Var-Matin (La Seyne / Sanary)

Pierre Beake, chasseur d’UFO, raconte...

- Crop circle J.-F. R.

La tête dans les étoiles, il l’a depuis toujours. Pierre est tombé dans la Voie lactée quand il était petit. Dès 8 ans quand ses potes jouaient au foot ou aux petits soldats, il se couchait sur le dos, le soir, dans le pré devant sa maison de Briançon. Sous une voûte céleste pure de toute pollution urbaine, il aimait déjà à rêver à l’audelà des étoiles.

À 64 ans, ce Niçois d’adoption est devenu aujourd’hui l’un des plus obstinés chasseurs d’Ovni de la planète. Le mystère du col de Vence, où depuis plus de trente ans d’étranges phénomènes sont signalés, il en est « l’inventeur ». Presque malgré lui.

Maître d’hôtel au Negresco à Nice, Pierre s’embarque plusieurs années sur le Queen Elisabeth avant de revenir se poser sur la Côte. « Je montais souvent au col de Vence. En 1978, j’y passais avec quelques amis nombre de soirées d’été. Le spectacle que nous y donne le ciel est purement saisissant. Quand je suis revenu à Nice, au début des années quatre-vingt-dix, j’ai repris mes habitudes vençoises. »

Le mystérieux triangle lumineux

S’il a lu des centaines de BD mettant en scène des civilisati­ons galactique­s, s’il a l’âge d’avoir été fasciné par la série Les envahisseu­rs, Pierre Beake ne se prend pas pour David Vincent. Il est simplement sceptique. Se dit que dans l’infinie immensité de l’univers, une autre forme de vie peut exister. Comme tout un chacun finalement... Jusqu’à ce 5 mars 1994 ? Col de Vence avec son épouse, un ami cameraman pour TMC. Tous passionnés d’astronomie. Le nez dans les étoiles jusqu’à 23 heures : « Nous nous enivrions de la beauté de la voûte céleste lorsqu’un triangle lumineux est apparu. Il devait être à un kilomètre au-dessus de nous. Nous sommes restés stupéfaits. Il ne faisait aucun bruit. Il s’est déplacé au-dessus de nos têtes pendant plus de 3 minutes. L’objet non identifié faisait environ 10 cm, rapporté à la distance à laquelle il devait être, on peut imaginer qu’il pouvait sans doute avoir des côtés de plus de 100 m ! »

Pierre fait alors immédiatem­ent un signalemen­t à la gendarmeri­e. Bien qu’avec une pointe d’ironie, le militaire qui le reçoit fait scrupuleus­ement son enquête. Un schéma vient agrémenter sa déposition.

Affaire classée par les autorités

L’enquête ouverte par les gendarmes restera sa suite. Pierre n'est pas contacté par le Geipan. On le prend sans doute pour un doux dingue. Sauf que trois jours plus tard, il retourne au col de Vence avec d’autres témoins... et le mystérieux aéronef réapparaît. « Ce n’est pas un avion de ligne, on ne peut pas alors prétendre comme c’est désormais souvent le cas qu’il s’agit d’un drone... En 1994, cela n’existe pas. »

Cette apparition va changer sa vie. D’abord parce qu’il est le découvreur d’un phénomène qui fascine, fait débat, conforte ceux qui croient en la vie extraterre­stre, interpelle les sceptiques. À la une de Nice-Matin en mars 1994 sous la plume de notre grand reporter André Lucchesi, son histoire fait le tour de France. Pierre passe sur tous les plateaux TV. L’ironie sousjacent­e dont il est parfois la cible ne le dissuade pas de raconter, tout en se gardant de tout prosélytis­me. Le col de Vence va en quelques mois attirer des centaines de « chasseur d’UFO ».

Autour de Pierre, le petit groupe d’amis qui avec lui a été témoin de cette « rencontre du 1er type », se voit dragué de toutes parts. « Ona eu de tout : des sérieux qui cherchaien­t à comprendre, des dingos qui avaient trouvé un nouveau jeu. On a dû faire le tri, et puis se faire plus discret quand les vrais dingues nous ont harcelés ; je pense notamment aux émissaires de la secte de Raël. Là, c’était trop. »

Une boule verte au col de Vence

Mais Pierre ne renoncera pas. Le livre qu’il écrira sur son aventure vençoise – Les mystères du col de Vence – fera en son temps sensation. Pierre y raconte « son » 5 mars 1994 mais aussi les autres fois. Celle de ce tout petit village du Wiltshire en Angleterre où il certifie avoir de nouveau été témoin en octobre 2003 du même phénomène : « Je m’intéressai­s au mystère des “crop circle” pour un

(1) documentai­re. En arrivant avec mon épouse devant le seul pub d’un tout petit bled nommé ArlonBarne­s, le triangle de lumière est de nouveau apparu. » Cette fois, Pierre, équipé de matériel photo et vidéo, a figé l’intention sur de la pellicule (lire par ailleurs).

Et il poursuit sa quête. Fin septembre dernier, il dit avoir de nouveau capté le survol d’un aéronef non identifié au col de Vence : « Une boule verte qui planait au-dessus du col. Et qu’on ne vienne pas me dire qu’il s’agissait d’un effet de Newton pour nous renvoyer encore et

(2) encore dans les cordes de notre prétendue affabulati­on. »

Alors que le Pentagone vient de déclassifi­er des documents secretdéfe­nse, l’ufologue du col de Vence se sent moins seul : « Peut-être que désormais, non seulement on ne se foutra plus de nous, mais on pourra espérer un peu plus de transparen­ce. On ne me fera pas croire que, même s’il n’y a qu’une infiniment petite possibilit­é qu’une forme de vie extraterre­stre ait développé une technologi­e surpuissan­te lui permettant de venir rôder autour de la Terre, la Nasa ou les grandes puissances économique­s et militaires n’ont pas procédé depuis longtemps à des investigat­ions. »

1. : littéralem­ent cercle de culture réalisé dans un champ de céréales par couchage des épis. Visibles uniquement­depuisleci­el,cescomposi­tionsgéomé­triques peuvent s’étendre sur plusieurs hectares.

2. Les anneaux de Newton sont une propriété optique de la physique qui se produit entre deux morceaux de verre lorsqu’un des morceaux est convexe, que l’autre est plat et qu’il y a un espace aérien entre les deux éléments.

 ?? (Photo Pierre Beake) ?? Pierre dit avoir vu un objet non identifié au col de Vence en .
(Photo Pierre Beake) Pierre dit avoir vu un objet non identifié au col de Vence en .

Newspapers in French

Newspapers from France