PRO­JET LE­CLERC À DRA­GUI­GNAN : UN BLUFF ?

Le géant de la dis­tri­bu­tion a dif­fu­sé un tract lais­sant en­tendre son im­plan­ta­tion en centre-ville. Et ou­vert une page Fa­ce­book qui a été re­ti­rée. À la mai­rie, on af­firme que ce­la n’est pas sé­rieux

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - La Une - AURÉLIEN RUESTERHOLZ (avec P. J. et L. P.)

À grand ren­fort de tracts et de mes­sages sur Fa­ce­book, le géant de la dis­tri­bu­tion an­nonce son im­plan­ta­tion dans le cadre du pro­jet Vic­toire. Em­bar­ras­sée, la mai­rie dé­ment.

Des tracts dans les boîtes aux lettres dra­cé­niennes ; une page Fa­ce­book ou­verte au nom de « Le­clerc Dra­gui­gnan », qui a dis­pa­ru jeu­di der­nier... Beau­coup de Dra­cé­niens ont été des­ti­na­taires d’un son­dage lais­sant en­tendre que la po­pu­la­tion se­rait fa­vo­rable à l’im­plan­ta­tion d’un centre Le­clerc... plu­tôt que d’un Su­per U, sur le pé­ri­mètre des­ti­né au pro­jet « Vic­toire » de re­vi­ta­li­sa­tion com­mer­ciale du cen­tre­ville.

Dé­jà pré­sent sous forme de drive, le géant de la dis­tri­bu­tion a-t-il vou­lu for­cer la main de la mu­ni­ci­pa­li­té, ou a-t-il pré­ma­tu­ré­ment et vo­lon­tai­re­ment lais­sé fui­ter le fruit de pour­par­lers en cours ? L’af­faire semble gé­né­rer un cer­tain em­bar­ras à la mai­rie où l’on ne sou­haite pas s’épan­cher sur le su­jet. « Rien n’est éta­bli, c’est du bi­don », in­dique une source proche de l’hô­tel de ville. La mu­ni­ci­pa­li­té a de­man­dé au groupe d’ar­rê­ter cette “pro­pa­gande”. Si les ma­ga­sins U com­man­di­taient un tel son­dage, le ré­sul­tat leur se­rait tout aus­si fa­vo­rable. Au­tant dire que les élus ne sont pas contents... Dans le pro­jet Vic­toire, l’une des prio­ri­tés est aus­si de créer un es­pace qui ré­ponde aux be­soins des as­so­cia­tions et aux ac­ti­vi­tés spor­tives car la MSJ est ob­so­lète. »

Mal­gré nos de­mandes ré­pé­tées pour avoir des pré­ci­sions sur le pro­jet, l’en­seigne a confir­mé, via son agence de presse, ne pas vou­loir com­mu­ni­quer, le 10 jan­vier der­nier. Le même jour, la page Fa­ce­book Le­clerc, créée le 31 dé­cembre 2018 a été sup­pri­mée. À brûle-pour­point.

“La mai­rie nous a priés de ne plus com­mu­ni­quer”

Dans le tract, le por­teur du pro­jet, Loïc Fa­ra­co, di­rec­teur mar­ke­ting du Le­clerc du Luc-en-Pro­vence, di­ri­gé par Nor­bert... Fa­ra­co, se dit « confor­té (...) par la per­ti­nence du pro­jet. » Pré­ci­sant qu’il y au­rait «la créa­tion de plus de 100 em­plois », et confir­mant la vo­lon­té de l’en­seigne de s’in­té­grer « dans le cadre du PUG (Pro­jet ur­bain glo­bal) place Vic­toire», il in­vi­tait les Dra­cé­niens à « ap­por­ter (leur) sou­tien au pro­jet sur la page Fa­ce­book E. Le­clerc Dra­gui­gnan. » Page dé­sor­mais fan­tôme... Joint hier soir par té­lé­phone, Loïc Fa­ra­co confirme : « C’est la mai­rie de Dra­gui­gnan qui nous a de­man­dé de ces­ser de com­mu­ni­quer. Elle veut gar­der la main sur les an­nonces qui vont être faites. Nous avons donc fer­mé notre site et in­ter­rom­pu la dif­fu­sion du tract. » Contrai­re­ment à ce qu’elle pré­tend, la Ville est donc plei­ne­ment au cou­rant du pro­jet ? Loïc Fa­ra­co sou­rit : « Évi­dem­ment ! Ce sont les ser­vices mu­ni­ci­paux dra­cé­nois qui nous ont sol­li­ci­tés. Notre cam­pagne ne vi­sait pas à faire pres­sion sur qui que ce soit, puisque le pro­jet existe et qu’il est fi­ce­lé. »

Et le por­teur du pro­jet de conclure : « Nous vou­lions seule­ment com­mu­ni­quer au­près de nos fu­turs clients. Rien de plus... »

(Pho­to Dy­lan Meiffret)

Le géant de la dis­tri­bu­tion Le­clerc sol­li­ci­tait il y a quelques jours en­core, via sa page Fa­ce­book et des tracts, le sou­tien des ha­bi­tants pour son pro­jet d’im­plan­ta­tion d’un su­per­mar­ché en plein centre-ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.