Paul Ré­mond, fu­tur évêque de Nice, com­man­dant hé­roïque

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Armistice De 14-18 -

En ce 2 août 1916, au bord de la Somme, sur un che­min en­com­bré de ca­davres d’hommes et de che­vaux, le capitaine, ins­tal­lé dans son au­to­mi­trailleuse, donne le si­gnal de l’as­saut. Les Al­le­mands ré­pliquent en ti­rant. Ça mi­traille à tout va. Im­pos­sible de conti­nuer. Le capitaine aper­çoit alors un vieux mou­lin sur le bas-cô­té et dé­cide de s’y re­plier. Les hommes se jettent hors de leurs vé­hi­cules, courbent le dos sous les tirs en­ne­mis, se ruent vers le bâ­ti­ment. Le capitaine, qui re­marque l’un de ses hommes en dif­fi­cul­té, res­sort sous les bom­bar­de­ments pour lui por­ter se­cours. Il a dé­jà fait ce­la l’an­née pré­cé­dente et a été bles­sé. Il n’hé­site pas à re­com­men­cer.

« Juste par­mi les na­tions »

Ce capitaine n’est pas un homme comme les autres. C’est un prêtre, Paul Ré­mond. Il est en­tré dans la guerre dès le 2 août 1914, à 41 ans. Il a été nom­mé capitaine en 1915, de­vien­dra com­man­dant – l’ec­clé­sias­tique le plus gra­dé de l’ar­mée. Il a com­man­dé à des hommes jus­qu’à l’épui­se­ment. Il sa­vait les en­cou­ra­ger, les conso­ler, les ac­com­pa­gner au seuil de la mort. Paul Ré­mond se­ra nom­mé évêque de Nice en 1930 et res­te­ra à ce poste jus­qu’en 1963, dé­si­gné « Juste par­mi les na­tions » pour son ac­tion dans la Se­conde Guerre mon­diale. Il de­meure l’une des grandes fi­gures de l’his­toire re­li­gieuse ni­çoise.

(DR)

Paul Ré­mond (ici à droite) fut l’ec­clé­sias­tique le plus haut gra­dé dans l’ar­mée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.