Mi­nute de Vé­ri­té

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Par Ch­ris­tophe Vé­ri­té

Ce mois-ci, je vais vous par­ler de pou­voir d'achat. Naaan, j'dé­conne. Vous avez cru que j'al­lais m'abais­ser à tom­ber dans un pan­neau aus­si fla­grant ? Pour­tant, la ten­ta­tion est belle avec tout ce jaune qui ta­pisse la France chaque sa­me­di de­puis plu­sieurs se­maines. Mais le jaune, ce n'est pas ma cou­leur. D'ailleurs, quelle est la cou­leur de l'ar­gent ? Il fau­drait de­man­der à Paul New­man (ok, ça va être com­pli­qué) ou Tom Cruise à ce su­jet. Trêve de ba­di­ne­ries, soyons sé­rieux. Le pou­voir d'achat, tout le monde ne parle que de ça de­puis dé­but dé­cembre. Sans m'im­pro­vi­ser ex­pert dans ce do­maine car je ne suis qu'un pe­tit jour­na­liste dans le monde mer­veilleux du VTT, je n'en ai pas moins quelques ré­flexions qui fu­sionnent dans les 1,5 kg de mon cer­veau. S'il est cer­tain que bon nombre de Fran­çais peinent à bou­cler les fins de mois qui peuvent com­men­cer par­fois le 5 de chaque mois, ce constat dra­ma­tique n'a de sens pour ce qui concerne la vie « de tous les jours », et non les ex­tras comme le VTT par exemple. Qui se sou­cie­rait d'ache­ter un VTT à 2 000 € quand le fri­go est vide et que les huis­siers campent de­vant la porte ? Per­sonne de sen­sé. Donc, pour tous ces gens qui vivent le quo­ti­dien avec un ar­rière-goût amère en bouche, la vague jaune se com­prend. Mais pour re­ve­nir à nos mou­tons et nos VTT, je me suis dit que le pou­voir d'achat avait aus­si sa place, en ces temps mou­ve­men­tés. Mais de quoi il parle, le Vé­ri­té, là ? Il a cra­qué son bag­gy ou quoi ? Non, pas d'in­quié­tude sur mon état men­tal, tout va bien, mer­ci. Lor­gnant de temps à autre sur la télé (dé­tes­table pa­ra­site du quo­ti­dien), je suis tom­bé sur notre Mi­nistre de la san­té qui pen­sait à re­ti­rer le rem­bour­se­ment de l'ho­méo­pa­thie, met­tant en cause son ef­fi­ca­ci­té à soi­gner. Elle ajou­tait, si ma mé­moire est bonne, que la pra­tique d'un sport était lar­ge­ment plus bé­né­fique au trou abys­sal de la sé­cu que ces gra­nu­lés dont se gavent les Fran­çais. Je fais simple et rac­cour­ci bien sûr. Dans ce cas, pour in­ci­ter les gens à pra­ti­quer une ac­ti­vi­té phy­sique, pour­quoi ne pas abais­ser la TVA et toutes ses pe­tites soeurs de taxes sur les pro­duits dé­diés au sport, quel qu'il soit ? Car c'est bien beau de pous­ser les gens à se bou­ger la couenne, mais en­core faut-il qu'ils en aient les moyens. Alors, certes, le VTT n'est peut-être pas le pre­mier sport qui vient en tête quand on parle de mieuxêtre au quo­ti­dien. Dé­jà, bon nombre de qui­dams fe­raient bien de prendre les es­ca­liers au lieu de l’as­cen­seur, de prendre leur cou­rage à deux mains et leur vé­lo pour faire les 4 km qui les sé­parent de leur bou­lot et d'ar­rê­ter de lar­ver de­vant leur écran 4K plu­tôt que voir si le so­leil brille de­hors. At­ten­tion, je ne suis pas ir­ré­pro­chable non plus, mais moi, je roule et je m'agite. Et je ne plombe pas la sé­cu en fai­sant le siège de mon mé­de­cin. D'ailleurs, ça fait plus de trois ans que j'ha­bite là où je suis et je n'ai tou­jours pas de mé­de­cin trai­tant, c'est dire la fré­quence de mes vi­sites... Bref, pour re­cen­trer la dis­cus­sion, on nous abreuve de slo­gans de type « man­ger-bou­ger-et-man­ger-5-fruits-et-lé­gumes-par-jour » à chaque pub pour de la bouffe, mais rien d'autre n'est fait dans ce sens. J'avais dé­jà évo­qué une éven­tuelle baisse de TVA sur les vé­los il y a quelques mois, mais je ne l'ai pas vue dans la lettre de notre Pré­sident... Blague à part, quand on voit le prix du matos, il y a de quoi avoir froid au porte-mon­naie : ima­gi­nez qu'il y a presque 25 ans de ça, le haut de gamme en ti­tane chez MBK (al­lez voir ce su­blime exem­plaire dans notre ru­brique ré­tro d'ailleurs) coû­tait 20 000 francs, soit 3000 € en full Shi­ma­no XTR. Au­jourd'hui, l'équi­valent vaut près du double, et équi­pé en XT, chez le sous-trai­tant de MBK à l'époque... Alors, certes, dif­fi­cile de com­pa­rer exac­te­ment car il y a main­te­nant une fourche sus­pen­due, des disques et bla­bla­bla. Mais quand même. Je n'ai pas l'im­pres­sion que les sa­laires aient aug­men­té d'au­tant. On a donc bien un pe­tit pro­blème de pou­voir d'achat. Je sais, les pu­ristes-éco­no­mistes vont hur­ler, en di­sant que mon rai­son­ne­ment est très sim­pliste. Oui, mais je suis aus­si client et consom­ma­teur, pas di­plô­mé de HEC. Et ce ma­tin, j'ai vu tom­ber une in­fo qui m'a en­core hé­ris­sé le poil : les 26 plus grosses for­tunes de la pla­nète pos­sèdent au­tant que la moi­tié de l'hu­ma­ni­té (source ONG Oxfam). 'Doivent pas avoir de pro­blème pour se payer un bike à 6000 boules, eux. Bref, pour conclure, il fau­drait vrai­ment faire quelque chose de po­si­tif et im­mé­diat pour que tous puissent pra­ti­quer un sport, le nôtre y com­pris. Si­non, on va tous fi­nir par gros­sir de­vant une télé-réa­li­té où de jeunes abru­tis font sem­blant de vivre. Et par­fois du sport aus­si. Va com­prendre.

« Tous en jaune pour faire du vé­lo ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.