Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël)

Continuer à se tester et à porter le masque dans les lieux clos

- AMANDINE COLLONGETT­E

BA.5. C’est le nom du nouveau variant d’Omicron à l’origine de la poussée épidémique que connaît actuelleme­nt la France. Sa particular­ité ? Il circule très vite au sein de la population. Actuelleme­nt, le taux d’incidence est de 482 cas positifs pour 100 000 habitants et preuve que la poussée est très forte, Santé publique France enregistre une progressio­n de + 50 % des cas en une semaine.

■ Un variant très contagieux

« On assiste à une évolution exponentie­lle. On va vers un pic assez marqué. Cela ne veut pas dire qu’il y aura plus de gens en réanimatio­n ni une forte hausse de la mortalité, cela signifie que ce nouveau variant est particuliè­rement contagieux », explique le Dr Michel Chassang, médecin généralist­e, Président d’honneur de la Confédérat­ion des Syndicats médicaux Français. Comme le rappelle Vincent Enouf, responsabl­e adjoint du Centre national de référence des virus des infections respiratoi­res à l’Institut Pasteur, « le mode de transmissi­bilité reste le même : c’est l’homme. »

■ L’efficacité du vaccin diminue dans le temps

Plus le temps passe, plus l’efficacité du vaccin diminue : « Nous faisons face à un épuisement immunitair­e incontesta­ble. Au bout de six à huit mois, l’efficacité du vaccin diminue fortement », assure le Dr Michel Chassang.

Le vaccin contre la Covid19 protège des formes graves mais n’empêche ni la proliférat­ion ni la contractio­n de la maladie : « C’est un vaccin qui n’est pas efficace comme l’est celui de la poliomyéli­te, où l’on sait que la protection est de 100 % », ajoute-t-il. En revanche, le fait d’avoir contracté la Covid-19 apporte une meilleure protection à l’organisme. «Lapopulati­on vaccinée, qui a été infectée, a des anticorps plus valables, avec un système immunitair­e plus résistant face à BA.5. On sait que les personnes qui ont été vaccinées mais qui n’ont pas été infectées ne sont pas protégées à 100 % contre BA.5. »

Les médecins conseillen­t fortement aux personnes fragiles et de plus de 60 ans d’avoir recours au deuxième rappel, c’est-àdire à la quatrième dose.

■ Vers un retour des restrictio­ns ?

Vous l’avez constaté au quotidien, le port du masque n’est plus obligatoir­e, que ce soit dans les transports, dans les commerces, ou dans les entreprise­s. Les médecins conseillen­t fortement aux personnes les plus fragiles de continuer à porter le masque dans les lieux clos pour mieux se protéger. Y aura-t-il très prochainem­ent un retour des restrictio­ns pour lutter contre la propagatio­n de ce nouveau variant ?

Pour l’instant, médecins et spécialist­es ne se prononcent pas de manière catégoriqu­e sur le sujet. Pour freiner la proliférat­ion du virus, les médecins rappellent toutefois qu’il reste essentiel de continuer à se tester, pour se protéger et protéger les plus fragiles.

 ?? (Photo d’illustrati­on Philippe Arnassan) ?? Le port du masque va-t-il redevenir obligatoir­e dans certains lieux, comme les transports, les centres commerciau­x ou au bureau ? Le ministère de la Santé le préconise déjà aux personnes à risques et ne s’interdit rien.
(Photo d’illustrati­on Philippe Arnassan) Le port du masque va-t-il redevenir obligatoir­e dans certains lieux, comme les transports, les centres commerciau­x ou au bureau ? Le ministère de la Santé le préconise déjà aux personnes à risques et ne s’interdit rien.

Newspapers in French

Newspapers from France