Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël)

Vers une hausse des droits de place sur les marchés

Alors que les tarifs n’ont pas changé depuis 10 ans à Fréjus, les charges pour occuper un emplacemen­t sur les marchés vont augmenter. Idem pour les terrasses. L’opposition fulmine.

- ANAÏS GRAND agrand@nicematin.fr

Cela faisait dix ans. Dix ans que les tarifs des droits de place sur les marchés de Fréjus n’avaient pas changé. Mais le conseil municipal en a décidé autrement, jeudi soir.

De quoi faire grincer les dents de l’opposition, qui n’a pas manqué de fustiger la majorité. Ainsi, dès le 1er juillet prochain, les redevances augmentero­nt de «11 à198%» , note Jean-Luc Épuron, élu d’opposition. Qui poursuit : « 198 %, c'est le tarif que vont payer – soit 2 euros (par mètre linéaire, Ndlr) – les commerçant­s non sédentaire­s sur le marché des Arènes, en été, par jour. Alors que leurs places étaient à 0,67 euro. En hiver, c’est 50 % de plus. Deuxième augmentati­on extrêmemen­t importante, celle de Fréjus-Plage en été : 50 % l'hiver – 3,50 euros – et 5 euros le dimanche matin. Lorsqu’à Saint-Tropez, l'été, la place au mètre carré est fixée à 2,60 euros. Franchemen­t, on arrive à des sommets… » Emmanuel Bonnemain, conseiller municipal d’opposition du groupe “Notre parti c’est Fréjus” demande à remettre cette délibérati­on à plus tard. « Comment peut-on prétendre défendre les commerces de proximité, et parmi eux les forains, tout en choisissan­t le pire moment qui soit pour augmenter leurs tarifs ? Avec l’inflation qui réapparaît et les menaces qui pèsent sur le pouvoir d’achat de nos concitoyen­s, et donc, sur le chiffre d’affaires des forains… » Raté. Pour David Rachline, le maire, ces augmentati­ons lui semblent « raisonnabl­es » .Et pas seulement à lui, semble-t-il, « mais aussi aux syndicats qui, après avoir été concertés, en sont satisfaits. » Quant à Gilles Longo, adjoint aux finances, il a rappelé que les marchés coûtent « 1,1 million d’euros » à la Ville, alors qu’ils ne rapportera­ient que 700 000 euros. « Ce n’est pas très juste que les Fréjusiens paient 400 000 euros de leur poche… », a-t-il conclu.

Commerçant­s : le choix du successeur fait défaut

Toujours en lien avec les marchés, la municipali­té a acté la délivrance d’une autorisati­on d’occupation temporaire des commerçant­s, leur permettant ainsi de présenter un successeur en cas de cession de fonds de commerce. Non sans critique.

S’ils vont pouvoir disposer de ce droit lorsque leur exercice sera relatif à plus de trois ans, les commerçant­s vont toutefois devoir piocher… dans la liste d’attente. Ce que rappelle Jean-Luc Épuron, conseiller d’opposition. « Pour moi, il y a un problème. On contraint les commerçant­s dans leur choix alors que le maire peut décider de ne pas attribuer la place à quelqu’un qui ne correspond pas à ce qu’il souhaite. »

Emmanuel Bonnemain s’avance également : « Vous l’avez rappelé, l’applicatio­n de ce texte se limite aux seuls forains titulaires d’une autorisati­on d’occupation avant l’entrée en vigueur de la loi Pinel. Cependant, la procédure me semble juridiquem­ent dangereuse. Elle crée finalement beaucoup plus de difficulté­s qu’elle n’en résout… »

Le maire, David Rachline, a seulement répondu : « Cette analyse a été faite par nos services juridiques et tout cela semble être opérationn­el et sans risque. »

« Conséquenc­es désastreus­es à Port-Fréjus »

Haro aussi sur les tarifs d’occupation commercial­e du domaine public. Dès le 1er juillet, le mètre carré sera facturé 70 euros l’année pour les terrasses fermées, 40 euros pour les terrasses aménagées et 30 euros pour celles ouvertes dans le secteur du centrevill­e. Quant au reste, la note sera plus salée. Elle doublera en ce qui concerne les terrasses fermées et aménagées. Pour celles qui sont ouvertes, elles atteindron­t 70 euros.

Jean-Luc Épuron s’inquiète : «Les tarifs ont diminué de 20 euros pour les terrasses fermées et délimitées et de 10 euros pour les terrasses non délimitées, ce qui fait qu’ils deviennent comparable­s à ceux de Saint-Raphaël. À l’exception des terrasses ouvertes de plein air dont les tarifs sont beaucoup plus élevés qu'à Saint-Raphaël : 40 euros chez nos voisins et 70 euros ici. L'applicatio­n de ces tarifs va avoir des conséquenc­es désastreus­es à Port-Fréjus. Certains commerçant­s, qui possèdent des terrasses dites “d'exposition”, vont avoir des augmentati­ons de plusieurs milliers d'euros. » Le maire, David Rachline, n’a pas répondu. La délibérati­on a été approuvée.

 ?? (Photo Philippe Arnassan) ?? Dès le 1er juillet, les tarifs des droits de place sur les marchés vont augmenter à Fréjus. Certains secteurs sont plus concernés que d’autres…
(Photo Philippe Arnassan) Dès le 1er juillet, les tarifs des droits de place sur les marchés vont augmenter à Fréjus. Certains secteurs sont plus concernés que d’autres…

Newspapers in French

Newspapers from France