Tuto : 10 trucs pour ne pas se faire pour­rir

Qui ne s'est ja­mais fait at­tendre sur le pas de la porte avec le rou­leau à pâ­tis­se­rie par sa chère et tendre, après un bon gros ride pro­lon­gé ? His­toire de li­mi­ter les scènes de mé­nages, voi­ci dix trucs tes­tés et ap­prou­vés pour vous ga­ran­tir un couple qui

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte : Ni­co­las Le Car­ré Pho­tos : N. Le Car­ré et DR.

1 Soyez à l’heure

On s'est tous fait avoir un jour. La sor­tie du di­manche ma­tin, les co­pains, des jo­lis trails et le temps qui dé­file. Voi­là, alors que vous étiez sup­po­sé ren­trer à la mai­son pour le pou­let-frites du di­manche, vous vous ta­pez une soupe à la gri­mace parce que vous avez lé­gè­re­ment dé­bor­dé sur l'ho­raire et qu'il est plu­tôt l'heure de man­ger un BN avec un bon bol de cho­co­lat chaud. Les gars, n'ou­bliez pas que le di­manche est aus­si l'oc­ca­sion de pro­fi­ter de celle pour qui vous avez dé­cla­ré votre flamme ! Di­vi­sez votre jour­née en deux par­ties bien dis­tinctes et im­per­méables l'une de l'autre. C'est la clé du suc­cès. Et si par mal­heur vous ren­trez en re­tard, sa­chez que l'ex­cuse du co­pain qui se casse la gueule, des clés de la voi­ture per­dues parce que la poche du sac à dos était res­tée ou­verte ou en­core celle du porte-feuille ou­blié sur le toit de la voi­ture (vé­ri­dique)... ça ne marche qu'une seule fois !

2 Ren­trez propre

Mieux ar­ri­ver un peu en re­tard et propre plu­tôt qu'à l'heure fa­çon Mud Days. Sur le che­min du re­tour, ar­rê­tez-vous dans une sta­tion de la­vage au­to et pro­fi­tez-en pour faire un pré-la­vage de vos fringues en plus de votre VTT. Tant que vous y êtes, dé­bar­bouillez-vous. Les cho­chottes, ça pique un peu mais vous au­rez en plus un gom­mage à l'oeil. Votre chère et tendre se­ra ra­vie de voir que vous avez en­fin dé­ci­dé d'ar­rê­ter de bou­cher le si­phon de la douche ou bien la ma­chine à la­ver avec vos fringues dé­gueu­lasses. Si vous êtes un vrai gent­le­man, vous avez même pen­sé à faire un stop au La­vo­ma­tic...

3 N'ou­bliez pas les in­évi­table

Quoi, t'as ou­blié qu'au­jourd'hui on dé­jeu­nait chez bel­le­ma­man ? Celle-là, vous avez dû l'en­tendre quelques fois. Eh oui, jour du sei­gneur rime bien sou­vent avec obli­ga­tions fa­mi­liales. Là, la sor­tie du di­manche ma­tin avec les co­pains est d'au­tant plus dif­fi­cile à gé­rer car elle de­mande une lo­gis­tique plus im­por­tante, dans la me­sure où il faut com­bi­ner les conseils 1 & 2. Un conseil : pré­voyez les alarmes sur votre té­lé­phone, car il va y avoir du sport !

4 Pro­vo­quez la sur­prise

Rien de pire que le train-train quo­ti­dien. De temps en temps, lâ­chez un peu votre VTT pour faire une pe­tite sur­prise à votre douce. Alors qu'elle s'at­tend à ce que vous par­tiez re­trou­ver les co­pains, fon­cez chez le bou­lan­ger du coin pour pré­voir un pe­tit dé­jeu­ner au lit qui pour­rait bien se fi­nir en gym­nas­tique spor­tive sous la couette… Ça marche à 90%. Avouez que c'est plu­tôt ten­tant, non ?

5 Ac­cep­tez les is com­prom

Qui va loin mé­nage sa mon­ture. Sa­chez être flexible. Il y a des jours où il fau­dra sa­voir pri­vi­lé­gier la vie de couple plu­tôt que la vie que vous par­ta­gez avec votre bi­cy­clette. Evi­tez le mar­chan­dage, soyez plu­tôt dans l'écoute et la to­lé­rance. Une vie de couple équi­li­brée, ce n'est pas né­ces­sai­re­ment tout par­ta­ger. En­cou­ra­gez-la à sor­tir dî­ner avec ses co­pines, à pro­fi­ter de votre ab­sence pour pra­ti­quer une ac­ti­vi­té spor­tive ou cultu­relle. Vous ver­rez, vos re­trou­vailles n'en se­ront que plus bé­né­fiques !

6 Rou­lez avec elle !

Bin­go, vous avez trou­vé la perle rare qui par­tage la même pas­sion que vous. Celle qui com­prend que vous ren­trez une heure en re­tard parce que votre co­pain est un bou­let et qu'il a cre­vé trois fois. Celle qui vous dit « al­lez, on se la re­fait ? » alors qu'il est 11h47 et que vous avez l'an­ni­ver­saire de ton­ton Gil­bert dans 13 mi­nutes. Bref, celle qui – dans tous les cas – se­ra dans la même si­tua­tion em­bar­ras­sante que vous !

7 Met­tez­vous aux four­neaux

Ou­bliez le bon vieux temps où vous met­tiez les pieds sous la table en ren­trant de rou­ler ! Al­lez, ce coup-ci, c'est vous qui vous y col­lez. Vous ver­rez, ce n'est pas si com­pli­qué que ça. Soit vous pré­pa­rez un bon re­pas la veille que vous n'au­rez qu'à mettre au four en ren­trant. Ou dans un autre re­gistre, le bar­be­cue fonc­tionne plu­tôt bien l'été. Dans le pire des cas, vous au­rez l'op­tion « ché­rie, je t'em­mène au res­to » qui fait tou­jours plai­sir...

8 Trou­vez­vous un bon ali­bi

At­ten­tion, jo­ker ! L'ali­bi est à uti­li­ser avec par­ci­mo­nie. A vous d'être ima­gi­na­tif pour être cré­dible... Mais bien sou­vent, plus c'est gros et mieux ça marche ! Le « ché­rie, on s'est re­trou­vés blo­qués par un trou­peau de san­gliers. On a dû se ré­fu­gier une heure dans un arbre, si­non on était cuits ! » fonc­tionne plu­tôt bien. Si­non, jouez sur les sen­ti­ments, sur la corde sen­sible. Trans­for­mez-vous en hé­ros. « Ché­rie, j'ai se­cou­ru un pe­tit chat tom­bé d'un arbre. Sans moi, il se­rait mort ! » Bon, n'en faites pas trop non plus... le men­songe, c'est mal !

9 J'ai deux amours...

Bon, ok... votre vé­lo, vous l'ai­mez ! Mais bon, peut-être pas au point de vous faire ta­touer l'em­preinte de ses pneus sur votre fesse droite. Par­fois, la pas­sion rend aveugle, et peut-être avez-vous ten­dance à lais­ser votre pas­sion pour le VTT en­va­hir un peu trop votre couple. Pre­mière me­sure, faire di­mi­nuer de fa­çon dras­tique la hau­teur de la pile de ma­ga­zines VTT dans vos WC. Deuxième me­sure, lâ­cher un peu Stra­va quand vous êtes en couple. Et pour lui prou­ver que vous l'ai­mez plus que tout, pen­sez à or­ga­ni­ser votre cave ou votre ga­rage en es­pace dé­dié à votre pas­sion... avec un coin bri­co­lage, mais aus­si un pe­tit es­pace pour ran­ger vos fringues et ac­ces­soires. His­toire que son dres­sing ne res­semble pas à un ves­tiaire et que votre chambre ne sente pas comme un len­de­main de troi­sième mi-temps !

10 Po­sez-vous des ques­tions

Si après tous ces conseils, vous vous faites tou­jours re­mon­ter les bre­telles dès que vous ren­trez de rou­ler - et ce mal­gré votre bonne conduite - po­sez­vous la bonne ques­tion. Le chan­ge­ment, c'est main­te­nant !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.