ON RE­GRETTE

Vélo Tout Terrain - - ESSAI -

po­si­tion en mon­tée, de quoi ga­ran­tir une sta­bi­li­té hors pair. Par contre, tant que l'on en­roule le bra­quet, grim­per reste as­sez fa­cile, et si on a la puis­sance, on ar­ri­ve­ra en haut sans trop ta­per dans le car­dio. Par contre, ce­la se com­plique avec un trop gros bra­quet. Il faut alors se battre avec la boîte de pé­da­lier qui ne bouge pas d'un io­ta, et la ri­gi­di­té la­té­rale sans faille du cadre, pour en ti­rer la quin­tes­sence. Au­tant être clair, si vous choi­sis­sez d'ache­ter l'Ex­ceed en ver­sion mo­no­pla­teau, il fau­dra bien choi­sir votre den­ture à l'avant pour pou­voir en­chaî­ner les ki­lo­mètres sans trop de­voir vous dé­pouiller dans les côtes. Dans les courbes, on sent la ma­chine ul­tra-pré­cise, et sur­tout très réactive. On tire donc tout le par­ti de la nou­velle géo­mé­trie pour ba­lan­cer le vé­lo dans un en­chaî­ne­ment de vi­rages. On ins­crit le vé­lo dans le si­nueux avec une pré­ci­sion diabolique. Les bases courtes sur ce 29” per­mettent à l'ar­rière de tour­ner dans un mou­choir de poche, pour peu que l'on ins­crive avec vé­hé­mence la par­tie avant vers le point de corde. On res­sort de la courbe et on se re­met en dan­seuse pour bon­dir en­core plus vite dans le pe­tit bout de ligne droite qui condi­tionne l'en­trée vers la pro­chaine courbe. Le vé­lo bon­dit lit­té­ra­le­ment, fai­sant preuve d'une vi­va­ci­té in­com­pa­rable. Pro­blème, il pêche par un ex­cès de re­mon­tée d'in­for­ma­tions dans le dos. L'ar­rière saute au grès des ir­ré­gu­la­ri­tés ren­con­trées sur le par­cours. C'est alors au­tant de mo­tri­ci­té en moins, et de contrôle dif­fi­cile du vé­lo lors­qu'il s'agit de res­ter col­lé au pe­lo­ton. C'est d'au­tant plus fla­grant qu'à l'avant, la fourche, une fois bien ré­glée (3To­kens, et 20psi de moins que pré­co­ni­sé), garde un cap im­per­tur­bable sur les bosses. Cô­té confort, Ca­nyon an­nonce 10,9mm “d’amplitude” de mou­ve­ment sur ce nou­vel Ex­ceed au ni­veau de la selle. Alors oui, la tige de selle ap­porte un peu de confort, même si le mou­ve­ment de va-et-vient per­turbe quand même le pé­da­lage sur le plat, au point de faire sau­ter le fes­sier à chaque ré­vo­lu­tion, mais on se de­mande où est pas­sée la flexion du cadre an­non­cée par les in­gé­nieurs, et donc le grip. D'ailleurs pour s'en convaincre, nous avons fait une sor­tie avec une tige de selle clas­sique... A ne pas re­pro­duire. Waouh, ça tape sé­vère! In­utile de mettre en cause les roues DT Swiss, elles ne sont pas ré­pu­tées pour être su­per ri­gides en fron­tal, c'est bien au ni­veau du cadre que ce­la se joue. Du coup on se de­mande comment Al­ban La­ka­ta ar­rive à rou­ler des jour­nées en­tières sur l'Ex­ceed. Fran­che­ment, après 40km de sor­tie, on su­bit le vé­lo. Si l'on ajoute les 25 pre­miers ki­lo­mètres pas­sés à jouer les pi­lotes pro à son gui­don à pro­fi­ter de la faible masse de l'en­gin pour jouer les pre­miers de la classe dans les côtes, pla­cez quelques ac­cé­lé­ra­tions pour dé­goû­ter les potes, et vous au­rez in­té­rêt à pré­voir un après-mi­di de libre si vous rou­lez le ma­tin, parce que vous se­rez bon pour une bonne sieste de ré­cu­pé­ra­tion! Pas de doute, le pi­lo­tage en douceur lui convient net­te­ment mieux. Pour­tant en des­cente, l'Ex­ceed im­pres­sionne par sa fa­ci­li­té à pas­ser d'une tra­jec­toire à l'autre, dans une sé­ré­ni­té au ni­veau du pi­lo­tage qui vous per­met de lâ­cher les freins. Le vé­lo ré­pond ty­pi­que­ment aux nou­velles di­rec­tions plus spec­ta­cu­laires des cir­cuits en Coupe du monde de cross-coun­try. Sta­bi­li­té de l'avant, et boîte de pé­da­lier basse comme il faut, l'ar­rière qui se place fa­ci­le­ment, les sec­tions tech­niques se­ront ava­lées sans sou­cis, en­fin, si vous chan­gez les Conti­nen­tal par des mo­dèles un peu plus cos­tauds. Avec ce nou­vel Ex­ceed CF SLX, Ca­nyon a créé un vé­lo de course, dé­dié uni­que­ment à course, et à ré­ser­ver à des pi­lotes dé­jà bien af­fû­tés/che­vron­nés qui n'ont pas le confort comme cri­tère de choix sur un se­mi ri­gide. Per­for­mant, mais dif­fi­cile à en ti­rer la quin­tes­sence, l'Ex­ceed CF SLX se pré­sente plus comme un com­plé­ment au Grand Ca­nyon CF SLX, que son rem­pla­çant. Ce der­nier est plus confor­table, certes moins per­for­mant, mais plus ac­ces­sible au plus grand nombre, et de fait, vous pour­rez plus fa­ci­le­ment en­vi­sa­ger de longues sor­ties à son gui­don. A mé­di­ter lors de votre achat. n

Ce qu'il fau­drait chan­ger

Les pneus ! Non pas que leur pro­fil soit mau­vais, au contraire. Le grip est là, et Ca­nyon laisse en plus la pos­si­bi­li­té de les mon­ter en tu­be­less (d'ori­gine le vé­lo est re­çu mon­té en chambre, mais Ca­nyon laisse à dis­po­si­tion des valves tu­be­less dans la boîte). C'est sur le compte de leur so­li­di­té qu'ils sont à re­mettre en cause. Ils sont fra­giles, et le moindre pe­tit si­lex ren­con­tré le dé­coupe en deux temps trois mou­ve­ments.

l ON AIME

Rendement • Vraie bête de course • Prix tou­jours com­pé­ti­tif

l

Où est pas­sé le confort ? • Ré­ser­vé à la com­pé­ti­tion • Pneus de salon

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.