Le cadre

Vélo Tout Terrain - - INNOVATION­S -

L’ave­nir se­ra peut-être aux ma­té­riaux bio mi­mé­tiques. Ils s’ins­pirent du corps hu­main et de sa ca­pa­ci­té à se ré­gé­né­rer. Ce­la fait main­te­nant quelques an­nées que les cher­cheurs tra­vaillent sur des ma­té­riaux qui au­raient la ca­pa­ci­té de s’au­to-ré­pa­rer en cas de choc ou de fis­sure. Lorsque qu’un cadre se­ra trop sol­li­ci­té, ou se fis­sure, un mé­ca­nisme phy­si­co-chi­mique se met­tra en place afin de res­tau­rer leurs pro­prié­tés. Dans la ma­jo­ri­té des cas, il s’agit de bou­cher des mi­cro-fis­sures pour em­pê­cher leur pro­pa­ga­tion. Concer­nant les ma­té­riaux com­po­sites, en 2001 dé­jà, l’Uni­ver­si­té de l’Il­li­nois (USA) a réus­si à mon­trer l’ef­fi­ca­ci­té d’un sys­tème ba­sé sur des mi­cro-cap­sules rem­plies d’un agent ci­ca­tri­sant ré­par­ties dans la ma­trice du com­po­site. Sous l’ef­fet d’une fis­sure, elles li­bèrent un pro­duit ac­tif dont la po­ly­mé­ri­sa­tion est dé­clen­chée par un ca­ta­ly­seur dis­per­sé dans le com­po­site pour com­bler la fis­sure. Au­jourd’hui, l’idée est tou­jours étu­diée avec une lé­gère dif­fé­rence : il s’agi­rait de créer un ré­seau vas­cu­laire dans le ma­té­riau (comme un ré­seau san­guin) pour l’ali­men­ter en conti­nu d’un agent ci­ca­tri­sant. En ef­fet, les mi­cro­cap­sules, une fois uti­li­sées ne peuvent plus ser­vir, là la fonc­tion se­ra per­ma­nente. Autre avan­tage non né­gli­geable, une fois le ma­té­riau ré­pa­ré, il se­rait plus ré­sis­tant qu’à l’ori­gine avec l’ajout de l’agent ci­ca­tri­sant, dé­pas­sant les 100% en taux de ré­gé­né­ra­tion. Autre axe de dé­ve­lop­pe­ment pour un cadre, ré­duire le coût de fa­bri­ca­tion des pro­duits en car­bone. Exit les fils de car­bone tis­sés pour ob­te­nir des feuilles que l’on dis­pose en fonc­tion des be­soins. Cette fois il s’agi­ra de com­pri­mer de la poudre de car­bone avec de la ré­sine afin de fa­bri­quer des tubes, ou toute autre forme, l’en­semble étant for­gé. L’idée n’est pas nou­velle puisque l’on a dé­jà eu des cadres réa­li­sés sous un pro­cess si­mi­laire à la fin des an­nées 90 avec Cen­tu­rion, mais au­jourd’hui elle semble bien mieux maî­tri­sée comme le prouvent les châs­sis car­bone des Lam­bor­ghi­ni (voi­tures de course), ou en­core les ma­ni­velles Next Sl de chez Ra­ceFace. En­fin, il y a la conduc­ti­vi­té. L’ar­ri­vée pro­chaine de l’élec­tro­nique dans les sus­pen­sions, ou son dé­ve­lop­pe­ment à plus grande échelle dans la trans­mis­sion, a comme li­mite de de­voir pas­ser par de la câ­ble­rie, à dé­faut d’ondes. Aus­si, l’in­dus­trie tra­vaille sur des ma­té­riaux comme le Gra­phène ca­pable de conduire une im­pul­sion élec­trique, une so­lu­tion qui per­met­trait de se pas­ser de fils de connexion. Ce­la pour­ra aus­si pas­ser par un li­quide qui condui­ra l’élec­tri­ci­té, telle cette encre conduc­trice (en photo) que l’on com­mence à voir ar­ri­ver.

MA­TÉ­RIAUX BIO MI­MÉ­TIQUES

Sur les deux des­sins de gauche, on voit le ré­seau vas­cu­laire en rouge, rem­pli de li­quide au­to-ci­ca­tri­sant. A droite, lorsque le ma­té­riau se dé­forme, le fluide se li­bère pour rem­plir les es­paces entre les fibres et conso­li­der le com­po­site.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.