Mi­nute de Vé­ri­té

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Par Ch­ris­tophe Vé­ri­té

Pour les étour­dis mais néan­moins amou­reux de la na­ture que vous êtes, peut-être avez-vous no­té tout le foin qui a été fait au­tour de la COP 21 (la 21e con­fé­rence des par­ties concer­nées) qui s'est te­nue à Pa­ris dé­but dé­cembre et qui de­vrait per­mettre d'abou­tir à un ac­cord pour main­te­nir le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique en de­çà de 2°C pour les pro­chaines dé­cen­nies ? Bon, par­ler du cli­mat, de ce qu'il fau­drait qu'on change dans notre com­por­te­ment pour es­pé­rer res­ter en vie dans le fu­tur, c'est bien. Mais à l'heure où j'écris ces lignes, rien n'est dé­ci­dé.

Et, très sin­cè­re­ment, je ne pa­rie­rai pas qu'au terme du 12 dé­cembre, on ob­tienne grand-chose de plus que de belles pro­messes des pays les plus pol­lueurs de la pla­nète. Les USA, la Chine et les pays émer­gents comme l'Inde par exemple, ex­plosent les comp­teurs en ma­tière de re­jets de par­ti­cules. Bon, c'est bien beau tout ça, mais en quoi ce­la nous concerne ? A notre humble ni­veau, que pou­vons-nous faire par rap­port aux mil­lions de tonnes de re­jets no­cifs pro­duits par ces pays ? Nous, dans notre pe­tit quo­ti­dien, on trie nos dé­chets, on évite de je­ter nos dé­tri­tus dans la na­ture en rou­lant et on prend garde l'été de ne pas ar­ro­ser nos jar­dins quand la ca­ni­cule est ins­tal­lée pour pré­ser­ver les nappes phréa­tiques.

Dans le même ordre d'idée, on peut aus­si ci­ter en exemple les Bri­gades Vertes qui ra­massent nos dé­tri­tus après les courses et l'in­té­rêt vi­tal de co­ti­ser à la Moun­tain Bi­ker Foun­da­tion pour sou­te­nir toutes leurs ac­tions, mal­heu­reu­se­ment né­ces­saires à cause des plus né­gli­gents d'entre nous qui prennent les abords des cir­cuits pour des dé­charges pu­bliques. Ce­la suf­fit-il ? Rien n'est moins sûr. Alors quel pour­rait être l'im­pact des grandes dé­ci­sions qui au­ront été prises à la COP 21 ? De­vrons-nous dire adieu à nos chers cadres en car­bone ? Fau­dra-t-il trou­ver une autre so­lu­tion pour fa­bri­quer des pneus que les dé­ri­vés du pé­trole ? Ou alors, al­lons-y car­ré­ment, fau­dra-t-il que nous aban­don­nions notre sport pré­fé­ré, faute de moyens tech­niques pour le conti­nuer en pré­ser­vant la pla­nète ? Dif­fi­cile à (pré)dire. Mais en y re­gar­dant bien, nous crions sur tous les toits que nous ai­mons la na­ture, que notre lot quo­ti­dien, c'est de rou­ler en plein air, de rou­ler “propre” sans car­bu­rant, etc...

Mais en réa­li­té, nous pol­luons au­tant que les autres. Ne se­raitce que pour re­joindre nos spots pré­fé­rés... en voi­ture pour la plu­part. Et que dire de tous nos équi­pe­ments, fa­bri­qués à grands ren­forts de fibres syn­thé­tiques, dé­ri­vées du pé­trole ? Mais, en­core une fois, pas de so­lu­tions à tous ces pro­blèmes à l'heure ac­tuelle. Que les dé­ci­sions prises à la COP21 aillent dans le bon sens et qu'elles soient is­sues des meilleures in­ten­tions du monde, je n'en doute pas.

Mais quant à leur ap­pli­ca­tion, là, j'ai des doutes. Com­ment se pas­ser des éner­gies fos­siles et de leurs dé­ri­vés ? Com­ment pra­ti­quer un sport, et pas que le nôtre, sans faire ap­pel à ces pro­duits qui nous sont si chers ? Vous vous voyez rou­ler avec une te­nue en co­ton ? Et un casque à bou­dins en cuir na­tu­rel de va­chette ? Au­tant re­ve­nir aux pa­tins de freins en liège pour évi­ter les pla­quettes en com­po­site. Vous l'avez com­pris, je ne crois guère à de bonnes so­lu­tions. Di­sons qu'à tout prendre, je pense que de moins mau­vaises idées de­vraient émer­ger de cette grosse réunion qui a pour but, se­lon moi, de don­ner bonne conscience à ceux qui pol­luent, sous cou­vert d'éco­no­mies in­dis­pen­sables à leur pays.

Et je ne dis pas que la France est mieux pla­cée sur ce plan aus­si glis­sant qu'une sa­von­nette. A dé­faut, on pour­rait voir ap­pa­raître (en­core) une nou­velle taxe qui per­met­tra de mieux re­cy­cler nos dé­chets, mais ce­la ne so­lu­tion­ne­ra pas le fait qu'ils exis­te­ront bel et bien. Payer plus pour pol­luer moins, ce n'est pas moins pol­luer tout court. CQFD. Alors on fait quoi ? On ar­rête tout et on re­vient à l'âge de pierre ? Et en sup­po­sant qu'on prenne cette so­lu­tion ra­di­cale, il y en au­ra tou­jours un (pe­tit ma­lin) qui conti­nue­ra dans son coin en se di­sant qu'il va en pro­fi­ter au­tant qu'il peut. C'est ça sur­tout le pro­blème. Les pro­fi­teurs-pol­lueurs au­ront tou­jours un temps d'avance pour contour­ner les lois et les dé­ci­sions prises en amont. Plu­tôt que de re­taxer les pro­duits une énième fois, une bonne grosse amende, de celles qui laissent sur le car­reau, se­rait peut-être la bonne so­lu­tion pour cal­mer les plus ir­ré­duc­tibles. En­core faut-il avoir... l'au­dace de le faire, sans se fâ­cher avec les autres. Comme à l'école quoi. Fais ce que je dis, etc... Il se­rait temps de gran­dir, non ?

Res­pec­tons la na­ture !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.