Une for­ma­tion pour être ac­teur de sa propre sécurité

Toute la se­maine, deux pom­piers ont for­mé les adultes et les élèves du col­lège Font-de-Fillol à l’IPCS : l’information pré­ven­tive aux com­por­te­ments qui sauvent

Var-Matin (Grand Toulon) - - Métropole - P. B.

Quand on nous ex­plique les gestes qui sauvent et les com­por­te­ments ré­flexes à adop­ter, on réa­lise que cette for­ma­tion est in­dis­pen­sable et qu’elle peut sau­ver des vies », confie un pro­fes­seur qui a sui­vi deux de­mi-jour­nées de for­ma­tion. Les élèves vo­lon­taires ont éga­le­ment pu ap­prendre quelques gestes simples et vi­taux : ne pas cou­rir, fer­mer les fe­nêtres, mar­cher dans le si­lence pour être conti­nuel­le­ment à l’écoute, ai­der les camarades bles­sés ou plus fra­giles, se di­ri­ger vers un point de ras­sem­ble­ment… Les deux sa­peurs-pom­piers du SDIS83 (Ser­vice dé­par­te­men­tal d’in­cen­die et de se­cours du Var) leur sug­gèrent d’ailleurs d’en par­ler à leurs pa­rents et de conve­nir d’un lieu où se re­trou­ver en cas de danger. Ces der­niers peuvent être mul­tiples, et il est im­por­tant de s’adap­ter à chaque si­tua­tion. L’alarme d’in­cen­die à l’école ou à la mai­son est dif­fé­rente de celle de la mai­rie qui si­gnale un danger sur la com­mune.

Mises en si­tua­tion

Les mises en si­tua­tion sont in­dis­pen­sables à la bonne com­pré­hen­sion de tous. Les pom­piers n’hé­sitent pas à faire des­cendre les élèves dans la cour pour fuir un éven­tuel in­cen­die. Les obs­tacles à dé­jouer sont nom­breux : la co­hue dans les cou­loirs et l’af­fo­le­ment gé­né­ral. Ils in­ter­disent tout man­que­ment aux bonnes conduites. Pe­tit à pe­tit, les élèves se prennent au jeu et sont moins ti­mides à don­ner l’alerte. L’exer­cice du séisme les a obli­gés à se pro­té­ger sous leur bu­reau, dos aux fe­nêtres, mains sur la gorge pour évi­ter les cou­pures et tête bais­sée pour pro­té­ger les yeux. « Si vous êtes sous des dé­combres, car le bâ­ti­ment s’est ef­fon­dré, soyez cer­tains que tout se­ra mis en oeuvre pour vous sor­tir de là. Ce­pen­dant, l’ar­ri­vée des se­cours peut être très longue si des pom­piers d’autres dé­par­te­ments doivent in­ter­ve­nir et que la com­mune est dé­vas­tée. Des ap­pa­reils dé­tectent le moindre pe­tit bruit. Donc, si vous êtes en­se­ve­lis, ta­po­ter une craie sur le sol peut être suf­fi­sant pour vous re­trou­ver ». Deux de­mi-jour­nées pour les adultes, deux heures pour les élèves ne font pas d’eux des sau­ve­teurs, mais per­mettent à cha­cun de de­ve­nir ac­teur de sa propre sécurité. Et ce­la ras­sure.

(Ph. P. B.)

Les conseils du pro­fes­sion­nel : « Res­tez tou­jours grou­pés en mar­chant au même rythme ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.