Giant An­them 29er 1

Giant nous a dé­voi­lé en ex­clu­si­vi­té l’An­them 29 dans sa ver­sion la plus haut de gamme et nous l’avons ado­ré. En se­rat-il de même pour sa dé­cli­nai­son en cadre alu­mi­nium ? C’est ce qu’on a vou­lu sa­voir en tes­tant la ver­sion la plus haut de gamme de l’An­them

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte : Ben­ja­min La­coste Pho­tos : Ni­co­las Le Car­ré et Ben­ja­min La­coste

Je ne vous l’ai ja­mais ca­ché, je suis un amou­reux de la pre­mière heure du Giant An­them et sur­tout du 29er, ap­pa­ru en 2011, au point d’en avoir deux dans mon ga­rage : un en alu et un autre au tri­angle avant en car­bone. Pour­tant, c’est la ver­sion alu qui m’a ser­vi très long­temps de mon­ture do­mi­ni­cale, au point de de­ve­nir une vé­ri­table bête de guerre avec un poids flir­tant avec la barre sym­bo­lique des 10 kg. Pour­quoi l’alu et pas le car­bone, me di­rez-vous ? Tout sim­ple­ment parce que j’aime les vé­los vi­vants et que con­trai­re­ment au nou­veau An­them 29er Car­bone Pro de 2018 (tes­té dans « Vé­lo Tout Ter­rain » n°222), la pre­mière ver­sion était bien trop ri­gide. Et puis sont ar­ri­vées les roues ar­rière en 142x12 mm, donc avec un axe tra­ver­sant vis­sé. Le gain en ri­gi­di­té est clai­re­ment au ren­dez-vous. Oui mais voi­là, mon beau Giant, aus­si per­for­mant soit-il, ne peut ac­cep­ter que du 135 mm… Alors, j’ai fait mon deuil des paires de roues de der­nière gé­né­ra­tion, jus­qu’au jour où Giant a an­non­cé une nou­velle ver­sion de l’An­them. On est alors en 2014. En plus de quelques amé­lio­ra­tions, le tri­angle ar­rière se pare d’un bel axe tra­ver­sant en 142x12 mm. Une joie vite re­mi­sée puis­qu’en Eu­rope, nous n’au­rons pas le droit à l’An­them 29er mais uni­que­ment au 27.5’’. Un choix très eu­ro­péen que les com­plo­tistes ex­pliquent par le re­tard des construc­teurs du conti­nent

sur le dé­ve­lop­pe­ment de pla­te­formes en roues de 29er et une vo­lon­té de faire la nique à une marque amé­ri­caine un peu ar­ro­gante, qui a fait du 29er son che­val de ba­taille. Après de mul­tiples re­cherches pour trou­ver un bras ar­rière sur di­vers sites In­ter­net de vente aux USA, j’ai dit au re­voir à mon An­them 29er de 6 ans d’âge. Et pour­tant tou­jours aus­si per­for­mant… Et puis voi­là qu’à l’été 2017, Giant an­nonce un nou­vel An­them. Avec un peu de chance, l’Eu­rope au­ra en­fin com­pris que le 29er est la so­lu­tion pour le VTT de cross-coun­try, le ma­ra­thon et même plus si af­fi­ni­tés ! Ga­gné. Les in­gé­nieurs amé­ri­cains aux com­mandes du ser­vice dé­ve­lop­pe­ment du géant taï­wa­nais ont non seule­ment dé­ci­dé de pous­ser le 29er sur le Vieux conti­nent mais ils ont aus­si re­don­né un ADN de cros­seur à l’An­them, ADN qu’il avait per­du de­puis deux mil­lé­simes.

Re­tour aux va­leurs

Il faut dire qu’avec le temps, l’An­them s’était plu­tôt per­du. Ima­gi­nez un cros­seur qui an­nonce 120 mm de dé­bat­te­ment à l’avant et 110 mm der­rière… Au­jourd’hui, l’An­them 29er re­vient aux vraies va­leurs : 100 mm à l’avant et 90 mm à l’ar­rière, comme à ses dé­buts. L’idée, c’est de dire qu’avec peu de dé­bat­te­ment - mais un dé­bat­te­ment qui tra­vaille bien -, le trans­fert de puis­sance de pé­da­lage est mieux en­voyé à la roue ar­rière, le grip en trac­tion est en hausse et sur­tout, on uti­lise 100% de la

course de l’amor­tis­seur. Ici, il a été op­ti­mi­sé en pas­sant aux di­men­sions mé­triques, qui plus est avec une fixa­tion de type Trun­nion. En gros, gar­dez à l’es­prit qu’il y a plus de vo­lume de­dans, ce qui per­met de mieux gé­rer le res­sort air mais aus­si et sur­tout l’hy­drau­lique (no­tam­ment sur les com­pres­sions hautes vi­tesses). D’au­tant qu’ici, l’amor­tis­seur de­mande moins d’air que sur un amor­tis­seur clas­sique grâce à un ra­tio de com­pres­sion mieux tra­vaillé (plus faible) et une courbe as­sez li­néaire. En l’oc­cur­rence, on est sur 140 psi pour un pi­lote de 80 kg en te­nue. Pour le reste de la sus­pen­sion, le Giant re­prend son bé­bé, le Maes­tro, une sus­pen­sion à points de pi­vot vir­tuels qui fonc­tionne par­fai­te­ment sur les faibles dé­bat­te­ments.

Une géo­mé­trie de cros­seur

Pour la géo­mé­trie, c’est le même com­bat. Ou­bliés, les 68° à l’avant qui fa­vo­risent le vé­lo en des­cente, certes, mais pas dans le si­nueux. Dé­sor­mais, on tourne au­tour de 69°, as­so­ciés à 73,5° vir­tuels de tube de selle. Le tube ho­ri­zon­tal s’al­longe puis­qu’on est ici sur 600mm pour ce taille M et 440 mm de reach (aus­si ap­pe­lé al­longe). Du coup, avec la po­tence de 70 mm, on a du mal à com­prendre une tige de selle avec au­tant de re­cul (voir en­ca­dré « Ce qu’il faut chan­ger »)… C’est à l’ar­rière que l’An­them 29er évo­lue avec bon­heur puisque les bases de plus de 460mm sur les pre­mières gé­né­ra­tions de 29er passent à 440mm. Au­tant vous le dire, on ne va pas ver­ser ici une larme, au contraire, ce sont des pro­grès si­gni­fi­ca­tifs qui vont - en­fin - ré­vé­ler tout l’in­té­rêt de ce vé­lo. Soyons hon­nêtes, cô­té cos­mé­tique,

LE PI­LO­TAGE EST TEL­LE­MENT FA­CILE ET NA­TU­REL QU’ON SE PREND À JOUER LES CHAS­SEURS DE CHRO­NOS AVEC UN VÉ­LO DE 12 KG EN ORDRE DE MARCHE

mieux vaut avoir les yeux bien ou­verts pour no­ter les dif­fé­rences. Il est pré­fé­rable que ces évo­lu­tions qui ne se voient pas soient un atout lors­qu’il s’agit de le faire évo­luer sur le ter­rain. Con­trai­re­ment à notre pre­mière rencontre avec l’An­them 29er mil­lé­sime 2018, pas ques­tion de car­bone ni de com­po­sants très haut de gamme. On est sur un cadre en alu­mi­nium dit AluXX SL, un grand clas­sique dans la gamme du Taï­wa­nais, de plus de 2 kg. De quoi pré­sen­ter cette ver­sion 29er 1 à 11,55 kg sans les pé­dales. Nous avons choi­si cette ver­sion en test car elle pré­sente plu­sieurs avan­tages sur le pa­pier. La trans­mis­sion mo­no­pla­teau de Shi­ma­no en XT est un choix adap­té au cross-coun­try. On ne perd pas de temps pour chan­ger de pla­teau avant une côte, on ré­duit les risques de casse mé­ca­nique et on pro­fite de sa cou­ronne de 32 dents as­so­ciée à la cas­sette de 11/46 pour pas­ser par­tout. En­suite, il y a les roues. Les jantes en car­bone pro­fitent de leur faible masse pour ré­duire le temps d’iner­tie de la mise en ac­tion des roues, tout en uti­li­sant leur ri­gi­di­té la­té­rale pour leur faire ga­gner en dy­na­misme. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne manque pas de niaque, ce pe­tit Giant !

En avant, Maes­tro !

Ou­bliez le cintre trop large, il se coupe. Ou­bliez éga­le­ment la selle, que vous avez dû avan­cer pour avoir votre bon mou­ve­ment de pé­da­lage, les pre­miers coups de pé­dales vous mènent dans un uni­vers que l’on avait ou­blié : ce­lui du VTT de cross-coun­try ef­fi­cace, ca­pable de vous faire ou­blier son em­bon­point. Les ac­cé­lé­ra­tions sont franches et le pom­page est bien contrô­lé. Cô­té amor­tis­seur, pas de blo­cage de­puis le gui­don, seule la fourche pos­sède cette op­tion. Et c’est tant mieux. D’abord parce que seule la Fox a be­soin d’être dur­cie lors des phases de sprint et en­suite, parce que l’amor­tis­seur peut se conten­ter d’être en po­si­tion Ou­vert (ré­glage sur la po­si­tion 2 pour li­mi­ter le pom­page). C’est l’avan­tage du Maes­tro. Le vé­lo prend vite de la vi­tesse et, sur­tout, par­vient à la conser­ver sans trop d’ef­forts. Le confort des sus­pen­sions per­met de ne pas le­ver les fesses au moindre obs­tacle (ou de cou­per les gaz). Ici, c’est en avant, toute ! D’au­tant que les pneus Maxxis Ikon ne sont pas avares ques­tion ren­de­ment, à dé­faut d’avoir du grip, sur­tout à l’avant. Pour évi­ter les coups de ra­quette de la roue ar­rière, il faut bien ré­gler sa dé­tente, en la ra­len­tis­sant plus que sur un autre vé­lo. Le tri­angle avant ne se tord pas sous les coups de pé­dales et même si la sus­pen­sion Maes­tro pré­fère le pé­da­lage en selle, l’ap­port des watts sup­plé­men­taires en se met­tant de­bout sur les pé­dales n’est pas pour lui dé­plaire. Ce qui est le plus jouis­sif ? Res­ter bien en ligne, ca­lé sur la selle, ser­rer lé­gè­re­ment les jambes, tendre les muscles, contrac­ter les ab­dos et en­voyer la puis­sance. Le vé­lo se re­lance alors comme s’il fai­sait deux ki­los de moins. Et les côtes ? Sur­tout en selle. La roue dis­pose alors d’un maxi­mum de grip au sol, on pro­fite de la bonne com­bi­nai­son de la géo­mé­trie pour ral­lier les som­mets. La sta­bi­li­té est de mise et il faut vrai­ment s’at­ta­quer à un gros mas­tard pour qu’on sente l’avant se dé­les­ter. Pour au­tant, par rap­port à sa de­van­cière, cette nou­velle mou­ture est plus équi­li­brée et donc, se ré­vèle plus fa­cile à pi­lo­ter, en par­ti­cu­lier en des­cente. La sta­bi­li­té de la par­tie avant fait son ef­fet, on se sent vite en confiance. On saute lit­té­ra­le­ment d’une ligne à l’autre, en fai­sant corps avec le vé­lo. Pre­mières courbes ser­rées et voi­là que le bes­tiau vire qua­si­ment d’un bloc. Qua­si­ment à cause de la fourche, vous l’au­rez com­pris, qui a ten­dance à vou­loir élar­gir les tra­jec­toires faute de ri­gi­di­té. Pour le reste, c’est un com­por­te­ment jusque-là in­con­nu sur un An­them 29er en alu. Avec la ri­gi­di­té des jonc­tions entre le tri­angle avant et l’ar­rière et la par­tie cycle rac­cour­cie sous les fesses, on ne fait

IL DES­CEND LES PENTES GOULûMENT, EN SE JOUANT DES OBS­TACLES, MAL­GRé SES PE­TITS 90MM DE Dé­BAT­TE­MENT AR­RIèRE, JUS­QU’à CE QUE LE MANQUE DE RI­GI­DI­Té DE LA FOURCHE RAP­PELLE LE PI­LOTE à L’ORDRE

qu’un avec la ma­chine, on en­roule les vi­rages en pas­sant lé­gè­re­ment les fesses der­rière la selle et en en­ga­geant les épaules. Il se montre un peu plus exi­geant que l’an­cien An­them 29er, qui pro­fi­tait de sa sou­plesse pour col­ler plus na­tu­rel­le­ment au ter­rain, mais il l’est beau­coup moins que son grand frère en car­bone.

Le di­lemme

C’est là qu’ar­rive la ter­rible ques­tion : faut-il op­ter pour cette ver­sion en alu ou pour l’An­them Ad­van­ced 1 qui est af­fi­ché au même prix ? Pri­mo, l’Ad­van­ced 1 est équi­pé d’un amor­tis­seur Ro­ckS­hox et mal­gré les pro­grès sur les amor­tos de l’Amé­ri­cain, la ci­né­ma­tique Maes­tro a du mal à bien fonc­tion­ner avec. Deuxio, même s’il est équi­pé des mêmes roues car­bone et d’une meilleure fourche (le châs­sis de la nou­velle Ro­ckS­hox Sid est tout bon­ne­ment l’un des meilleurs), le groupe Shi­ma­no SLX a du mal à suivre le rythme im­po­sé par la com­pé­ti­tion et les freins M6001 de­vront ti­rer la langue pour stop­per la bête, tant l’en­vie de rou­ler vite par­tout est une se­conde na­ture pour ce vé­lo. Ter­tio : s’il est plus lé­ger, le cadre car­bone est tout de même plus exi­geant. Alors, pour nous, on reste sur l’alu. En plus, ça tient mieux dans le temps.

Pour 2018, le Giant An­them passe au stan­dard mé­trique et sur­tout à une fixa­tion dite Trun­nion. Re­te­nez sur­tout que tout ce­la per­met d’avoir une meilleure ges­tion hy­drau­lique de la sus­pen­sion.

Le train rou­lant, c’est la clé sur un vé­lo. Ici, Giant n’a pas fait les choses à moi­tié. On ne se lasse pas d’ap­pré­cier le ren­de­ment des pneus Maxxis Ikon et des jantes car­bone par­ti­cu­liè­re­ment bien pen­sées trouvent place sur ce mo­dèle.

3799 € | 11,55 kg en taille M sans pé­dales | Dé­bat­te­ment av. 100 mm ; ar. 90 mm | Pratique : ran­don­née spor­tive, com­pé­ti­tion, plaine, moyenne mon­tagne

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.