San­té

PRÉ­VE­NIR LES TROUBLES DI­GES­TIFS DU SPOR­TIF

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte et photos : C. Tau­pin

Le sys­tème di­ges­tif est un or­gane clé de la per­for­mance spor­tive.

C’est de lui que dé­pend la bonne as­si­mi­la­tion des dif­fé­rents nu­tri­ments. En cas de dys­fonc­tion­ne­ment, des risques de per­tur­ba­tions lors des ef­forts in­tenses peuvent sur­ve­nir et oc­ca­sion­ner des baisses de per­for­mances. L’as­si­mi­la­tion des ali­ments s’ef­fec­tue en plu­sieurs étapes : la di­ges­tion, qui consiste à frag­men­ter les mi­cro­nu­tri­ments pour pas­ser dans le sang ; l’ab­sorp­tion des acides ami­nés, glu­cides, acides gras et autres vi­ta­mines et mi­né­raux ; l’éli­mi­na­tion des dé­chets ; l’im­mu­ni­té, la flore in­tes­ti­nale jouant un rôle es­sen­tiel dans le mé­ca­nisme des dé­fenses im­mu­ni­taires. Si l’une de ces phases pose pro­blème, cette as­si­mi­la­tion se­ra per­tur­bée. Ce­la oc­ca­sion­ne­ra alors des troubles di­ges­tifs se ma­ni­fes­tant par des gaz mal­odo­rants, un bal­lon­ne­ment, des selles li­quides et une no­nab­sorp­tion des vi­ta­mines et mi­né­raux. Si ces troubles peuvent concer­ner l’en­semble de la po­pu­la­tion, les spor­tifs sont d’au­tant plus concer­nés que, du­rant l’ef­fort, ils puisent dans leurs ré­serves et que l’or­ga­nisme a be­soin de tous ces mi­cro­nu­tri­ments pour fonc­tion­ner à plein ré­gime. Des études ont mon­tré que 30 à 50% des spor-

Il est pos­sible de pré­ve­nir les troubles di­ges­tifs en en­tre­te­nant au quo­ti­dien la “mé­ca­nique”, comme on le fe­rait avec une voi­ture.

tifs se­raient concer­nés par les troubles di­ges­tifs pou­vant oc­ca­sion­ner des crampes, des frin­gales, sen­sa­tion de faim in­tense et bru­tale, ou en­core de l’ané­mie, baisse de l’hé­mo­glo­bine dans le sang. Le spor­tif se doit donc d’être at­ten­tif au bon fonc­tion­ne­ment de son ap­pa­reil di­ges­tif. Il est tout à fait pos­sible de pré­ve­nir ces troubles di­ges­tifs en en­tre­te­nant au quo­ti­dien la “mé­ca­nique”, comme on le fe­rait avec une voi­ture, et pas seule­ment en phase de com­pé­ti­tion… Ain­si, en pé­riode de re­pos, il est im­por­tant de man­ger tran­quille­ment, à table, en mas­ti­quant bien les ali­ments pour lais­ser le temps aux en­zymes di­ges­tives de bien agir. Il convient éga­le­ment d’ab­sor­ber une bonne quan­ti­té de fibres pour fa­ci­li­ter le tran­sit in­tes­ti­nal. Néan­moins ces der­nières se­ront li­mi­tées voire sup­pri­mées en pé­riode de com­pé­ti­tion car elles ac­cé­lèrent alors trop le tran­sit ! En pé­riode hors com­pé­ti­tion, il est éga­le­ment re­com­man­dé d’intégrer des pro­bio­tiques (mi­cro-or­ga­nismes vi­vants qui vont amé­lio­rer l’équi­libre de la flore in­tes­ti­nale) à son ali­men­ta­tion. On les trouve es­sen­tiel­le­ment dans les yaourts au bi­fi­do­bac­té­ries et aux lac­to­ba­cilles, mais aus­si dans des pro­duits fer­men­tés tels que la chou­croute, les sauces so­ja et Nuoc nam… et sous forme de com­plé­ments ali­men­taires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.