Ibis Ri­pley LS X01

Sor­tir des sen­tiers bat­tus et rou­ler sur une ma­chine dif­fé­rente de celle de son voi­sin de­vient un exer­cice dif­fi­cile à l’heure où les gammes des fa­bri­cants ont ten­dance à se res­sem­bler de plus en plus. En cher­chant un peu, il est en­core pos­sible de rou­ler

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte : Ni­co­las Le Car­ré - Pho­tos : Jim Aret­la

Après s’être faite dis­crète sur notre ter­ri­toire, Ibis est en­fin de re­tour en France via Race Com­pa­ny. Le dis­tri­bu­teur his­to­rique de la marque San­ta Cruz n’a pas mis long­temps à re­bon­dir suite au chan­ge­ment du mode de dis­tri­bu­tion de la marque ca­li­for­nienne et il a lo­gi­que­ment dé­ci­dé de re­ve­nir à ses pre­mières amours en re­pre­nant Ibis, la marque voi­sine de San­ta Cruz. Ayant eu la chance de rou­ler sur le pre­mier Ri­pley en 2013, on a sau­té sur l’oc­ca­sion de tes­ter la troi­sième gé­né­ra­tion, bap­ti­sée LS, pour Lon­ger and Sla­cker (plus long et plus ou­vert). Le Ri­pley LS, c’est un peu la ma­chine à tout faire de chez Ibis. Un 29’’ en car­bone de 120mm de dé­bat­te­ment à l’ar­rière et 130mm à l’avant, re­des­si­né pour ac­cep­ter des pneus de sec­tion gé­né­reuse. Sans par­ler de Plus, notre mo­dèle est équi­pé en Sch­walbe Nob­by Nic en 29X2.6 mais il ac­cepte aus­si des Maxxis en 2.5 Wide Trail. De nou­veaux types de pneu­ma­tiques par­fai­te­ment adap­tés aux jantes larges pro­po­sées par Ibis. A ce su­jet, la marque ca­li­for­nienne a été pré­cur­seur en la ma­tière, lan­çant dès 2014 sa pre­mière gamme de roues à jantes larges. Ce qu’on aime sur le Ri­pley, c’est d’abord la pu­re­té de ses lignes, en par­tie due à l’in­té­gra­tion dans le cadre des deux ex­cen­triques de la sus­pen­sion ar­rière DW Link. Au pas­sage, l’ex­cen­trique su­pé­rieur a été sur­di­men­sion­né, par rap­port à l’an­cien Ri­pley, pour ga­gner en ri­gi­di­té et en fia­bi­li­té. En plus de pro­po­ser une es­thé­tique par­ti­cu­liè­re­ment épu­rée, l’uti­li­sa­tion d’ex­cen­triques dis­si­mu­lés dans le cadre per­met théo­ri­que­ment de protéger les rou­le­ments de toute conta­mi­na­tion. En pratique, notre mo­dèle d’es­sai a su­bi les ou­trages d’un mois de tests sur de gros évé­ne­ments, avec des la­vages au jet à haute pres­sion… et ce­la se res­sent. Un dé­mon­tage com­plet de la sus­pen­sion ar­rière et des ex­cen­triques confirme que mal­gré leur in­té­gra­tion, les rou­le­ments res­tent ex­po­sés à un usage in­ten­sif et l’en­semble de­mande à être la­vé et en­tre­te­nu avec soin (et de près). La bonne nou­velle, c’est que le dé­mon­tage et l’ac­cès au mé­ca­nisme sont on ne peut plus simples. Il peut être réa­li­sé par (presque !) n’im­porte qui. Après un net­toyage dans les règles, un bon grais­sage des rou­le­ments et un ser­rage au couple pré­co­ni­sé par Ibis (c’est

im­por­tant pour le bon fonc­tion­ne­ment de la sus­pen­sion) de toutes les pièces, ce­la fonc­tionne beau­coup mieux. Le cra­que­ment qu’on en­ten­dait au pé­da­lage et les frot­te­ments ont pu­re­ment et sim­ple­ment dis­pa­ru… Ils ne sont pas re­ve­nus du­rant tout le mois où l’on a pu tes­ter le Ri­pley. Si les rou­le­ments ar­ri­vaient tou­te­fois en fin de vie, sa­chez qu’ils sont fa­ciles à rem­pla­cer et qu’ils sont du même for­mat que les rou­le­ments de boî­tier de pé­da­lier BB30.

La for­mule ma­gique

Le Ri­pley LS fait par­tie de ces ma­chines coup de coeur que cer­tains pour­raient consi­dé­rer comme dé­rai­son­nables. A 3199€ le cadre nu avec amor­tis­seur, on ne peut pas dire qu’il soit bon mar­ché. Sui­vant le mon­tage, il s’échange en ver­sion com­plète à par­tir de 4489€ en ver­sion NX et dé­passe al­lè­gre­ment les 10000€ dans sa ver­sion la plus

pres­ti­gieuse, en XX1 Eagle et roues car­bone. Pour notre ver­sion d’es­sai en Sram X01 Eagle 1X12 vi­tesses, sus­pen­sions Fox Fac­to­ry (fourche 34 et amor­tis­seur Float DPS) et roues Ibis 938 alu­mi­nium, comp­tez un peu plus de 7 600 €. C’est le prix à payer pour avoir une ma­chine qui sor t des sen­tiers bat­tus et qui est t ech­ni­que­ment dif­fé­rente. Et sur­tout, c’est ac­cé­der à une pe­tite marque qui a une vraie his­toire dans le mi­lieu du VTT. Le jeu en vaut-il la chan­delle ? Al­lez, en­core un peu de sus­pense… Une chose est sûre, mal­gré son ap­pel­la­tion LS, ce Ri­pley ne tombe pas dans la dé­me­sure au ni­veau de sa géo­mé­trie. Clai­re­ment, d’autres ma­chines dans le même seg­ment dis­posent d’un angle de di­rec­tion plus ou­vert ou d’un reach plus gé­né­reux. Mal­gré son ap­pel­la­tion, ce Ri­pley n’a rien d’extrême, il mise plu­tôt sur la fa­ci­li­té de prise en main et le plai­sir de pi­lo­tage ins­tan­ta­né, ce qui est plu­tôt rare pour un 29”. Le plus sur­pre­nant, c’est la fougue et la ner­vo­si­té dont il fait preuve à la re­lance. Au­tant vous le dire, j’étais plu­tôt du­bi­ta­tif face à la monte de pneus en 2.6 sur un tel VT T. Mais dès les pre­miers tours de roues, tous mes a prio­ri se

sont en­vo­lés. Car il faut bien le dire, le Ri­pley LS offre un ren­de­ment qui se rap­proche de ce­lui d’un (très) bon tout-sus­pen­du de cross-coun­tr y… et ce, mal­gré ses gros

bou­dins. Leur gros avan­tage, c’est de per mettre de rou­ler vite même lorsque le ter­rain de­vient ac­ci­den­té. On conserve du grip, du confort et de l’ac­croche, sans perdre en pré­ci­sion de pi­lo­tage comme ce­la peut par­fois être le cas avec cer­tains pneus au for­mat Plus dès qu’on dé­passe une sec­tion de 2.8. Tout ce­la à condi­tion de rou­ler avec la pres­sion adé­quate. En l’oc­cur­rence, on a trou­vé le com­pro­mis op­ti­mal avec 1,4 bar à l’ avant et 1,6 bar à l’ar­rière. A ajus­ter sui­vant votre poids et votre style de pi­lo­tage, bien sûr. Une fois la sur prise du ren­de­ment pas­sée , le Ri­pley se résume en un mot : fa­cile. Fa­cile à prendre en main, il l’est. At­ten­tion tou­te­fois à bien ré­gler l’angle du cintre Ibis qui offre un backs­weep très gé­né­reux. Fa­cile aus­si dans la me­sure où il ni­velle sa­cré­ment bien le ter­rain et vous donne l’im­pres­sion de pou­voir pas­ser (presque) par­tout sans vous po­ser trop de ques­tions. Il ex­celle dans le si­nueux et le tech­nique grâce à l’énorme pré­ci­sion pro­cu­rée par son châs­sis et ses bases courtes, in­gé­nieu­se­ment couplés à un train de roues par­ti­cu­liè­re­ment to­lé­rant. On prend vite confiance, on joue avec le ter­rain, on lâche les freins avec fa­ci­li­té grâce à un duo de sus­pen­sions qui tient fran­che­ment la route, en of­frant un im­pres­sion­nant sup­port en mi­lieu de course. Jus­qu’au mo­ment où on se fait rap­pe­ler à l’ordre par ex­cès d’op­ti­misme dans le dé­fon­cé. Eh oui, à vou­loir jouer l’en­du­riste, on est vite mis à l’amende par le dé­bat­te­ment ar­rière et une géo­mé­trie qui reste mal­gré tout bien sage. Même s’il in­cite à se dé­ver­gon­der, le Ri­pley LS reste un all-moun­tain… avec du ca­rac­tère. Pour au­tant, à l’usage, on se rend compte qu’il n’est pas exempt de tout dé­faut. Oui, Ibis a amé­lio­ré le pas­sage de gaines par rap­port aux pré­cé­dentes ver­sions mais il n’est pas en­core op­ti­mal, en par­ti­cu­lier au ni­veau du pas­sage de gaine du frein ar­rière sur la jonc­tion entre le hau­ban et le pied d’amor­tis­seur. Mais avec un tel pou­voir de sé­duc­tion, ce pe­tit dé­tail est vite ou­blié. Le Ri­pley LS est un 29” de ca­rac­tère ca­pable de convaincre même le plus ré­frac­taire aux grandes roues !

7 629 € | 12,7 kg sans pé­dales | Dé­bat­te­ment av. 130 mm ; ar. 120 mm | Pratique : ran­do-sport, val­lon­né, mon­tagne

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.