Var-Matin (Grand Toulon)

Laure Lavalette

- FANNY ROCA

Très prise à Paris en début de semaine, la candidate du Rassemblem­ent national, qui a récemment été nommée porte-parole du parti, a mis à profit la journée d’hier pour aller à la rencontre des citoyens de la circonscri­ption et leur intimer de se mobiliser dimanche. Répétant à l’envi : « Je suis la seule opposition à Macron. »

10 h : Au marché à Solliès-Pont

Pas un brin d’air, hier matin, en centre-ville de Solliès-Pont. La chaleur est étouffante.

« Qu’est-ce que ça va être au mois d’août »,

souffle Laure Lavalette. La candidate du RN a donné rendez-vous à ses militants sur le marché. Parmi eux, sa fille aînée Philomène, particuliè­rement active dans cette campagne, ou encore Nicolas Koutseff, son collègue de l’opposition à Toulon. Les équipes se forment, puis s’éparpillen­t pour quadriller le terrain, distribuer un tract, quelques mots et des sourires. « Bonjour monsieur, est-ce que vous êtes allé voter ? », interroge Laure Lavalette. « Oui, pour vous », répond le monsieur. « Merci pour ce score historique,

lui sourit la candidate. Il faut y retourner dimanche, c’est important. »

À quelques mètres de là, une commerçant­e l’apostrophe, poing levé :

« Il faut persévérer, vous allez y arriver ! » « Je vous reconnais, vous passez à la télé,

l’interpelle un autre passant. Mais vous pensez que vous avez des chances ? » « Bien sûr! répond Laure Lavalette. C’est mathématiq­ue. Marine Le Pen a fait 56 % sur ce territoire à la présidenti­elle. Si tous ceux qui ont voté pour elle retournent voter dimanche, vous aurez un député patriote. »

Il est presque 11 h 30. Le soleil tape de plus en plus fort. Les différents groupes de militants se retrouvent à l’ombre bienveilla­nte des platanes. «Onseposelà un petit moment et on prend l’apéro ? »

Début d’après-midi : phoning pour battre le rappel

Laure Lavalette a distribué les rôles. Et demandé à ses soutiens d’effectuer une séance de « phoning » et de « mobiliser les troupes ». « On a un listing de nos adhérents, explique-t-elle. On les appelle, on les remercie d’être allés voter pour nous, et on les sensibilis­e au fait qu’il faut qu’ils y retournent, et qu’ils en parlent autour d’eux. Parce que l’abstention est notre ennemie. »

17 h : Porte-à-porte à La Valette

Imposant paquet de tracts en main,

Laure Lavalette sillonne les ruelles du centre-ville de

La Valette. Sonne ou frappe à toutes les portes.

« Bonjour, je suis

Laure Lavalette, je suis candidate aux élections législativ­es. Je peux vous laisser un tract ? » Elle se marre : «Jenesaispa­s combien de fois j’ai répété cette phrase ces dernières semaines. » Beaucoup de portes restent closes, mais souvent, des volets s’ouvrent. Et l’accueil est plutôt bienveilla­nt. « Les gens sont toujours un peu surpris qu’on vienne les voir chez eux. Mais ils aiment bien. »

19 h : Au soutien de Philippe Lottiaux à Vidauban

C’est en dehors de « ses » terres que Laure Lavalette termine cette journée rythmée. À Vidauban, en l’occurrence, où la candidate de la 1re circonscri­ption vient soutenir son compère de la 4e, Philippe Lottiaux, pour sa dernière réunion publique.

 ?? ??
 ?? ??

Newspapers in French

Newspapers from France