Porte-vé­lo Ras­sine B4 Hur­ri­cane

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE -

Oak­ley, la marque em­blé­ma­tique de lu­nettes de sport amé­ri­caine, s’est lan­cée dans la com­mer­cia­li­sa­tion de casques pour le vé­lo il y a main­te­nant deux ans. Après s’être es­sen­tiel­le­ment fo­ca­li­sée sur la route, la marque s’at­taque au VTT avec le DRT5 au look ter­ri­ble­ment sexy. Nous avons tes­té cette nou­veau­té du­rant plu­sieurs mois et voi­ci ce que l’on en a pen­sé.

La cé­lèbre marque de lu­nettes a le don d’ap­pa­raître là où on ne l’at­tend pas. On se sou­vient de gamme de chaus­sures ou de vê­te­ments aux dis­po­ni­bi­li­tés par­fois aléa­toires mais aux looks fu­tu­ristes et sur­tout tech­niques. Cette fois c’est sur le mar­ché très concur­ren­tiel du casque VTT qu’Oak­ley ar­rive en force avec une gamme de casques haut de gamme. Nous avons je­té notre dé­vo­lu sur le pro­duit qui nous semble le plus po­ly­va­lent : le DRT 5. Il se dis­tingue par un de­si­gn as­sez unique, un mé­lange de courbes et d’arêtes vives qui donnent un look agréable sur­tout sur la par­tie ar­rière. La dé­co est sobre avec une pein­ture de qualité mixant les fi­ni­tions des ver­nis mats et brillants du plus bel ef­fet. Une fois en main, il faut avouer que la fi­ni­tion est vrai­ment im­pec­cable. Les ma­té­riaux et tous les pe­tits dé­tails de con­cep­tion peuvent jus­ti­fier le prix. Mais un casque n’est pas sim­ple­ment un ob­jet de dé­co­ra­tion. C’est avant tout un élé­ment de sé­cu­ri­té. Nous n’avons pas été jus­qu’à faire des cas­cades pour at­tes­ter des per­for­mances ni­veau sé­cu­ri­té, mais il est conforme à toutes les cer­ti­fi­ca­tions, se voit do­té du sys­tème Mips. Même si nous n’avons pas ju­gé de l’ef­fi­ca­ci­té en cas de chute, on se sent très bien pro­té­gé une fois ce DRT5 po­sé sur la tête. Il est suf­fi­sam­ment ri­gide pour pa­raître ro­buste, mais as­sez souple pour pres­sen­tir d’une bonne dé­for­ma­tion en cas d’im­pact. Ni­veau taille, le DRT5 taille cor­rec­te­ment (taille M pour 56cm de tour de tête) et convien­dra plus aux têtes larges que longues et hautes (la ca­lotte n’est pas très pro­fonde pour ce type de casque). Le sys­tème de ré­glage de main­tien oc­ci­pi­tal pro­vient de chez Boa. Il est ef­fi­cace et fa­cile à ajus­ter pour trou­ver la meilleure fixa­tion en fonc­tion de notre mor­pho­lo­gie. Le sys­tème Boa reste se­lon nous l’un des meilleurs, avec un ser­vice après-vente de qualité en cas de pro­blème. L’in­té­rieur du casque est vé­ri­ta­ble­ment dé­pouillé et ce­la n’est rien de le dire… Le DRT 5 est mu­ni de deux mousses, une longue sur la par­tie fron­tale an­ti­bac­té­rienne (Xs­ta­tic) ou en si­li­cone et une pe­tite sur l’ar­rière de la ca­lotte. Nous avons été sur­pris de ne pas avoir plus de sup­port sur la par­tie su­pé­rieure et sur les cô­tés… Le test nous dé­mon­te­ra que ce choix très mi­ni­ma­liste est dis­cu­table. Sur toutes nos sor­ties nous avons la désa­gréable sen­sa­tion que le casque a ten­dance à tom­ber sur le front. Nous avons d’abord pen­sé à un mau­vais ajus­te­ment en hau­teur du main­tien oc­ci­pi­tal ré­glable sur trois po­si­tons. Nous avons tes­té toutes les pos­si­bi­li­tés et tou­jours le même constat… Nous avons en­suite pen­sé à la longue vi­sière en plas­tique ri­gide as­sez •••

••• lourde qui pour­rait faire plon­ger l’avant, mais son sys­tème com­pa­tible pour les masques per­met de la mon­ter exa­gé­ré­ment pour en­suite fixer le masque sur le de­vant du casque lors des as­cen­sions. Nous avons donc es­sayé de la mettre le plus haut pos­sible pour ré­duire les masses sur la par­tie avant, mais tou­jours le même pro­blème de bas­cu­le­ment du casque sur l’avant. Si on roule avec un masque, ce n’est pas un pro­blème car ce­lui-ci offre un bon main­tien pour ga­ran­tir la bonne po­si­tion du casque.

Des dé­tails à re­voir

En re­vanche, avec des lu­nettes ce n’est pas la même his­toire, car on fi­nit par avoir le casque en contact avec le sup­port des lu­nettes si celles-ci sont très hautes, ce qui n’est pas très confor­table et es­thé­tique. Heu­reu­se­ment sur les longues as­cen­sions on peut pla­cer via un as­tu­cieux sys­tème de clips les lu­nettes sur l’ar­rière du casque. Au fi­nal nous avons trou­vé la so­lu­tion à notre pro­blème via l’ajout de mousses sur la par­tie cen­trale. En ef­fet la coque Mips en plas­tique lisse n’offre pas l’adhé­rence né­ces­saire avec le crâne, et le casque glisse sur l’avant. On peut évi­dem­ment ser­rer plus que de rai­son le Boa, mais ce­la en­traîne des dou­leurs au ni­veau du cercle au­tour de la rou­lette. Un dé­tail qui au fi­nal pèse dans la ba­lance au ni­veau er­go­no­mie. Au ni­veau ven­ti­la­tion, le DRT5 est plu­tôt à clas­ser dans la ca­té­go­rie des casques pour cli­mat tem­pé­ré ou pour la sai­son hi­ver­nale car il y a peu de ven­ti­la­tion au ni­veau du front.

Le bi­lan est as­sez mi­ti­gé car même si on adhère au look du pro­duit nous émet­tons des ré­serves sur la po­si­tion des mousses de main­tien et aus­si sur les qua­li­tés de ven­ti­la­tion pour la sai­son es­ti­vale. Nous pré­co­ni­sons ce casque pour les per­sonnes qui cherchent un pro­duit à la fi­ni­tion ir­ré­pro­chable, com­pa­tible avec un masque, car c’est comme ça que nous l’avons le plus ap­pré­cié et qu’il dé­livre un ni­veau de sé­cu­ri­té maxi­mal. Oak­ley fait donc une en­trée re­mar­quée ni­veau look dans le monde du casque, mais nous es­pé­rons qu’ils re­tra­vaille­ront cer­tains pe­tits dé­tails pour se rendre in­con­tour­nables sur le seg­ment. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.