Dé­cou­verte : aux portes des Ecrins

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte et pho­tos : Cé­dric Tas­san/Vto­po

Notre des­ti­na­tion es­ti­vale par ex­cel­lence, ce sont les Hautes-Alpes. C’est un mé­lange de dif­fé­rents in­gré­dients qui font au fi­nal la re­cette par­faite. Pas­sons-les en re­vue, et vous ver­rez qu’à la fin vous se­rez convain­cu : - L’ac­ces­si­bi­li­té : avec l’au­to­route jus­qu’aux portes de Gap, l’ac­cès en voi­ture est as­sez ra­pide. Puis jus­qu’à Brian­çon, la Na­tio­nale est confor­table. Seul point noir, le tra­fic rou­tier qui est dense du­rant les mois d’été. - La météo : si­tué dans les Alpes du sud, ce ter­ri­toire bé­né­fi­cie d’un en­so­leille­ment ex­cep­tion­nel. Au nord du dé­par­te­ment, le col du Lau­ta­ret est le point de blo­cage des dé­pres­sions qui viennent d’Isère. Quand il fait froid et hu­mide au nord de l’autre cô­té du col, à Brian­çon, il peut faire grand soleil. - Les pay­sages : les gla­ciers et les pics acé­rés ne sont pas l’apa­nage des Alpes du nord. Ici les pay­sages du mas­sif des Ecrins sont tout sim­ple­ment fan­tas­tiques avec deux som­mets dé­pas­sant les 4000 m d’al­ti­tude ! Concer­nant les pay­sages de moyenne al­ti­tude comme les al­pages, al­lez faire un tour dans le Quey­ras, vous nous en di­rez des nou­velles ! - Les trails : comme on le dit dans le jar­gon, ici c’est le coeur de la meule ! Le réseau de sen­tiers ba­li­sés est ex­cellent et les iti­né­raires pos­sibles à VTT sont lé­gion. Peu de chance de rou­ler un iti­né­raire de mau­vaise qua­li­té, le ter­rain de jeu est XXL. At­ten­tion, la pra­tique du VTT dans le Parc Na­tio­nal des Ecrins est in­ter­dite, mais quoi qu’il ar­rive les meilleurs sen­tiers pour le bike ne se si­tuent pas là-bas.

Nous avons pla­ni­fié ce di­manche une belle jour­née en mon­tagne du cô­té du Val d’Al­los. Ce­pen­dant, à cause des per­tur­ba­tions ve­nant du sud et de l’est, les pré­vi­sions météo ne sont guère fa­vo­rables sur ce sec­teur. De gros orages sont à pré­voir, il est se­rait dan­ge­reux de s’aven­tu­rer sur des iti­né­raires re­cu­lés et en al­ti­tude dans de telles condi­tions. Je com­mence à co­gi­ter à mille plans, le cer­veau fume. Les potes ont blo­qué leur jour­née, au­tant es­sayer de faire quelque chose. Car tout au long de l’an­née, que ce soit Nar­baix, Ni­co ou moi-même, nous sommes très sou­vent à l’ini­tia­tive des rides.

Ma­ga­zine VÉ­LO TOUT TER­RAIN

Comme on dit dans le jar­gon, ici, c’est le coeur de la meule : le réseau de sen­tiers ba­li­sés est ex­cellent et les iti­né­raires pos­sibles à VTT sont lé­gion.

Et ce­la de­mande pas mal de temps et de connais­sances des sec­teurs. Le dic­ton TV cé­lèbre « j’adore qu’un plan se dé­roule sans ac­croc » est un peu mon adage. Je laisse peu de place au ha­sard, de toute fa­çon, les aléas étant dé­jà nom­breux (casse, chute…), au­tant mi­ni­mi­ser la part de ha­sard dans le reste de la jour­née. Je scrute les cartes météo avec soin et je vois que les Hau­tesAlpes semblent épar­gnées par les pré­ci­pi­ta­tions. Tout au­tour c’est ca­tas­tro­phique : en Isère, Sa­voie, Alpes-Ma­ri­times et Alpes de Hau­teP­ro­vence, le temps est trop in­cer­tain. Et encore, en y re­gar­dant de plus près, le sud des Hau­tesAlpes se­rait at­teint as­sez tôt par les orages et le Quey­ras sous in­fluence météo ita­lienne, au­rait le même pro­gramme. Il reste une zone ci­blée entre Em­brun et Brian­çon, le long de la Du­rance. Ce­la semble res­treint mais les pos­si­bi­li­tés sont nom­breuses et la qua­li­té des iti­né­raires est hors norme.

De Puy-Saint-Vincent à la Roche de Rame

La veille, un ra­pide coup d’oeil à la météo montre que les orages pour­raient sé­vir à par­tir de 15h. Je dé­cide d’avan­cer le dé­part très tôt le ma­tin, quelques dé­fec­tions se ma­ni­festent. Fi­na­le­ment, nous sommes sept à par­tir : Nar­baix, Ni­co, Fred, Ro­main, Ar­naud, Jens­sy et moi-même. Comme iti­né­raire, je pré­vois une pe­tite tra­ver­sée des Ecrins, de Puy-Saint-Vincent à la Roche de Rame. Ce­la semble as­sez rap­pro­ché, mais quand on choi­sit bien son par­cours, ce­la com­mence à faire du dé­ni­ve­lé. Sa­chant qu’il y a des élec­triques avec nous, il faut gé­rer l’au­to­no­mie et évi­ter les por­tages. Nous lais­sons les vé­hi­cules sur les hau­teurs de Puy-Saint-Vincent, le ciel est clair, dé­ga­gé de tout nuage. Ça sent la bonne jour­née. Même si on sait que le temps peut vite tour­ner en mon­tagne, on a, quoi qu’il ar­rive, plu­sieurs heures de­vant nous avant que ça se gâte. Quand on roule à plu­sieurs, il y a tou­jours un peu d’iner­tie. Dès le dé­part, je sens Ro­main fa­ti­gué, il ferme le groupe et ne semble pas trou­ver son rythme. Nous sommes par­tis plu­sieurs fois en­semble (Pé­rou, USA…) et je sais qu’il a de la res­source. Mais là, le chan­ge­ment de bou­lot et l’ar­ri­vée de sa fille n’ont pas dû l’ai­der à gar­der la condi­tion. Je sais dé­jà qu’il fau­dra chan­ger le pro­gramme de la jour­née. Une fois ar­ri­vés sur les hau­teurs du do­maine skiable de Puy-Saint-Vincent, nous sui­vons un trail dans les bois qui, en sai­son, est sha­pé par la sta­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.