Trek Top Fuel 8

In­tro­duit l’an pas­sé, le Trek Top Fuel se dé­cline dans une ver­sion en alu­mi­nium qui hé­rite des mêmes gènes de com­pé­ti­teur que les ver­sions en fibres de car­bone. Nous avons vou­lu voir ce que ce pre­mier prix avait réel­le­ment dans le ventre. Di­rec­tion les se

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte : Tom Za­ni­ro­li - Pho­tos : Tom Za­ni­ro­li et Ben­ja­min La­coste

2 799 € | 12,8 kg en taille M sans pé­dales | Dé­bat­te­ment av. et ar. 100 mm Pratique : com­pé­ti­tion, ran­do, val­lon­né, plaine

Avec le Top Fuel, les Amé­ri­cains de chez Trek pro­posent une ma­chine sans com­pro­mis. Pen­sé avant tout pour l’exi­gence du cross-coun­try com­pé­ti­tion, ce tout-sus­pen­du 100 mm se dé­cline dans une ver­sion ac­ces­sible en alu­mi­nium. Cette ver­sion 8 est d’ailleurs le seul mo­dèle de la gamme Top Fuel dis­po­nible en al­liage. Tous les autres sont construits en fibres de car­bone. Ça n’em­pêche pas ce Top Fuel 8 de re­prendre tous les points forts des mo­dèles haut de gamme. Outre des roues en 29 pouces (sauf la taille XS 27.5’’), on re­trouve lo­gi­que­ment la ci­né­ma­tique propre aux châs­sis Trek tout-sus­pen­dus. Elle bé­né­fi­cie d’un amor­tis­seur mon­té en po­si­tion flot­tante, c’est-à-dire non connec­té au tri­angle avant (meilleur dé­clen­che­ment sur les pe­tits chocs). On re­trouve aus­si le pi­vot concen­trique ABP qui est mon­té au­tour de l’axe de roue ar­rière. Ce der­nier per­met de li­mi­ter les in­ter­fé­rences du frei­nage sur le tra­vail de la sus­pen­sion, par­fait dans les des­centes dé­fon­cées. La sus­pen­sion est gé­rée par un amor­tis­seur Fox dis­po­sant d’un pré-ré­glage de com­pres­sion propre à Trek. Bap­ti­sé RE:ak­tiv XC sur le Top Fuel, il offre un amor­ti plus ferme pour col­ler à la pratique. Lan­cés par Trek, les en­traxes de moyeux Boost sont lo­gi­que­ment pré­sents sur ce Top Fuel. Ils per­mettent de ri­gi­di­fier les roues et d’of­frir plus de dé­ga­ge­ment pour les pneus. En termes de géo­mé­trie, le Top Fuel 8 a tout d’une ma­chine mo­derne. Son tri­angle avant est plu­tôt long et le moyeu ar­rière vient se ca­ler à 435 mm du boî­tier de pé­da­lier. Trek main­tient ain­si un em­pat­te­ment com­pact tout en of­frant plus de place au pi­lote, et ce sans sa­cri­fier le dy­na­misme dans les por­tions tor­tueuses. La douille de di­rec­tion est ré­duite à son maxi­mum pour of­frir un poste de pi­lo­tage bas et une po­si­tion ty­pée com­pé­ti­tion. Les angles de di­rec­tion et de tube de selle sont tout ce qu’il y a de plus clas­sique. A l’avant, on re­trouve une va­leur de 70° et à l’ar­rière, de 74°. On pour­ra, au be­soin, faire va­rier ces der­nières de +0,5° grâce à l’insert Mi­no-Link qui se trouve à la jonc­tion hau­bans/biel­lette. Il per­met éga­le­ment de re­haus­ser le boî­tier de pé­da­lier de 10 mm. Un bon moyen de faire du Top Fuel une ma­chine un peu plus ra­di­cale en XC. L’équi­pe­ment n’est pas en reste. En plus de l’amor­tis­seur, Fox gère la fourche avec la der­nière 32 Float Step Cast en ver­sion Per­for­mance.

Elle est spé­ci­fi­que­ment dé­ve­lop­pée pour le XC et dis­pose de l’ex­cel­lente car­touche hy­drau­lique Grip. Pour op­ti­mi­ser la maniabilit­é, elle est choi­sie avec un dé­port de 51 mm. La trans­mis­sion et le frei­nage sont confiés à Shi­ma­no avec un pa­na­chage Deore/XT. En­fin, la grande ma­jo­ri­té des com­po­sants sont is­sus du ca­ta­logue Bon­tra­ger, une marque du groupe Trek. Roues, pneus, points d’ap­pui… La liste est longue. Ain­si équi­pé, le Top Fuel s’échange à 2 799 €.

Oc­tane 116

Pre­mier constat en ob­ser­vant le Top Fuel 8 : ça a de la gueule ! La sou­dure de renfort po­lie entre le tube de selle et le tube su­pé­rieur nous fait même croire un ins­tant qu’on est en face d’un tri­angle avant en car­bone. Mais non, c’est bien un châs­sis alu­mi­nium que nous avons sous les yeux et ce n’est pas notre pe­son qui va dire le contraire. A 12,8 kg, le Trek n’est clai­re­ment pas le plus lé­ger de la ca­té­go­rie. Néan­moins, on pour­ra grat­ter au­tour de 300 g sur le train rou­lant en op­tant pour un mon­tage tu­be­less. La douille courte nous oblige à re­haus­ser le poste de pi­lo­tage au maxi­mum. En­fin, face à l’al­longe (reach) pro­non­cée du tri­angle avant, on opte pour une po­tence de 70 mm contre 90 mm d’ori­gine (tailleM). Dans les sen­tiers, le Trek af­fiche une ef­fi­ca­ci­té op­ti­male avec une pré­con­trainte d’amor­tis­seur ca­lée à 20% du dé­bat­te­ment. En des­sous, il perd en dy­na­misme, mal­gré le bon tra­vail de la tech­no­lo­gie RE:Ak­tiv. Cette der­nière offre une ges­tion des com­pres­sions op­ti­mi­sée, aus­si bien pour le pé­da­lage que sur les gros im­pacts. L’ef­fet Full Floa­ter est lui aus­si bien pré­sent. On a tou­jours l’im­pres­sion d’avoir un peu plus de dé­bat­te­ment que les 100mm an­non­cés et les phases de ta­lon­nage res­tent très douces, en toutes cir­cons­tances. La mo­tri­ci­té est là éga­le­ment. En grim­pette, même en res­tant as­sis, dif­fi­cile de faire dé­cro­cher le Top Fuel. On pour­ra au be­soin blo­quer la fourche pour ga­gner en dy­na­misme. C’est un très bon grim­peur, on au­rait sim­ple­ment ai­mé qu’il soit un peu plus ex­plo­sif au dé­mar­rage. Une meilleure paire de roues pour­rait ai­der en ce sens. Un constat qui se vé­ri­fie dans les pe­tits sen­tiers tor­tueux. Il manque ce pe­tit cô­té épi­cé au mo­ment de cla­quer une grosse ac­cé­lé­ra­tion. Il au­rait pu rendre ce Top Fuel un peu moins avare en sen­sa­tions. C’est dom­mage car une fois lan­cé, le Trek offre un bon ren­de­ment et fa­ci­lite le main­tien de la vi­tesse dans les en­chaî­ne­ments ra­pides, val­lon­nés et lé­gè­re­ment tech­niques. Mal­gré sa masse, il ne pé­na­lise pas le pi­lote phy­si­que­ment. C’est ce qui nous fait dire qu’il a plus des gènes de ma­ra­tho­nien que de sprin­teur. D’au­tant que les points d’ap­pui sont plu­tôt bons, à com­men­cer par la selle Evoke. Seul le pé­da­lier Race Face au QFac­tor spé­ci­fique (écart entre les faces ex­ternes des ma­ni­velles) nous a dé­con­cer­tés au dé­part. Il n’a néan­moins pas oc­ca­sion­né de dou­leurs au ni­veau des genoux. En des­cente, le Trek fait des étin­celles. Son boî­tier bas et son tri­angle avant long ras­surent le pi­lote et in­citent à lâ­cher les freins. On pro­fite de sa bonne maniabilit­é pour le mal­trai­ter et le pous­ser dans ses der­niers re­tran­che­ments. On constate une nou­velle fois que les tout-sus­pen­dus de XC sont de plus en plus dif­fi­ciles à mettre en échec. Bien né et avec un fort po­ten­tiel d’op­ti­mi­sa­tion, au ni­veau de l’équi­pe­ment, dans cette ver­sion 8, le Top Fuel s’adresse aux pi­lotes qui aiment rou­ler fort et long­temps sans que leur ma­chine soit une pu­ni­tion phy­sique.

La ci­né­ma­tique Trek fait la part belle à la mo­tri­ci­té et à l’ef­fi­ca­ci­té sur les pe­tits chocs et reste ac­tive lors des phases de frei­nage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.