Over­volt : plus qu’un nom, une fa­mille

Vélo Tout Terrain - - ESSAIS ÉLECTRIQUE­S -

Di­rec­tion Val­berg, pe­tit pa­ra­dis si­tué à une 1h30 de route de Nice, dans le Parc Na­tio­nal du Mer­can­tour. Si la marque di­jon­naise a choi­si de nous dé­voi­ler ses nou­veaux mo­dèles « in­té­grés » ici, ce n’est pas un ha­sard. Val­berg, c’est le ter­rain de jeu de pi­lotes ayant contri­bué à dé­ve­lop­per le VTTAE chez La­pierre comme Ni­co­las Vouilloz, Oli­vier Gior­da­nen­go, Kie­ran Page ou en­core Vincent Jul­liot. Pas éton­nant que la marque ait donc choi­si cette sta­tion pour or­ga­ni­ser ses La­pierre Days. Après deux jour­nées pas­sées au gui­don des Over­volt AM i Shi­ma­no et Bosch, la stra­té­gie de La­pierre ap­pa­raît as­sez claire. Il n’est pas ques­tion de rem­pla­cer l’Over­volt AM Car­bon, qui reste une ré­fé­rence en termes de cen­trage de masses et de sen­sa­tions de pi­lo­tage. Il se­ra d’ailleurs re­con­duit en 2018 dans une ver­sion team bien en­ga­gée de 160 mm de dé­bat­te­ment. L’Over­volt AM Bosch marche sur les pas de son pré­dé­ces­seur. A la ma­nière d’un Zes­ty, il est fa­cile à prendre en main et sé­cu­ri­sant. Ce­lui-là, c’est un peu la cha­ren­taise du VTTAE… mais avec la classe en plus ! Une fois qu’on est à son gui­don, on s’y sent bien et on a cette douce sen­sa­tion de confort et de bien-être. C’est une ma­chine fa­cile, taillée pour le plus grand nombre des pra­ti­quants. Et puis le nou­veau mode E-MTB de son mo­teur Bosch est une vraie va­leur ajou­tée pour en faire une ma­chine vé­ri­ta­ble­ment passe-par­tout. Avec son in­té­gra­tion par­ti­cu­liè­re­ment réus­sie, l’Over­volt AM i Bosch sau­ra fa­ci­le­ment conqué­rir un large pu­blic. En tra­vaillant sur un nou­veau châs­sis en mo­teur Shi­ma­no, La­pierre a vou­lu explorer de nou­velles pos­si­bi­li­tés.

Vers un nou­veau pu­blic L’Over­volt AM i Shi­ma­no, c’est un peu le VTTAE ver­sion 2.0, qui cherche à conqué­rir un nou­veau pu­blic, plus spor­tif et plus jeune. J’ai pu l’es­sayer en roues de 29” et je peux vous dire que les sen­sa­tions qu’il dis­tille n’ont pas grand- chose à voir avec les autres Over­volt de la gamme ! La sus­pen­sion ar­rière est par­ti­cu­liè­re­ment pro­gres­sive. A tel point que je n’hé­site pas à di­mi­nuer la pres­sion d’air de 15 psi par rap­port au ré­glage ini­tial

L’Over­volt AM i Shi­ma­no offre à son uti­li­sa­teur de for­mi­dables sen­sa­tions de pi­lo­tage, en plus d’un ca­rac­tère bien trem­pé

pour re­trou­ver du grip en dé­but de course. Une fois ces ajus­te­ments ef­fec­tués, l’en­semble est sa­cré­ment joueur mais de­mande un bon coup de gui­don pour être exploité. C’est une ma­chine qui se pi­lote là où la ver­sion Bosch peut se rou­ler « à la co­ol » . Plus stable, ra­pide et per­for­mant dans le ra­pide et le dé­fon­cé, l’Over­volt AM i Shi­ma­no est le genre de ma­chine qui vous in­cite à lâ­cher tou­jours plus les freins. Le re­vers de la mé­daille, c’est la ré­par­ti­tion des masses un peu trop sur l’avant en rai­son de cette bat­te­rie très longue. C’est le prix à payer pour avoir une ma­chine où l’in­té­gra­tion est par­faite. Plus dé­li­cate à faire tour­ner dans les épingles et à ma­noeu­vrer à basse vi­tesse, cette ver­sion Shi­ma­no est plus exi­geante et fa­ti­gante à la longue. Mais au fi­nal, c’est celle que j’ai pré­fé­rée à l’is­sue de ces deux jour­nées car elle a un ca­rac­tère bien trem­pé et dis­tille de for­mi­dables sen­sa­tions de pi­lo­tage. n

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.