Pneu­ma­tique Maxxis Re­kon Race Exo TR

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte & pho­tos : B. La­coste

Maxxis a une vé­ri­table culture du pneu­ma­tique de cross-coun­try. Il suf­fit d'évoquer les noms des Lar­sen TT, l'Ikon ou encore le Cross­mark pour faire re­sur­gir de notre mé­moire le bon temps pas­sé à les rou­ler (sur­tout l'Ikon en 29”). Au fil du temps, le pro­fil de cha­cun de ces pneus a évo­lué en pro­po­sant dif­fé­rentes va­riantes. C’est encore le cas avec ce nou­veau Re­kon Race.

Avec la ten­dance plus agres­sive des cir­cuits de cross-coun­try, la de­mande des pi­lotes s'est de plus en plus orien­tée vers des pro­fils à gros cram­pons sur les cô­tés pour avoir du grip en vi­rage, une bande de rou­le­ment de faibles cram­pons pour maxi­mi­ser la per­for­mance, et un bal­lon im­por­tant pour dis­til­ler une dose de confort sur des VTT de cross-coun­try se­mis ri­gides. La ré­ponse de Maxxis à cette de­mande se nomme Re­kon Race. Un pneu qui a per­mis à Ni­no Shur­ter de rem­por­ter la manche de Coupe du monde à Albs­tadt cette an­née (il s'agis­sait alors d'un pro­to, mais le des­sin était là). Il dis­pose du pro­fil le plus bas de la gamme XC, et se des­tine es­sen­tiel­le­ment à mon­ter sur la roue ar­rière, en as­so­cia­tion avec un Ardent à l'avant par exemple. Pour conce­voir cette ver­sion Race, Maxxis a re­pris le des­sin du Re­kon, logique, mais a joué sur la forme de ses cram­pons. Ain­si sur le des­sus, non seule­ment ils sont moins hauts mais en plus, le bord avant est plus in­cli­né pour ré­duire la ré­sis­tance au rou­le­ment. Sur l'ar­rière, ils sont bien droits pour conser­ver une bonne ré­sis­tance lors des frei­nages. Avant d'ar­ri­ver sur les la­té­raux, on trouve une sé­rie de pe­tits cram­pons de tran­si­tion puis c'est le grip la­té­ral avec des “larges” té­tines pour une bonne trac­tion. Comme sou­vent chez Maxxis, il s'agit d'une gomme à double den­si­té, tan­dis que la car­casse est uni­que­ment pro­po­sée en 120 tpi, et avec une di­men­sion ex­clu­si­ve­ment en 29x2,25. Notre mo­dèle, qui dis­pose d'une pro­tec­tion la­té­rale EXO, a été pe­sé à 670 g, ce qui est cor­rect vu le pro­gramme. Ni­veau prix, il se né­go­cie au­tour de 54 €. Pour les condi­tions de rou­lage de ce nou­veau ve­nu, nous avons été plu­tôt gâ­tés puis­qu'il n'a pas connu la pluie. Le ter­rain était plu­tôt sec, dur et pous­sié­reux. Aus­si, si nous n'avions pas de crainte quant à sa ca­pa­ci­té à rou­ler vite, c'est plu­tôt sur sa qua­li­té à te­nir le pa­vé que nous en avions. Des craintes vite éva­nouies. Le Re­kon Race est un pneu qui roule vite, vrai­ment vite. Il est fa­cile à em­me­ner, en ne de­man­dant pas une dé­bauche d'éner­gie pour le lan­cer, ni même pour conser­ver sa vi­tesse. Les pre­miers faux plats confirment la sen­sa­tion de rou­lage. Dès que la côte de­vient plus sé­vère et plus tech­nique, le grip reste à notre grande sur­prise tou­jours pré­sent. Certes, il n'a pas le mor­dant d'un Re­kon clas­sique, mais il ne se laisse pas pour au­tant dé­bor­der à l'ap­proche des ra­cines. Le pneu en­caisse, ab­sorbe, grippe puis se li­bère pour pas­ser à la ra­cine sui­vante. Avec 1.6 bar de pres­sion à l'ar­rière (pi­lote de 75 kg), évi­dem­ment en tu­be­less, le re­bond du pneu est plu­tôt bien contrô­lé. Les pre­miers pas­sages tech­niques sont abor­dés avec ap­pré­hen­sion, et pour­tant, la tran­si­tion entre le som­met du pneu très rou­lant, et les la­té­raux, est plu­tôt bonne. Le vé­lo ne dé­croche pas lors des en­ga­ge­ments dans les ap­puis. Avec la confiance, on prend plus d'angle, et le pneu se tient plu­tôt pas mal jus­qu'au dé­cro­chage, qui n'est ce­pen­dant pas as­sez té­lé­pho­né à notre goût. Une fois le point trou­vé, on se sur­prend à rou­ler vite dans cer­tains pas­sages tech­niques alors que nous sommes quand même en pré­sence d'un pneu se­mi-slick. La car­casse ren­for­cée est du coup plu­tôt bien ap­pré­ciée car les stig­mates sur les flancs nous montrent après coup, que nous avons vrai­ment pris confiance à le rou­ler entre les pierres. Mais le point qui nous fai­sait le plus peur, c'était sa ca­pa­ci­té à frei­ner. L'Ardent Race nous avait à l'époque sur­pris en mon­tage ar­rière dans sa ca­pa­ci­té à al­lon­ger les dis­tances. Le Re­kon ne fait pas exception. Il fau­dra donc bien an­ti­ci­per, ou alors jouer avec la glisse de la roue ar­rière pour plus pro­fi­ter du grip des cram­pons la­té­raux pour pla­cer le vé­lo dans de bonnes condi­tions. Le Maxxis Re­kon Race im­pres­sionne par sa ca­pa­ci­té de rou­lage à condi­tion de res­ter sur un ter­rain sec, ou lé­gè­re­ment meuble. Dans la boue, il n'au­ra pas sa place. Il fau­dra alors être vi­gi­lant lors de chan­ge­ment de ter­rain au dé­tour d'un vi­rage. Pour le reste, c'est tout bon. Un der­nier point, pas de cre­vai­son, pas de dé­chi­rure du­rant notre mois de test. Plu­tôt un bon signe ! n

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.