nages et les 10 % les plus pauvres dis­posent de 10 300 eu­ros… par an ! », re­lève Jean-Paul Jam­bon.

(Pho­to Do­mi­nique Le­riche)

Jean-Paul Jam­bon de la Fon­da­tion Ab­bé-Pierre.

(Pho­to E.O.)

Les as­so­cia­tions sont nom­breuses à ve­nir en aide aux plus dé­mu­nis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.