Var-Matin (Grand Toulon)

Chasseur d’orages : sa première vocation

-

Vous continuez à travailler sur les orages? Bien entendu, c’est ma passion première! J’avais commencé, beaucoup plus jeune, comme chasseur d’orages. Je partais le plus souvent possible sur place pour réaliser des photos, souvent spectacula­ires car la situation s’y prête avec les éclairs.

Qu’est ce qui vous motive dans cette quête aux clichés si spectacula­ires? Je me demande souvent moi-même ce qui me motive à parcourir souvent des centaines de kilomètres pour passer des heures sous la pluie! La passion, sans doute...

Vous “chassez” sur votre secteur géographiq­ue de prévisions météo? Non, pour les orages je me déplace plus loin. Il y a trois semaines, j’étais sur l’île d’Elbe. Il y a une quinzaine de jours, je suis allé du côté de Gênes. Il y avait de très beaux clichés à réaliser.

Des clichés que vous exposez, que vous publiez? Un peu les deux. Je suis parfois invité à donner des conférence­s, notamment autour de mes images et j’ai effectivem­ent un ouvrage photos qui va paraître dans les prochains mois. Le premier que j’avais sorti n’est plus disponible.

À partir de ces photos, vous travaillez plus en avant sur les orages? Oui, je travaille sur leur classifica­tion, pour voir et comprendre leurs fréquences de retour, notamment. Je mixte ces observatio­ns avec les résultats des relevés de ma quarantain­e de stations météo et de pluviomètr­es, et je suis donc en mesure de donner plus de finesse à mes prévisions.

 ??  ?? Même sa voiture est équipée de capteurs: Yohan Laurito est toujours en action.
Même sa voiture est équipée de capteurs: Yohan Laurito est toujours en action.
 ??  ?? Les pluviomètr­es installés dans sa station brignolais­e.
Les pluviomètr­es installés dans sa station brignolais­e.

Newspapers in French

Newspapers from France