Moun­tain Cycle San An­dreas

Vélo Tout Terrain - - RÉTRO -

Au­tant ap­pli­quer au VTT tout ce qui fonc­tionne dans la mo­to ! Dès 1989, Ro­bert Rei­sin­ger frap­pa un pre­mier coup en lan­çant la Sus­pen­ders, la pre­mière fourche in­ver­sée de l’his­toire du moun­tain bike. Ce­rise sur le gâ­teau, elle est ac­com­pa­gnée de freins à disque se­mi-hy­drau­liques, les ProS­top. Deux ans plus tard, Ro­bert Rei­sin­ger dé­voile son vé­lo com­plet : le San An­dreas, taillé dans le plus pur style des mo­tos GP de l’époque avec un cadre alu cais­son­né, un bras os­cil­lant ba­nane et, bien sûr, une fourche in­ver­sée et des freins à disque. Voi­là de quoi le faire en­trer dans la lé­gende. Pour­tant, les vé­té­tistes du mo­ment sont di­vi­sés. Les des­cen­deurs vont ado­rer, alors que les cros­seurs se­ront du­bi­ta­tifs. Tout d’abord, son poids. La fourche, à elle seule, dé­passe les deux ki­los avec son étrier de frein et le vé­lo com­plet frise les 13- 14 kg. Mais à son gui­don, le poids se fait ou­blier grâce à une ri­gi­di­té en­core ja­mais ob­te­nue sur un tout-sus­pen­du et le ren­de­ment est plu­tôt bon. L’an­née sui­vante, Rei­sin­ger pro­po­se­ra même un San An­dreas al­lé­gé sans fourche in­ver­sée Sus­pen­ders et sans freins à disques. Mais les cros­seurs n’aiment pas être bous­cu­lés et ils pré­fèrent res­ter fi­dèles aux cadres clas­siques tu­bu­laires. De plus, le San An­dreas n’existe qu’en une seule taille et joue uni­que­ment sur son sup­port de selle amo­vible pour s’adap­ter au ga­ba­rit du pi­lote. Cet in­con­vé­nient est moins gê­nant en des­cente, où le San An­dreas fait un ta­bac. Une ligne agres­sive très proche d’une mo­to, des freins à disques qui in­ter­pellent et sur­tout, un com­por­te­ment ef­fi­cace à haute vi­tesse, prou­vant que la sus­pen­sion oblige à re­pen­ser le vé­lo et à sor­tir des sen­tiers bat­tus. Aus­si, l’an­née sui­vante, Can­non­dale dé­voi­le­ra-til son Su­perV à la phi­lo­so­phie proche du Moun­tain Cycles… Seule en­torse à la concep­tion mo­to : les amor­tis­seurs. Contrai­re­ment à la marque du Con­nec­ti­cut, Rei­sin­ger pré­fè­re­ra uti­li­ser l’élas­to­mère aux com­bi­nés hy­drau­liques. La sus­pen­sion ar­rière fonc­tionne sur le prin­cipe du can­ti­le­ver en com­pres­sant un em­pi­le­ment de cy­lindres en po­ly­uré­thane in­ter­chan­geables, se­lon la du­re­té dé­si­rée. La fourche uti­lise aus­si l’em­pi­le­ment de cy­lindres po­ly­uré­thane et pro­pose 5 cm de dé­bat­te­ment. La qua­li­té des bagues de gui­dage, la fixa­tion de la roue par vis­sage et le dia­mètre mons­trueux des four­reaux pro­pulsent la Sus­pen­ders par­mi les fourches té­les­co­piques les plus pré­cises du mo­ment mais im­pliquent l’uti­li­sa­tion du frein à disque mai­son ProS­top. Le seul élé­ment hy­drau­lique du vé­lo se si­tue dans les étriers de freins, pour­tant ac­tion­nés par câble. Le ProS­top se­ra re­pris par Ga­ry Fi­sher sur le RS1 et par Ans­wer sur sa fourche Ac­cu-trax. Au dé­part, les moyeux étaient des Bull­seye. En 1993, les moyeux sont fa­bri­qués par Pul­star et uti­lisent des rayons tan­gen­ciels à têtes droites, comme on en trouve en­core au­jourd’hui.

2 2. Bras os­cil­lant ba­nane en alu cais­son­né, pattes usi­nées… On est dans le plus pur style mo­to. Pour­tant, la sus­pen­sion fonc­tionne avec un simple amor­tis­seur élas­to­mère très vé­lo.

1 1. Tout a dé­bu­té avec la Sus­pen­ders. La proue du San An­dreas est tou­jours d’ac­tua­li­té avec la fourche in­ver­sée, le frei­nage à disque et les moyeux à rayons droits.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.