BUR­NING FAIT LONG FEU

Lee Chang-dong adapte mol­le­ment une nou­velle creuse de Mu­ra­ka­mi

Var-Matin (Grand Toulon) - - Critiques Des Films Du Jour -

BUR­NING Com­pé­ti­tion De : Lee Chang-dong (Co­rée-du-Sud) Avec : Yoo Ah-In, Ste­ven Yeun, Jeon Jong-seo... Genre : drame. Du­rée : 2 h 28. Sor­tie : 29 août.

Ne pas se fier au titre men­son­ger. Il n’y a rien de brû­lant dans Bur­ning, th­riller psy­cho­lo­gique co­réen dont la len­teur fe­rait pas­ser un épi­sode de

Der­rick pour du Ja­son Bourne. À 1 h 30 de pro­jec­tion, il se passe en­fin quelque chose. Puis plus rien jus­qu’à la scène fi­nale, une heure plus tard. En de­hors d’une sé­quence de danse réus­sie sur la mu­sique d’As­cen­seur pour

l’écha­faud (Miles Davis), il n’y a pas de quoi s’échauf­fer. Le film a d’ailleurs été sa­lué d’ap­plau­dis­se­ments po­lis, sans plus. On pou­vait es­pé­rer mieux du nou­veau film de Lee Chang-dong, qui nous avait ra­vis avec Se­cret

Sun­shine(prix d’in­ter­pré­ta­tion fé­mi­nine 2007) et sur­tout Poe­try (prix du scé­na­rio 2010). Bur ning ra­conte l’his­toire d’un trio de jeunes co­réens (à la

Jules et Jim, for­cé­ment) : Jong­su (Yoo Ah-in) et Hae­mi (Jun Jong-seo) sont ori­gi­naires de la même cam­pagne. Ils se re­trouvent par ha­sard à Séoul et en­tament une liai­son aus­si­tôt in­ter­rom­pue par le dé­part en Afrique de la jeune femme. À son re­tour, elle est ac­com­pa­gnée de Ben (Ste­ven Yeun), un beau gar­çon ren­con­tré pen­dant le voyage, qui fait par­tie de la jeu­nesse do­rée de Séoul, avec Porsche 911 Car­re­ra et luxueux pen­thouse à Gan­gnam. Pas dif­fi­cile de dire avec le­quel des deux la jo­lie et fau­chée Hae­mi fi­ni­ra. Dans un pre­mier temps, les trois jeunes gens conti­nuent à se fré­quen­ter. Jong­su, qui doit pro­vi­soi­re­ment te­nir la ferme de son père, af­fiche l’am­bi­tion de de­ve­nir écri­vain. Un écri­vain, ça fait tou­jours chic dans ses re­la­tions. Et il amuse Ben, qui re­garde les autres avec condes­cen­dance du haut de sa bonne for­tune. Puis, au bout d’1h30 donc, Hae­mi dis­pa­raît mys­té­rieu­se­ment et Jong­su soup­çonne Ben de l’avoir tuée. À moins qu’il ne soit en train de faire de cette dis­pa­ri­tion sou­daine le su­jet du fa­meux ro­man qu’on ne le voit ja­mais écrire ? Tout ça prend des plombes. Le hé­ros (Jong­su) a l’air to­ta­le­ment abru­ti et on se doute de com­ment ça va fi­nir. Le film est une adap­ta­tion d’une courte nou­velle d’Ha­ru­ki Mu­ra­ka­mi. Elle a plu à Lee Chang-dong parce qu’« il ne s’y passe rien »...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.