Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël)

Le kiosque à journaux toujours sans repreneur Sainte-Maxime

Fermé depuis près de huit mois, le voilà tel un vaisseau fantôme. MédiaKiosk a toutes les peines du monde à trouver de nouveaux gérants, un cas unique dans le Var.

- P. O.

Avec son rideau baissé depuis le départ à la retraite d’Édith et Francis Deloget en octobre dernier, le kiosque à journaux, situé en face du Café de France, n’a toujours pas trouvé de repreneur pour sa gérance. Petit flash-back, le kiosque a été installé par la Ville afin de pallier la fermeture du point presse de la place Victor Hugo. Inauguré en 2017, il n’aura, avec son tout premier gérant, fonctionné que deux étés avant que le couple Deloget - des commerçant­s maximois - n’en reprenne la gérance en mars 2019... avant de rendre les clés à la fin de l’année 2021. Depuis près de huit mois, le kiosque est un vaisseau fantôme en plein centre-ville. La municipali­té, qui n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet, suit le dossier de près.

Jointe par téléphone, Frédérique Lefèvre (MédiaKiosk) en charge de ces structures pour le départemen­t du Var et des Bouchesdu-Rhône cherche désespérém­ent de nouveaux gérants, mais n’a trouvé personne àcejour: « c’est une situation incompréhe­nsible. Il y a un réel potentiel et je ne comprends pas pourquoi nous n’arrivons pas à trouver quelqu’un. C’est le seul kiosque dans le Var qui est actuelleme­nt fermé. Le Golfe en compte un à Cogolin et un autre à Saint-Tropez et tous les deux sont en exploitati­on. Saint-Raphaël en compte trois, Fréjus un et ils sont tous ouverts. Celui de Sainte-Maxime reste pour moi un très grand mystère. »

Et pourtant Frédérique Lefèvre a reçu de nombreuses candidatur­es: « Entre les personnes pas sérieuses et celles qui n’ont pas honoré leur rendez-vous sans prévenir bien évidemment, nous nous retrouvons hélas dans cette triste situation. Nous sommes en attente de réponses d’autres candidats, en espérant que l’on finira par trouver enfin la bonne personne. Si des gens sont intéressés, ils peuvent toujours prendre directemen­t contact avec moi », poursuit

(1) Frédérique Lefèvre.

La situation est d’autant plus frustrante que le kiosque marchait très bien grâce à Édith et Francis Deloget, « il y a effectivem­ent un gros potentiel. Il se situe dans un lieu stratégiqu­e où il y a beaucoup de passage », rajoute la responsabl­e de Médiakiosk.

Loyer mensuel de 250

L’investisse­ment pour tenir un kiosque est relativeme­nt faible : « Il n’y a pas d’apport, le loyer est de 250 euros par mois. Il faut juste l’assurance pour la structure et le contrat d’électricit­é. Il est nécessaire, en revanche, posséder une caisse informatis­ée. Les gérants peuvent bénéficier d’une aide de l’État à hauteur de 80 %. Nous conseillon­s malgré tout d’avoir une petite trésorerie pour les premiers mois de fonctionne­ment. Je rappelle que les derniers gérants étaient également détaillant­s pour la Française des Jeux. Nous ferons tout pour que ce soit encore le cas, avec bien sûr l’accord de la FDJ », précise Frédérique Lefèvre.

Le kiosque à journaux de la cité du Préconil lèvera-t-il son rideau cet été ? Nul ne peut le dire actuelleme­nt, MédiaKiosk en fait l’une de ses priorités « on espère que la situation se décantera le plus rapidement possible, c’est notre souhait le plus cher », conclut pleine d’espoir la responsabl­e.

1. Contact au 06.63.47.46.59.

 ?? (Photo P. O.) ?? Nul ne peut savoir à ce jour si le kiosque à journaux lèvera son rideau cet été. MédiaKiosk a lancé pour cela un appel à candidatur­es.
(Photo P. O.) Nul ne peut savoir à ce jour si le kiosque à journaux lèvera son rideau cet été. MédiaKiosk a lancé pour cela un appel à candidatur­es.

Newspapers in French

Newspapers from France