Var-Matin (La Seyne / Sanary)

OVNIS, LA FIN D’UN TABOU ?

Les Américains ont ouvert la voie sur la question Ils les ont vu ou ont cru les voir... Témoignage­s

- JEAN-FRANÇOIS ROUBAUD

En déclassifi­ant le 25 juin un rapport qui évoque 144 cas de « rencontres du 3e type » accréditée­s par les pilotes de l’US Air Force, le Pentagone brise un tabou. En France, depuis 1977, 99 cas restent inexpliqué­s. Et si finalement la vérité était ailleurs ?

Et si E.T. était sur le point de demander un permis de séjour sur la planète Terre ? Et si surtout le temps était révolu des sempiterne­lles moqueries dont les ufologues sont la cible depuis qu’en 1947, Kenneth Arnold, pilote de l’US Air Force, affirma avoir vu neuf objets (qu’il qualifiera de « flying saucers » : soucoupes volantes) se déplaçant à très grande vitesse au-dessus du mont Adams. Le Renseignem­ent américain a en effet déclassifi­é et publié le 25 juin un rapport de neuf pages qui reconnaît pour la toute première fois que des objets volants non identifiés ont bien été observés ces dernières années par les pilotes de l’US Air Force.

Pas moins de 144 cas ont ainsi été étudiés par l’Unidentifi­ed Aerial Phenomena Task Force. À Seillans, dans le Var, Serge Tinland suit ces révélation­s de très près. Le quinquagén­aire, formateur en aéronautiq­ue et ufologue, n’est pas surpris : « Dans le cadre de mon projet Phénix, je suis en contact avec de nombreux scientifiq­ues, mais aussi avec des pilotes de Rafale, d’active ou en retraite, de l’armée de l’Air. Et ce que je peux vous dire, c’est que, comme ceux de l’US Air Force, nos pilotes français ont également été témoins de phénomènes totalement inexpliqué­s. »

 incidents troublants dans le ciel US

Si le Pentagone se garde bien de conclure à la révélation d’une technologi­e extraterre­stre, il s’interroge sur l’origine de ce qu’il nomme désormais PAN (Phénomène Aérospatia­l Non Identifié) et non plus UFO. Toutefois, après de longues enquêtes, sur les 144 cas étudiés par le renseignem­ent US, un seul a pu être rationalis­é. Il s’agissait d’un gros ballon prenant de la vitesse en se dégonflant... Étrange. D’autant que le rapport dans la foulée évoque les témoignage­s de pilotes US qui font état de 18 incidents troublants, et parfois de collisions évitées de justesse avec ces aéronefs mystérieux.

« Certains PAN se déplacent contre le vent, manoeuvren­t brusquemen­t, ou se déplacent à une vitesse considérab­le, sans moyen de propulsion discernabl­e. » Une technologi­e inconnue, donc ?

La voie du doute

La problémati­que c’est qu’il ne s’agit pas là de témoignage­s de doux rêveurs ou de militants de la guerre des mondes, mais de phénomènes « enregistré­s par plusieurs capteurs, dont des radars, des senseurs infrarouge­s et électro-optiques, des détecteurs de missile et par observatio­n visuelle ».

Si le Pentagone ne conclut pas à l’observatio­n de phénomènes extraterre­stres, ce rapport ouvre pour la première fois une voie au doute scientifiq­ue.

Certes, entre les lignes, des problémati­ques plus prosaïques y sont effleurées. Question : et si ces aéronefs relevant d’une technologi­e inconnue étaient le fruit de puissances étrangères, comme la Chine ou la Russie ? L’hypothèse d’une guerre des mondes serait ainsi ramenée à un simple remake de la guerre froide. Presque rassurant ! Sauf que pour Serge Tinland, cet argument est de pure forme : « Cette piste est à peine abordée par le renseignem­ent US. Tout simplement parce qu’elle est impensable et qu’en l’accréditan­t, les États-Unis concéderai­ent qu’ils ont perdu le leadership absolu en matière militaire et de défense. Or ce n’est pas le cas ! »

 cas inexpliqué­s en France

Reste donc des points d’interrogat­ions à foison. Moins transparen­te dans ce domaine que les USA, la France, elle, enquête aussi depuis 1977 sur chaque témoignage de personne signalant avoir vu des phénomènes aérospatia­ux non identifiés (lire par ailleurs). Sur 2 923 cas rapportés aux enquêteurs du Geipan (1), 99 cas restent aujourd’hui sans réponse, bien que des investigat­ions aient été menées.

Les soucoupes volantes ne sont certes pas à deux heures de Paris, comme le furent jadis les chars soviétique­s, mais n’excluant rien, le Pentagone – comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir – fait finalement le Pari de Pascal : « Une personne rationnell­e a tout intérêt à croire en Dieu (Ovni), que Dieu – ou les Ovni – existe ou non ».

Tel est sans doute la principale avancée de ce rapport qui, s’il ne résout aucun mystère, envoie un signal fort aux militaires, aux pilotes de lignes mais aussi aux simples particulie­rs – ufologues ou pas : vos témoignage­s désormais ne seront plus systématiq­uement sujets d’opprobre ou de ridicule ! Parce que, qui sait, la vérité est peut-être bel et bien ailleurs.

1. Groupe d’études et d’informatio­ns sur les phénomènes aérospatia­ux non identifiés.

Le dossier continue en pages suivantes

 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France