Var-Matin (La Seyne / Sanary)

TOP  « L’écart est flagrant »

Déçu mais lucide, le demi d’ouverture internatio­nal Louis Carbonel est revenu en aprèsmatch sur la leçon infligée par le Stade toulousain et les manques actuels du RCT.

- PROPOS RECUEILLIS PAR OLIVIER BOUISSON

L’équation est simple mais bougrement difficile à résoudre. Le RCT version 2021-22 a besoin de temps pour créer de la cohésion au sein du groupe et des automatism­es sur le terrain. Problème : il n’a pas le temps. Dans ce championna­t où dix équipes sont à la bagarre pour six places, chaque point perdu, chaque occasion manquée, peut s’avérer rédhibitoi­re. Les Toulonnais sont bien placés pour en parler, eux, les recalés de la dernière journée en juin dernier. Dimanche soir, dans les travées d’Ernest-Wallon, le capitaine Sergio Parisse évoquait une suite des opérations tendue : « On a déjà un match sous pression qui arrive le week-end prochaine contre le Stade Français ». Son cadet, Louis Carbonel, s’est, lui, livré à une analyse plus en profondeur sur les manques actuels de l’équipe et la gestion du temps.

Une défaite par plus de  points, on imagine que vous êtes loin de l’objectif fixé avant match...

On sait que c’est compliqué de gagner à Toulouse, mais on aurait au moins pu perdre avec la manière et ne pas prendre  points. Notre début de math a été très satisfaisa­nt mais le point noir, c’est qu’on a jeté les ballons et qu’on a pris deux contres. Ça nous a fait très mal car on était bien dans le match. Après, je pense que Toulouse était plus fort. On n’a pas mis assez d’envie et d’intensité dans notre rugby pour les contrer. Ils ont mis leur jeu en place et leur puissance a parlé.

Le premier carton jaune infligé à la e minute vous a-t-il mis un coup d’arrêt ?

Selon moi, ce sont plutôt les deux contres. On est dans leurs  mètres, proches de marquer et on prend des essais à zéro passe. C’est à partir de là qu’on est parti un peu dans tous les sens. On n’a pas su rester dans le cadre donné avant le match.

Ce match servait à mesurer l’écart entre une équipe doublement titrée et une équipe en reconstruc­tion. Quel est-il selon vous ?

Il est flagrant sur ce match. Nous, on est une équipe en reconstruc­tion avec pas mal de recrues et des jeunes.

Pour la plupart, c’est la première fois que l’on jouait ensemble. Ça mettra certaineme­nt un peu de temps mais il ne faudra pas trop en prendre au risque de ne pas atteindre nos objectifs (de qualificat­ion). Chaque année, on dit que l’on a besoin de temps et on ne se qualifie pas, c’est un peu embêtant. L’an dernier, on est passé très proche, on a loupé certains matchs qui étaient à notre portée. Le week-end prochain, on a un gros morceau qui vient chez nous (Stade français dimanche à h) et on ne doit pas prendre de retard. J’espère que l’on va se remobilise­r et se remettre en question pour bien attaquer la suite de cette nouvelle saison.

Avez-vous ressenti un manque de communicat­ion sur le terrain ?

Oui, on a également un manque de repères. Jiuta Wainiqolo n’est arrivé que cette semaine, par exemple. On doit donc communique­r et passer du temps ensemble pour apprendre à se connaître, mais aussi mettre des choses en place. On a vu que dès que l’on avait le ballon, on était super. Le problème c’est que l’on n’a pas réussi à lancer notre jeu, notamment sur conquête. Face à une équipe aussi bien rodée que celle ça, tu subis, tu subis et à un moment tu es obligé de lâcher.

Comment vous êtes vous senti pour votre reprise ?

J’appréhenda­is un peu mais ça s’est très bien passé. J’ai fait deux grands sprints et après j’étais un peu dans le dur. Mais ce n’est pas grave, jouer fait du bien et j’ai hâte d’enchaîner avec le RCT, mais en mieux, car prendre  points fait mal au crâne... J’espère qu’on va vite relever la tête car en Top , on n’a pas le droit à beaucoup d’erreurs.

 ?? (Photo PQR/La Dépêche du Midi/Xavier de Fenoyl) ?? Trop court par deux fois pour reprendre les contres toulousain­s (ici Zack Holmes), Louis Carbonel est conscient que le RCT ne doit pas laisser partir le wagon des favoris.
(Photo PQR/La Dépêche du Midi/Xavier de Fenoyl) Trop court par deux fois pour reprendre les contres toulousain­s (ici Zack Holmes), Louis Carbonel est conscient que le RCT ne doit pas laisser partir le wagon des favoris.
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France