Qui peut-être concer­né? Quatre exemples… par­mi d’autres

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’info Du Jour -

Le bu­reau des ré­cla­ma­tions (bap­ti­sé

Claims sub­mis­sion of­fice, ou aus­si CSO) le confirme ai­sé­ment, tout le monde peut être concer­né par cette de­mande d’in­dem­ni­sa­tion. Mais tout le monde, c’est très vague. Ain­si, on en­tend par là les en­ti­tés pu­bliques (com­munes, col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales), pri­vées (pê­cheurs, hô­te­liers, res­tau­ra­teurs, clubs nau­tiques, clubs de plon­gée, etc.), mais aus­si tous les par­ti­cu­liers si­tués à proxi­mi­té (ou pas) de la zone im­pac­tée. Voi­ci quatre exemples.

  Nom­breuses sont les com­munes qui ont mo­bi­li­sé du per­son­nel pour ré­pondre à cette pa­nique ful­gu­rante des hy­dro­car­bures échoués ve­nus souiller le sable du Golfe. Chaque com­mune im­pac­tée mon­te­ra un dos­sier adres­sé au CSO avec, à l’in­té­rieur, toutes ses re­quêtes d’in­dem­ni­sa­tions. Du coût du per­son­nel à l’uti­li­sa­tion des en­gins tech­niques, les fac­tures d’élec­tri­ci­té, le ga­zoil uti­li­sé, etc.

’   Pay­sage souillé… chiffre d’af­faires di­mi­nué? Il fau­dra le prou­ver. Les ex­ploi­tants de plages et res­tau­ra­teurs tou­chés éco­no­mi­que­ment (comme ma­té­riel­le­ment, d’ailleurs) sont ame­nés à se faire re­cen­ser et doivent mon­ter, eux aus­si, le dos­sier de de­mande d’in­dem­ni­sa­tion.

    Plus com­plexe. Dans le Golfe, les pro­prié­taires de ba­teau sont nom­breux. Dif­fi­cile de sa­voir, de­puis l’ar­ri­vée des hy­dro­car­bures sur nos côtes, si les coques ont souf­fert de ce contact in­vo­lon­taire. Seuls les beaux jours per­met­tront de s’en aper­ce­voir, et dans le cas échéant, de mon­ter un dos­sier. Le bu­reau du CSO le sait, seul le beau temps per­met­tra aux gens de s’en rendre compte : «Nous pen­sons clai­re­ment qu’après chaque week-end en­so­leillé, nous al­lons avoir des de­mandes le lun­di ma­tin. C’est cer­tain, vous ver­rez.»

  Vous êtes pê­cheur et votre ac­ti­vi­té a été for­te­ment (ou même lé­gè­re­ment) im­pac­tée par les plaques d’hy­dro­car­bure se ba­la­dant en mer, vous en­trez éga­le­ment dans les ca­té­go­ries de per­sonnes po­ten­tiel­le­ment in­dem­ni­sables.

Vous l’au­rez com­pris, nom­breux sont les can­di­dats. Tous dif­fé­rents. Le bu­reau du CSO l’as­sure, tous les cas se­ront exa­mi­nés un par un, à la loupe. Il n’y a ni règle, ni pour­cen­tage. Tout se­ra étu­dié au plus ra­pide. Mais pour ça, en­core faut-il se faire connaître au­près du ser­vice com­pé­tent. Et plus votre dos­sier se­ra com­plet, plus il au­ra de chance d’abou­tir.

(Pho­to­doc Luc Bou­tria)

Les ro­chers du Golfe de Saint-Tro­pez, eux aus­si, ont fait les frais de l’ar­ri­vée mas­sive des plaques d’hy­dro­car­bures sur le lit­to­ral.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.