Var-Matin (La Seyne / Sanary)

Giardino, l’envol d’une prodige

Championne de France avec Saint-Raphaël 2016, incontourn­able en équipe de France au poste de libero, Amandine Giardino rayonne et voit plus loin. De La Seyne à Aix, retour sur son parcours.

- T. L.

C’est un parcours doré et très ensoleillé que connaît Amandine Giardino depuis le début de sa carrière. Pour preuve, la Varoise a exclusivem­ent joué dans des clubs du SudEst (Saint-Raphaël, Le Cannet, Aix-Venelles).

La native de La Seyne-surMer demeure, par ailleurs, un modèle de précocité. Dès l’âge de 12 ans, elle évoluait en Nationale 2, avant de passer profession­nelle à 18 ans.

Des titres majeurs avec le SRVVB

La suite ? Un sacre de championne de France à 21 ans. Pas mal... Tombée dans la marmite du volley très tôt, la Varoise a commencé avec le club de Toulon Six-Fours La Seyne, où rapidement son talent lui a permis de suivre les filières fédérales, la guidant vers le haut niveau. Adolescent­e, elle s’impose aux côtés des adultes en N2, avant de profiter ensuite du tremplin du pôle France à Boulouris, puis une première année à l’IFVB avant de débarquer une première fois à Saint-Raphaël en 2013. « J’ai eu la chance d’avoir des très bons entraîneur­s au cours de ma formation. Et comme j’ai changé souvent de club dans ma jeunesse, j’ai emmagasiné de l’expérience, comme quand je suis allé au Cannet, où j’étais deuxième libero derrière la meilleure spécialist­e du monde à l’époque : Nicole Davi. J’ai énormément appris », confie-t-elle.

Son second passage à SaintRapha­ël sera encore plus riche et ponctué d’un titre de championne de France en 2016 et d’une campagne en Ligue des champions lors de la saison 2016-2017 : « C’était un moment très fort, mais surtout trois années mémorables. »

Cela n’empêche pas Amandine Giardino de changer

La Varoise, nouvelle joueuse d’Aix-Venelles, vise haut avec l’équipe de France.

d’air et de signer au Cannet. En parallèle, elle prend du galon en équipe de France en succédant à Alexandra Rochelle au poste de libero : « Je réalise l’Euro 2019 dans la peau d’une titulaire. C’était une très bonne expérience, l’occasion de se jauger au top niveau européen, malgré un parcours délicat (éliminatio­n au 1er tour avec une victoire en cinq matchs, Ndlr) », se souvient-elle.

Objectif : Paris 

Incontourn­able avec les Bleues, Amandine Giardino se trouve dans le bon wagon d’une équipe de France qui ne cesse de grandir depuis trois ans, avec un nouvel Euro cet été en perspectiv­e (du 18 août au 4 septembre en Serbie, Bulgarie, Croatie et Roumanie). L’échec aux portes du Final Four de la Golden League européenne, début juin avec des victoires références contre la Roumanie et l’Espagne, atteste d’un vent porteur, où les Jeux Olympiques de Paris 2024 s’inscrivent comme le grand objectif. « Je pense vraiment qu’on a pris une nouvelle dimension. On sent un renouveau depuis la prise en main d’Émile Rousseau et tout le monde a adhéré à ce beau projet. Il y a un vent de fraîcheur dans cette équipe qui n’est pas une somme d’individual­ités, mais un réel collectif investi d’une mission. Il y a une équipe type, mais les remplaçant­es sont toujours enthousias­tes et prennent tout ce qu’il y a de meilleur pour avancer », résume-telle.

Amandine Giardino fera la saison prochaine les beaux jours d’Aix-Venelles, où elle remplacera Alisée Camberaber­o, partie à… Saint-Raphaël : « C’est vrai que mon parcours fait très “sudiste”, j’aime le Sud et j’aime n’être pas très loin de ma famille, mais ce sont surtout les opportunit­és qui se sont présentées comme ça », conclutell­e avec le sourire. L’heure de route reliant la salle Mandela de Venelles à La Seyne sera sans doute l’un de ses chemins les plus convoités la saison prochaine.

 ??  ??
 ?? (Photo T. L.) ??
(Photo T. L.)

Newspapers in French

Newspapers from France