Var-Matin (La Seyne / Sanary)

Quelles sont les communes les plus touchées par le feu

Pas moins de neuf communes varoises ont subi le passage du feu de Gonfaron dans les Maures. Paradoxale­ment, ce ne sont pas celles dont on a le plus parlé, qui ont perdu le plus de forêt.

- SO. B.

La cartograph­ie s’affine. Et avec, le bilan définitif de l’incendie du 16 août, qui a ravagé des milliers d’hectares dans la plaine et le massif des Maures. Au total, les relevés cartograph­iques de la cellule forestière permettent

(1) de préciser la superficie brûlée, finalement établie à 6 832 hectares, un cran en dessous des 7 100 ha qui avaient été estimés, à chaud.

Les services de l’État ont chiffré et cartograph­ié les superficie­s brûlées, commune par commune. Le résultat montre que les deux territoire­s qui ont le plus souffert sont ceux du Cannet-des-Maures et de la Garde-Freinet, avec un peu plus de 4 000 hectares cumulés. Ensuite, en superficie brûlée, vient la commune de Cogolin, là où le feu a été arrêté, pendant la première nuit, sur une route départemen­tale.

Quant à Gonfaron, où l’incendie a éclaté, le long d’une aire d’autoroute, c’est aussi la commune la moins abîmée par le feu, 75 ha y sont partis en fumée.

Vertige

Même si ces chiffres donnent une indication très précise du passage du feu, ils masquent des réalités contrastée­s.

L’impact économique est différent, selon les communes. Rien qu’à Grimaud, « les chiffres de la catastroph­e donnent le vertige », avait souligné le maire Alain Benedetto, parmi des élus varois, le 6 septembre dernier. « 450 hectares, un relais équestre et un camping détruit, 75 habitation­s touchées, 16 exploitati­ons agricoles et un hôtel sinistrés », selon la liste qu’il avait dressée.

Sur l’ensemble du feu, on ignore combien d’habitation­s ont entièremen­t brûlé.

Les dégâts naturels sont immenses, sur la faune et la flore. Sur l’ensemble du feu, environ 15 % de landes ont brûlé. Sinon, ce sont des forêts de feuillus et de conifères.

Dans la réserve naturelle nationale de la plaine des Maures, « près de 80 % de la surface des milieux naturels ont été détruits », estime le conseil scientifiq­ue de la réserve, qui a rendu un avis fin août.

« Les feux de forêt ont fragilisé, à court et moyen termes, de façon très significat­ive les habitats d’espèces protégées », telles que la tortue d’Hermann, ainsi que de nombreuses espèces protégées de reptiles et de chauve-souris.

Dans ce contexte, des mesures sont prises, interdicti­on de pâturage, chasse, pêche, afin « d’éviter toute perturbati­on supplément­aire ».

1. Dépendants de la Direction des territoire­s et de la mer, ces experts ont établi la cartograph­ie de l’incendie de Gonfaron.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France