Var-Matin (La Seyne / Sanary)

« Ici, c’est la rue, la vraie » :

-

« Ils ont vraiment saisi 45 000 euros ? C’est énorme, énorme, énorme. » Hier matin, devant le 222 route de Turin : nous venons de croiser un locataire. Ce retraité, qui vit modestemen­t depuis une vingtaine d’années dans cette cité baptisée Les loggias du Paillon, est sous le choc. Il a toujours travaillé, gagné sou après sou. Alors imaginez, 45 000 euros entre les mains de gamins de 18 ans… Il n’en revient pas. Juste derrière nous, une inscriptio­n peinturlur­ée en rouge sur un mur extérieur indique : « Ici c’est la rue, la vraie. » Les fauteuils des guetteurs sont là, à chaque angle d’immeuble de ce microquart­ier en cul-de-sac. Ils sont inoccupés à cette heure. Mais notre présence est vite remarquée. Un jeune tourne, observe nos allées et venues, téléphone en main.

« C‘est très difficile ici, ça fait 19 ans qu’on habite la résidence », commente le retraité. Sa femme, à ses côtés, abonde : « Nous n’avons jamais eu de soucis avec les jeunes, ils n’embêtent pas les riverains. Mais quand je rentre du travail, que toute la soirée j’entends les cris, “Ara” pour prévenir qu’il y a des policiers, les hurlements dans les cages d’escalier… Comment voulez-vous que j’arrive à me reposer ? »

« Les médiateurs ont peur ici »

Elle voudrait que Côte d’Azur Habitat mette un gardien en permanence. « Quelqu’un qui sache s’imposer dans une cité. Même les médiateurs ont peur ici. »

Sur les bâtiments, le nombre « 222 » est tagué partout. Comme un sigle de ralliement. L’ensemble

Newspapers in French

Newspapers from France