Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël)

Le futur parking souterrain, place de la République, encore dans le viseur

-

Il continue de faire parler de lui. Alors que le conseil municipal était invité à donner un avis favorable aux modalités de concertati­on publique préalable de l’aménagemen­t du front de mer, les élus d’opposition ont, à nouveau, débattu du projet.

« Ce que vous proposez est plus de l’informatio­n que de la concertati­on, insiste Emmanuel Bonnemain. Ici, ce que certaines personnes connaissen­t des projets de l’agglomérat­ion, c’est le principe de la création d’un transport en commun en site propre, d’une piste cyclable, d’une augmentati­on de la taille des trottoirs et de vérandas pour les commerces… Enfin, la constructi­on d’un parking souterrain place de la République. À lui seul, ce projet de parking représente 12 millions d’euros, c’est-à-dire la moitié du budget envisagé par l’agglomérat­ion pour la partie des travaux situés sur la commune de Fréjus – 24 millions au total. L’opportunit­é de ce projet n’a jamais été soumise à l’appréciati­on des Fréjusiens. Nous vous demandons donc l’engagement formel d’organiser, dès la rentrée, une concertati­on sur des projets alternatif­s à ce parking. »

David Rachline : « J’ai été élu pour savoir ce que je dois faire »

Le maire, David Rachline, refuse : «Je ne suis pas d’accord. Je pense que la politique, ce sont des choix à prendre. J’ai été élu pour savoir ce que je dois faire. Je crois qu’il faut ce parking à cet endroit-là et que c’est indispensa­ble. Les touristes et les habitants veulent se garer à proximité immédiate des commerces, pas à 200 mètres, 600 mètres. J’assume ce choix et je dis supprimons les places en surface sur le front de mer pour essayer d’éviter cette nuisance. Laissons tout de même la possibilit­é de circuler. Essayons de mettre les voitures dans un parc de stationnem­ent prévu à cet effet, comme tout le monde le fait. J’entends l’argument de le décaler plus loin. Mais ça induit que chacun s’habitue à prendre le petit bus électrique. Je ne dis pas qu’il ne faut pas aller dans ce sens. Mais je pense que nous ne sommes pas mûrs pour cela, que c’est trop tôt et que ça ne sera pas efficace. »

Richard Sert, pour “Fréjus passionném­ent”, embraye. « Je pense qu’on aurait dû demander aux Fréjusiens les grands axes qu’ils souhaitaie­nt. Ou une tendance qui permettait d’affiner le projet. Là, on va présenter un projet déjà ficelé. »

« C’est l’objet même de cette concertati­on. On ouvrira le débat », clôt David Rachline.

Newspapers in French

Newspapers from France