Huiles d’olive : le goût de l’ex­cel­lence avant tout Dra­gui­gnan

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - M. B. mbes­cond@ni­ce­ma­tin.fr

C ’est une belle culture que celle de l’olivier ! », lan­çait Vincent Cas­tel, pré­sident d’hon­neur du grou­pe­ment des oléi­cul­teurs va­rois (Gov). Sur les coups de mi­di, hier, au mu­sée des ATP, ce­lui qui était éga­le­ment pré­sident du ju­ry li­vrait le pal­ma­rès 2018 du concours na­tio­nal des huiles d’olive, olives de table et dé­ri­vés. Bi­lan des courses : un cru ho­no­rable avec pas moins de 45 mé­dailles re­mises (voir ci-des­sous).

Un concours unique dans le Var

« C’est le seul concours na­tio­nal dans le dé­par­te­ment ! rap­pe­lait Vincent Cas­tel. Après quelques an­nées de pause, « nous l’avons re­lan­cé de­puis deux ans, avec le sou­tien de la Com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion dra­cé­noise (Cad) et la Ville de Dra­gui­gnan. » Un ren­dez-vous dont Olivier Au­di­bert-Troin, pré­sident de la Cad, louait à son tour les mé­rites : « Ici, vous ne re­ce­vez pas sim­ple­ment des mé­dailles. Au-de­là de la re­con­nais­sance, il s’agit d’une vé­ri­table ode à l’olive et aux pro­duc­teurs que vous êtes. » Et de ci­ter Pierre de Cou­ber­tin : « L’es­sen­tiel, c’est de par­ti­ci­per. En par­ti­ci­pant, vous faites vivre les tra­di­tions qui sont les nôtres. » Ce­ci non sans mettre en avant un ter­ri­toire qui lui tient à coeur : « La ru­ra­li­té, ce n’est pas un slo­gan. Ni une po­li­tique de scène. » Et de rap­pe­ler : « Nous avons neuf mou­lins à huile en­core en ac­ti­vi­té sur le ter­ri­toire de la Cad. Ça veut dire quelque chose ! Nous ré­flé­chis­sons d’ailleurs à une ex­ten­sion du mu­sée des ATP, avec une salle dé­diée à l’oléi­cul­ture qui com­pren­dra un mou­lin en état de marche. »

Par­ti­ci­pa­tion en hausse

Cette an­née, ils étaient 51 par­ti­ci­pants à pro­po­ser près de 130 échan­tillons is­sus de tout le bas­sin mé­di­ter­ra­néen (1). Soit 30 % de plus que l’an pas­sé. Un chiffre en hausse qui reste néan­moins loin des an­nées fastes du concours créé en 1982, « avec jus­qu’à 180 par­ti­ci­pants au comp­teur. » « Cette an­née, nous avons ac­cueilli une di­zaine de nou­veaux pro­duc­teurs », se fé­li­ci­tait le pré­sident d’hon­neur du Gov, éga­le­ment pré­sident du ju­ry. Un jo­li dé­ve­lop­pe­ment, d’au­tant que la pro­duc­tion a été im­pac­tée par la sé­che­resse.

Moins d’arômes

« Cer­tains ex­ploi­tants n’ont pas at­teint les 500 litres ré­gle­men­taires pour s’ins­crire au concours. La ru­desse du cli­mat a tou­ché aus­si bien la vo­lu­mé­trie que la sa­veur de l’huile. Les arômes du fruit n’ont pu se dé­ve­lop­per dans toute leur quin­tes­sence. Même si on re­trouve bien sûr le goût, il est moins pro­non­cé que les an­nées pré­cé­dentes. » Une qua­ran­taine de ju­rés étaient pré­sents pour ju­ger le pré­cieux li­quide et ses dé­ri­vés. « Ils étaient réunis à trois ou quatre par table. Tous avaient à no­ter 5 à 6 échan­tillons en fonc­tion de dif­fé­rents cri­tères : ron­deur, ar­dence, te­nue en bouche, etc. » Quant aux dé­ri­vés, type pâte d’olives ou autres, Vincent Cas­tel pré­ci­sait : « Ces pro­duits ont évo­lué. On uti­lise au­jourd’hui da­van­tage d’aro­mates dans leur confec­tion : ci­tron, fe­nouil, etc. Or, ceux-ci ne doivent pas sup­plan­ter le goût de l’olive qui doit res­ter pré­do­mi­nant. » Tou­jours est-il que pour les pro­duc­teurs, c’est un concours de choix. « C’est une belle com­pé­ti­tion ! pré­ci­sait Jacques Ger­va­so­ni, du mou­lin du même nom à Aups. Au­tant que le pres­ti­gieux Concours gé­né­ral agri­cole de Pa­ris. C’est une bonne chose qu’il ait été re­lan­cé. Ce­la per­met de va­lo­ri­ser notre tra­vail. Et les ma­ca­rons que nous ap­po­sons sur nos pro­duits sont une vraie plus­va­lue. » Et le pré­sident d’hon­neur de conclure : « Je suis très sa­tis­fait de cette édi­tion. Nous étions pes­si­mistes au re­gard de la sé­che­resse, mais fi­na­le­ment, nous avons comp­té plus de pro­duc­teurs que l’an pas­sé. Je suis vrai­ment heu­reux que ce concours re­dé­marre et que les élus com­prennent la né­ces­si­té de pro­mou­voir les pro­duits oléi­coles. Tout ce­ci me rend confiant pour l’ave­nir ! » 1. Is­sus de 13 dé­par­te­ments du sud de la France (04, 06, 11, 13, 26, 30, 34, 66, 81, 83, 84 et Corse). - Ate­lier du mou­lin à Nîmes (). Olives vertes pi­cho­line. - Champ So­leil à La Tri­ni­té (). Pâte fe­nouil-aneth.

Mé­dailles d’ar­gent : - Co­opé­ra­tive oléi­cole La Bel­gen­tiè­roise à Bel­gen­tier (). Pâte d’olive noire. - Ca­trice Gour­met à Sa­lernes (). Ta­pe­nade noire. - Co­opé­ra­tive oléi­cole La Bel­gen­tiè­roise à Bel­gen­tier (). Olives vertes pas­teu­ri­sées Lucques. - Co­opé­ra­tive oléi­cole La Bel­gen­tiè­roise à Bel­gen­tier (). Olives vertes pas­teu­ri­sées Pi­cho­line. - Champ So­leil à La Tri­ni­té (). Ta­pe­nade verte an­chois. - Oli­ve­raie de la Si­role à Co­lo­mars (). Ta­pe­nade verte aro­ma­ti­sée.

Mé­dailles de bronze : - Ca­trice Gour­met à Sa­lernes (). Ta­pe­nade noire au jus de truffe. - Oli­ve­raie de la Si­role à Co­lo­mars (). Ta­pe­nade noire aro­ma­ti­sée.

(Pho­to Dy­lan Meif­fret)

Une par­tie des mé­daillés en­tou­rée par les or­ga­ni­sa­teurs, les membres du ju­ry et les élus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.