Sy­rie : trêve com­pro­mise dans la Ghou­ta après la re­prise des hos­ti­li­tés

Var-Matin (La Seyne / Sanary) - - Monde -

Les hos­ti­li­tés ont re­pris, hier, entre forces du ré­gime sy­rien et in­sur­gés com­pro­met­tant une trêve hu­ma­ni­taire dans l’en­clave re­belle as­sié­gée dans la Ghou­ta orien­tale, après plus d’une se­maine de bom­bar­de­ments dé­vas­ta­teurs et meur­triers du pou­voir. La trêve quo­ti­dienne de cinq heures – de 9hà14h(8hà13h­heu­re­dePa­ris)– pour per­mettre l’en­trée de l’aide ou la sor­tie d’ha­bi­tants ou de bles­sés de l’en­clave, a été dé­cré­tée lun­di par la Rus­sie, le grand al­lié du ré­gime de Ba­char al-As­sad, mais les pro­ta­go­nistes se sont aus­si­tôt ac­cu­sés mu­tuel­le­ment de l’avoir vio­lée. Elle a été an­non­cée quatre jours après le vote par le Con­seil de sé­cu­ri­té de l’Onu d’une ré­so­lu­tion ré­cla­mant une trêve « sans dé­lai » de trente jours dans toute la Sy­rie, ra­va­gée par la guerre de­puis le 15 mars 2011, qui n’a pas été sui­vie, elle non plus, d’ef­fet. Après une nuit re­la­ti­ve­ment calme, l’avia­tion et l’ar­tille­rie du ré­gime ont de nou­veau bom­bar­dé l’en­clave contrô­lée par les re­belles dans la Ghou­ta orien­tale, une vaste ré­gion dont les deux tiers sont aux mains des forces pro­ré­gime. Six ci­vils, dont deux en­fants et une femme, ont pé­ri hier, dont deux du­rant les heures pen­dant les­quelles la trêve était cen­sée être ap­pli­quée, a pré­ci­sé l’Ob­ser­va­toire sy­rien des droits de l’Homme (OSDH). « Obus, bombes et ba­rils d’ex­plo­sifs ont été dé­ver­sés sur l’en­clave re­belle. »

« Une farce »

De son cô­té, l’agence of­fi­cielle Sa­na a fait état de la chute de ro­quettes ti­rées se­lon elle par les re­belles sur les cou­loirs hu­ma­ni­taires au ni­veau du sec­teur d’al-Wa­fi­dain, à la pé­ri­phé­rie de la Ghou­ta, pour em­pê­cher les ci­vils de quit­ter l’en­clave. Ces ac­cu­sa­tions ont été re­layées par l’ar­mée russe se­lon la­quelle les re­belles ont lan­cé une « of­fen­sive » contre les po­si­tions des pro­ré­gime dans la Ghou­ta pen­dant la « trêve hu­ma­ni­taire ». « Pas un seul ci­vil n’est sor­ti » du fief re­belle en rai­son des tirs des in­sur­gés, a in­di­qué le gé­né­ral russe Vik­tor Pan­kov. Pour Mos­cou, l’ave­nir de la trêve dé­pen­dra de la fin des « pro­vo­ca­tions » des in­sur­gés. Grâce à l’ap­pui mi­li­taire de Mos­cou de­puis 2015, le ré­gime a ren­ver­sé la donne en mul­ti­pliant les vic­toires face aux re­belles et aux dji­ha­distes, jus­qu’à re­prendre le contrôle de plus de la moi­tié du ter­ri­toire. Il cherche ac­tuel­le­ment à re­con­qué­rir la par­tie re­belle de la Ghou­ta, la der­nière contrô­lée par les in­sur­gés aux portes de Da­mas. Du 18 au 25 fé­vrier, le ré­gime a sou­mis l’en­clave re­belle à un dé­luge de feu. Les deux der­niers jours, les bom­bar­de­ments ont conti­nué sur la ré­gion mais avec une moindre in­ten­si­té. Au to­tal, 572 ci­vils y ont été tués dont 143 en­fants, se­lon l’OSDH.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.