YT Jeffsy 29 CF Pro Race MKII

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte : Ni­co­las Le Car­ré - Pho­tos : Da­niel Roos & Jo­han Hjord

Trois ans après avoir ré­vo­lu­tion­né le seg­ment du all-moun­tain, le YT Jeffsy fait peau neuve, tout en conser­vant l'ADN qui a fait son suc­cès ! On est al­lé dans le sud du Por­tu­gal sur les plus beaux trails de l'Al­garve pour vé­ri­fier si le Jeffsy et moi, on al­lait tou­jours pou­voir la jouer co­pain-co­pain…

Le Jeffsy et moi, on a dé­jà eu une “pe­tite” his­toire qui a du­ré une bonne an­née. C’était en 2016. J’avais choi­si de rou­ler à son gui­don

pen­dant une sai­son com­plète. J’avoue, entre lui et moi, ça a tout de suite col­lé. On a vé­cu de belles his­toires en­semble, on a tis­sé de vrais liens. Bien plus qu’une simple amou­rette. For­cé­ment, lors­qu’il a fal­lu qu’il rentre chez lui en Al­le­magne du cô­té de For­ch­heim, ça m’a fait un truc. L’im­pres­sion de perdre un vrai pote, le vide qui s’ins­talle, la mé­lan­co­lie des bons mo­ments pas­sés en­semble. Mais une chose était sûre : entre le Jeffsy et moi, on s’était tout dit... sauf adieu. Et puis la vie a re­pris son cours. J’ai trou­vé de nou­veaux des­triers avec les­quels j’ai pu nouer de nou­veaux liens... jus­qu’à ce jour de fin 2018 où il m’a de nou­veau don­né ren­dez-vous, du cô­té du sud du Por­tu­gal, sous forme d’un mes­sage énig­ma­tique et presque phi­lo­so­phique...

Ch­ris­to­pher Wal­ken, l’Al­garve & le Jeffsy

La pre­mière grosse hal­lu de ce trip, c’est lorsque Ste­fan Willa­red - le cer­veau qui pond tous les châs­sis chez YT - lance la vi­déo de pro­mo du nou­veau Jeffsy. Vous l’avez pro­ba­ble­ment vue, car elle inonde les ré­seaux so­ciaux de­puis jan­vier : Ch­ris­to­pher Wal­ken (oui oui, l’ac­teur ri­cain qui fait un peu flip­per et qui a eu des bons rôles de mé­chants ou de psy­chos) se tape un bon gros mo­no­logue de trois mi­nutes sur l’ami­tié avec de belles mé­ta­phores. Pour le meilleur et le pire, quoi. Et for­cé­ment, son meilleur pote c’est… rou­le­ment de tam­bour : le nou­veau Jeffsy !

Quoi de neuf, doc ?

Pas de doute, c’est un Jeffsy ! L’air de fa­mille est conser­vé, mais il y a quand même quelques chan­ge­ments. Le plus gros, il faut al­ler le cher­cher au ni­veau du centre de gra­vi­té qui a été di­mi­nué de fa­çon si­gni­fi­ca­tive. Pour vous don­ner une idée, la hau­teur du tube de selle passe à 435 mm en taille L, contre 480 mm sur la pre­mière gé­né­ra­tion de Jeffsy ! Un choix tech­nique ren­du pos­sible grâce aux nou­velles tiges de selle té­les­co­piques en 170 mm de dé­bat­te­ment. Du coup, YT an­nonce qu’un pi­lote pour­ra choi­sir entre trois tailles de cadre en se fo­ca­li­sant sur l’es­sen­tiel : la lon­gueur du triangle avant et

ain­si pri­vi­lé­gier une ma­chine plus ma­niable et lu­dique ou à l’in­verse plus stable et sé­cu­ri­sante à haute vi­tesse. A ce su­jet, le Jeffsy se­ra pro­po­sé dans cinq tailles ! La bonne nou­velle, c’est qu’YT a com­pris qu’une bonne géo­mé­trie était avant tout une ques­tion d’har­mo­nie. C’est pour cette rai­son que sur les tailles XL et XXL, la lon­gueur des bases a été aug­men­tée de 5 mm. Tout est une ques­tion d’équi­libre ! Pour le reste de la géo­mé­trie, le Jeffsy s’ins­crit dans la ten­dance ac­tuelle. Sur la ver­sion 29’’ qu’on a tes­tée (rap­pe­lons qu’il est pro­po­sé dans les deux tailles de roues, comme son pré­dé­ces­seur), l’angle de di­rec­tion perd 1° et passe à 66°, tan­dis que l’angle de tube de selle passe à 77° (contre 74,5° sur la pre­mière gé­né­ra­tion) pour une meilleure po­si­tion de pé­da­lage en mon­tée. Pour ceux (comme moi !) qui trou­vaient que le pre­mier Jeffsy avait ten­dance à tailler un peu court, YT a lo­gi­que­ment cor­ri­gé le tir avec un reach qui s’al­longe de 25 mm et passe ain­si à 470 mm en taille L. Et si vous êtes conser­va­teur et que les vé­los trop longs, ce n’est pas votre truc, vous au­rez tou­jours la pos­si­bi­li­té de par­tir sur une taille in­fé­rieure pour trou­ver votre bon­heur. Ma­lin !

Un cadre qui évo­lue en dou­ceur

En plus d’un centre de gra­vi­té sa­cré­ment abais­sé, le cadre adopte une nou­velle douille de di­rec­tion cais­son­née, plus ri­gide. Le dé­bat­te­ment aug­mente de 10mm sur la ver­sion 29’’ et passe ain­si à 150mm sur la ver­sion Pro Race et 140 mm sur les autres ver­sions. Pour le 27.5’’, il est de 160 mm sur le Pro Race et 150 mm sur le reste de la gamme. L’amor­tis­seur ar­rière passe lo­gi­que­ment au for­mat mé­trique (210mm de lon­gueur pour 50mm ou 55 mm de course en 29’’ et 230 mm de lon­gueur pour 60mm ou 65 mm de course sur le 27.5’’). L’es­pace pour le porte-bi­don a été aug­men­té pour ac­cep­ter des bi­dons de 600ml de conte­nance, contre 500 ml au­pa­ra­vant. A ce su­jet, YT a dé­ve­lop­pé son propre bi­don ma­gné­tique en par­te­na­riat avec Fid­lock, même si le cadre reste com­pa­tible avec les sys­tèmes tra­di­tion­nels. Au ni­veau des dé­tails, on note l’ar­ri­vée de nou­velles pro­tec­tions au ni­veau des bases et hau­bans, ain­si qu’une pro­tec­tion vis­sée sous le tube dia­go­nal. Le pas­sage de gaines en in­terne est lui aus­si re­vu... et fran­che­ment bien fi­chu ! Pas de sur­prise du cô­té de la sus­pen­sion ar­rière, YT conti­nue à uti­li­ser son sys­tème de sus­pen­sion ar­rière V4L. La ci­né­ma­tique a tou­te­fois été lé­gè­re­ment re­ma­niée avec un an­ti-squat aug­men­té, pour amé­lio­rer les per­for­mances au pé­da­lage. On note l’adop­tion d’un nou­veau sys­tème d’axe et de rou­le­ments dont la lon­gé­vi­té a été amé­lio­rée et le mon­tage se fait ex­clu­si­ve­ment du cô­té gauche. Et ça, c’est un dé­tail tech­nique que les in­gé­nieurs ont ap­pris sur les pad­docks : c’est bien plus fa­cile pour un mé­ca­no d’avoir ac­cès à toute la vis­se­rie d’un seul et même cô­té du vé­lo, ce­lui op­po­sé à la trans­mis­sion si pos­sible !

Ren­dez-vous en terre connue

Le Jeffsy MKII a pas­sé quelques longues soi­rées à “la salle” à sou­le­ver de la fonte, en té­moigne sa nou­velle douille de di­rec­tion cais­son­née qui en im­pose. Et quel slo­ping ! On croi­rait presque un croi­se­ment im­pro­bable entre un cadre de slo­pe­style et un en­du­ro. Pour le set­ting, rien de bien sor­cier dans la me­sure où Erik Ir­misch - le pi­lote de des­cente al­le­mand qui nous ac­com­pagne sur ces deux jour­nées de test - fait gros­so mo­do le même ga­ba­rit que moi. Du coup, on part sur ses ré­glages de pré­con­trainte de sus­pen­sions (un bon 30-35%), mais en ou­vrant un peu plus les com­pres­sions sur la fourche car je n’ai pas la pré­ten­tion d’être aus­si agres­sif qu’Erik au gui­don d’un vé­lo... et vu que je ne connais pas le ter­rain, je n’ai pas spé­cia­le­ment en­vie de me faire bras­ser. La (très) bonne nou­velle, c’est que ni­veau sus­pen­sions vous se­rez aux pe­tits oi­gnons sur cette ver­sion Pro Race à 5299€ avec la dé­mo­niaque fourche Fox 36 Float Factory et sa fa­meuse car­touche GRIP2 ré­glable dans tous les sens. Quand on sait qu’elle ap­proche les 1500 € en prix pu­blic dans le com­merce, on se dit qu’YT nous gâte. C’est d’ailleurs une des forces de la marque qui vend en di­rect sur In­ter­net : dans un ré­seau de dis­tri­bu­tion tra­di­tion­nel, cette ver­sion du Jeffsy avec jantes car­bone, trans­mis­sion E-Thir­teen/XTR et poste de pi­lo­tage Ren­thal dé­pas­se­rait sans doute les 8 000 € !

Al­lez, en selle. En­fin pas en­core. Ces deux jours de ride vont es­sen­tiel­le­ment se faire à coups de na­vette, grâce à la su­per équipe de We­ride.pt qui va nous faire dé­cou­vrir les meilleurs trails. Et il y a de quoi faire. Echauf­fe­ment sur une piste d’une di­zaine de

mi­nutes qui al­terne roche au dé­part avant de plon­ger dans les eu­ca­lyp­tus. Là, c’est un peu la ré­vé­la­tion dans la me­sure où dès les pre­mières mi­nutes au gui­don du nou­veau Jeffsy, j’ai l’im­pres­sion de rou­ler sur un VTT que je connais de­puis tou­jours. Peu de ma­chines réus­sissent à vous mettre si ra­pi­de­ment à l’aise en pi­lo­tage “à l’aveugle” sur des pistes où vous rou­lez pour la pre­mière fois. Au gui­don du YT, c’est la confiance ab­so­lue, bien ai­dé il est vrai par un ou­vreur qui fait le job et me per­met de suivre les bonnes lignes sur les pas­sages un peu chauds. Il est in­dé­niable que cette nou­velle ver­sion s’en­du­rise en pre­nant exemple sur son grand frère le Ca­pra. C’est tout à fait lo­gique, puisque le nou­veau Jeffsy voit son dé­bat­te­ment aug­men­ter et sa géo­mé­trie s’en­ga­ger. Pas ques­tion tou­te­fois de tou­cher à la ca­rac­té­ris­tique si­gni­fi­ca­tive de la marque al­le­mande au ni­veau du com­por­te­ment de la sus­pen­sion ar­rière, qui reste par­ti­cu­liè­re­ment pro­gres­sive. Un brin plus “plush” que son pré­dé­ces­seur, le Jeffsy MKII reste une ma­chine vi­vante et ré­ac­tive, avec une bonne dose de pop qui per­met de pro­fi­ter de n’im­porte quel pe­tit chan­ge­ment de ter­rain pour s’en­voyer en l’air. Une fois que les roues ont dé­col­lé du sol, on pro­fite de cet énorme dé­ga­ge­ment au ni­veau des jambes. C’est pro­ba­ble­ment ce que j’ai le plus ado­ré sur le nou­veau Jeffsy : le fait d’être par­fai­te­ment cen­tré sur le vé­lo et d’être to­ta­le­ment libre de ses mou­ve­ments pour se concen­trer sur son pi­lo­tage. Du coup, même lors­qu’on sort de sa zone de confort et qu’on se re­trouve en­ga­gé dans un gros pier­rier, où l’on n’a d’autre choix que d’y al­ler et de ser­rer les fesses, le YT est le genre de ma­chine au gui­don de la­quelle vous vous dites que fi­na­le­ment... ça passe ! Et plus on ré­pète l’opé­ra­tion, plus on en vient à dé­pas­ser ses li­mites sans réel­le­ment at­teindre celles du vé­lo. At­ten­tion, on n’at­teint pas les ca­pa­ci­tés d’une ma­chine comme le Ca­pra, mais force est de consta­ter que le nou­veau Jeffsy vous per­met­tra de

PEU DE MA­CHINES RÉUS­SISSENT À VOUS METTRE SI RA­PI­DE­MENT À L’AISE EN PI­LO­TAGE “À L’AVEUGLE” […]. AU GUI­DON DU YT, C’EST LA CONFIANCE AB­SO­LUE.

pas­ser (presque) n’im­porte où, avec peut-être un peu moins de vi­tesse et en vous fa­ti­guant un peu plus sur les longues des­centes. Mais quel pied d’avoir entre les jambes une ma­chine si ré­ac­tive en courbe, qui se place na­tu­rel­le­ment dans les ap­puis et aime à se f au­fi­ler même lorsque la vi­tesse est plus ré­duite.

Quid de la po­ly­va­lence ?

Ce que j’ap­pré­ciais sur le pre­mier Jeffsy, c’était son hy­per po­ly­va­lence. A son gui­don, j’avais l’im­pres­sion d’être le roi de la fo­rêt de Fontainebl­eau tant il pé­da­lait bien et me met­tait en confiance sur les zones tria­li­santes. A son gui­don, je par tais à trois heures de route de Pa­ris, faire des vi­rées de mi­ni en­du­ro en moyenne mon­tagne du cô­té de Breuil. On rou­lait entre potes le di­manche, sur des pe­tites pistes du coin sha­pées par des mi­nots éner­vés. Du coup, en rou­lant ce nou­veau Jeffsy bo­dy­buil­dé, je me dis qu’il risque fort de ne plus être aus­si adap­té à mon ter­rain de jeu ha­bi­tuel que son pré­dé­ces­seur. En clair, il de­vien­drait pro­ba­ble­ment un peu trop “gros”. Pour au­tant, il reste un sa­cré bon pé­da­leur, j’ai pu le vér ifier en Al­garve sur les nom­breuses liai­sons réa­li­sées à la pé­dale. L’angle de tube de selle plus droit est par­ti­cu­liè­re­ment agréable et offre une belle po­si­tion de pé­da­lage en mon­tée. Même en lais­sant l’amor­tis­seur ou­vert, la sus­pen­sion ar rière dé­vore très peu d’éner­gie. Si vous ha­bi­tez dans le sud de la France ou si vous rou­lez es­sen­tiel­le­ment d ans le cas­sant, vous y trou­ve­rez votre compte. En en­ga­geant un peu plus le Jeffsy dans la pra­tique, YT laisse sur­tout de la place pour un nou­veau châs­sis. En creu­sant un peu plus avec Ste­fan Willa­red, je com­prends bien qu’il est for t pro­bable que la marque al­le­mande bosse sur un tout-sus­pen­du de 120 ou 130 mm de dé­bat­te­ment. Un gros XC, mais fa­çon Y T... je va­lide l’idée à 100%. ■

5 299 € | 12,9 kg en taille S sans pé­dales | Dé­bat­te­ment av. : 150 mm ; ar. : 150 mm Pra­tique : ran­do-sport, com­pé­ti­tion, val­lon­né, mon­tagne

La nou­velle douille de di­rec­tion adopte un cais­son­nage sur les cô­tés, per­met­tant d'aug­men­ter la rigidité de la par­tie avant.

Magazine VÉ­LO TOUT TER­RAIN

L'amor­tis­seur Fox Float DPX2 fait sa­cré­ment bien le job et ses ré­glages sont par­fai­te­ment ac­ces­sibles, même en rou­lant. Ap­pré­ciez au pas­sage les lignes très fluides du cadre.

YT In­dus­tries a dé­ve­lop­pé avec Fid­lock un sys­tème de porte-bi­don ma­gné­tique pour le nou­veau Jeffsy. L'idée est bonne, mais à l'usage il faut un peu de temps pour prendre le coup de main car l'es­pace d'en­ga­ge­ment des plots ma­gné­tiques est as­sez ré­duit. Ras­su­rez-vous, vous pour­rez aus­si mon­ter un bi­don tra­di­tion­nel d'une conte­nance maxi­male de 600 ml en uti­li­sant la plaque de fixa­tion en pho­to.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.