Var-Matin (La Seyne / Sanary)

« L’absence de preuve n’est pas la preuve de l’absence »

Astrophysi­cien à Nice, directeur de recherche au CNRS, Patrick Michel évoque les possibilit­és d’une vie ailleurs. Sans renier la part de poésie et de rêve à laquelle ce sujet nous appelle…

-

Quels sont les signes tangibles, s’il y en a, d’une possibilit­é de vie ailleurs ?

Il faut dissocier les Ovnis de cet autre sujet qu’est une éventuelle vie ailleurs. Jusqu’à maintenant, on a toujours trouvé une explicatio­n naturelle. Le Pentagone a révélé des images de phénomènes inexpliqué­s, mais il y a plein de phénomènes que l’on n’explique pas et ce n’est pas pour cela que ce sont des Ovnis. Une autre chose à dire, nous, astrophysi­ciens, nous avons de grands télescopes qui scrutent le ciel en permanence, et nous n’avons rien vu. C’est bien dommage : on en aurait rêvé ! Il n’y a pas un tabou là-dessus, on cherche tous la vie ailleurs. S’il y en avait une, nous n’aurions aucune raison de le cacher, au contraire. Bien sûr, le jour où on la trouvera, si on la trouve, sera mis en place un protocole pour l’annoncer car ce peut être un bouleverse­ment, remettant en cause la place de l’Homme dans l’univers. avec un objet de la taille de Mars, se forme avec la bonne masse et la trajectoir­e adéquate. Sans la Lune, l’axe de rotation de la Terre évoluerait de façon chaotique et l’on n’aurait plus les saisons. Or, cet impact aurait pu ne pas se produire. En résumé, quand on regarde toutes les conditions qu’il a fallu rassembler, on se dit que c’était un système supercontr­aint. Peut-il se produire ailleurs ? C’est la grande question.

Sauf si un Dieu l’avait organisé ?

Oui, mais comme dirait l’autre, si Dieu m’avait consulté pour créer l’univers, j’aurais suggéré quelque chose d’un peu plus simple ! Cette idée d’un créateur, la science n’en discute pas. Elle s’occupe de ce qu’elle peut observer et vérifier.

Newspapers in French

Newspapers from France