San­ta Cruz Hightower X01 CC

San­ta Cruz Hightower XO1 CC

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte : Si­mon An­dré - Pho­tos : Jacques An­dré

8599 €| 13,6 kg taille L | Déb. av : 150 mm | Déb. ar : 140 mm Pra­tique : ran­don­né spor­tive, com­pé­ti­tion, val­lon­né, mon­tagne

San­ta Cruz a amor­cé il y a trois ans un grand chan­ge­ment en dé­cli­nant ses mo­dèles du seg­ment en­du­ro avec un de­si­gn proche de son fa­meux vé­lo de des­cente. Il était donc temps de pas­ser à la ca­té­go­rie in­fé­rieure, et nous avions hâte de voir quelles orien­ta­tions la marque al­lait suivre. Le Hightower re­vient dans la cour des grands, et ce n’est pas pour nous dé­plaire.

Le Hightower est en­fin de re­tour au som­met. L’an­cienne gé­né­ra­tion fut à son époque une ré­fé­rence dans le seg­ment des gros vé­los po­ly

va­lents. Il était un des pre­mier 29" avec du dé­bat­te­ment sur le mar­ché avec une géo­mé­trie mo­derne pour un vé­lo à tout faire. Il fut tel­le­ment plé­bis­ci­té par cer­tains en­du­ristes qu’une ver­sion LT a même vu le jour. De­puis la ten­dance 29" est de­ve­nue plus que cou­rante et la concur­rence a fait ou­blier pe­tit à pe­tit le Hightower. Il faut dire que l’an­cienne ver­sion était fun à pi­lo­ter, mais que ce n’était pas for­cé­ment la pla­te­forme la plus po­ly­va­lente, sur­tout quand il fal­lait grim­per… Le nou­veau Hightower fait table rase du pas­sé pour re­prendre le nou­vel agen­ce­ment de sus­pen­sion ar­rière VPP ini­tié sur le vé­lo de DH mais aus­si plus ré­cem­ment sur le No­mad/ Bron­son et le Me­ga­to­wer. L’amor­tis­seur n’est plus fixé sur la biel­lette haute, mais sur celle du bas. Un em­pla­ce­ment qui a du sens pour les in­gé­nieurs car il offre beau­coup plus de pos­si­bi­li­tés pour trou­ver des al­lures de courbes dif­fé­rentes sui­vant les seg­ments et les pra­tiques. C’est ain­si que l’on peut avoir un vé­lo de DH, mais aus­si un vé­lo de trail en 120 mm de dé­bat­te­ment avec une es­thé­tique proche mais des ca­rac­té­ris­tiques de sus­pen­sion vrai­ment dif­fé­rentes. Mais re­ve­nons sur notre Hightower. La sus­pen­sion dé­ve­loppe 140 mm de dé­bat­te­ment et dis­pose d’un ajus­te­ment pla­cé sur la biel­lette basse per­met­tant de faire évo­luer la ci­né­ma­tique et la géo­mé­trie sur deux po­si­tions. La géo­mé­trie évo­lue avec des chiffres dans la moyenne des vé­los mo­dernes de cette ca­té­go­rie. Au­cune ex­cen­tri­ci­té, mais si on re­garde un peu dans le ré­tro­vi­seur on se rend compte que l’em­pat­te­ment, les hau­teurs de boî­tier ou les angles de di­rec­tion sont dignes d’un vé­lo d’en­du­ro de moins de 5 ans. Le Hightower porte bien son nom et les spé­ci­fi­ca­tions sont aus­si dans cette li­gnée avec des com­po­sants vrai­ment agres­sifs. On com­prend mieux le pour­quoi du poids de la bête mal­gré un cadre car­bone CC et des roues avec jantes car­bone mai­son. Pour in­fo, la fa­mille Hightower pro­pose deux fi­ni­tions de cadre car­bone et aus­si une ver­sion alu. Voi­là ra­pi­de­ment pour la pré­sen­ta­tion de cette évo­lu­tion du Hightower et main­te­nant place au ter­rain.

On com­mence en po­si­tion haute

Pour com­men­cer le test, nous choi­sis­sons la po­si­tion haute qui pa­rait être la meilleure op­tion au vu de la géo­mé­trie et du type de boucle que l’on réa­lise pour dé­bour­rer nos nou­veaux pou­lains. Pour les ajus­te­ments, on suit les pré­co­ni­sa­tions du construc­teur (30% de pré­con­trainte), et on ouvre gé­né­reu­se­ment les com­pres­sions avec une dé­tente as­sez ra­pide. Les pre­mières boucles montrent que le vé­lo semble bien plus lé­ger que le poids que nous af­fiche la ba­lance… C’est une très bonne nou­velle car le choix de la taille L avec pe­tite po­tence en 35 mm avec les spé­ci­fi­ca­tions de ce mon­tage nous fai­sait craindre d’être trop proches du seg­ment en­du­ro. On au­rait presque l’im­pres­sion en chan­geant de pneu­ma­tiques pour quelque chose de plus rou­lant d’avoir un vé­lo de trial. Il faut dire que les roues mai­son sont ir­ré­pro­chables en termes de dy­na­misme et de ren­de­ment, ce qui aide for­te­ment quand il faut chan­ger de rythme et ac­cé­lé­rer. Sur le plat ou dans les mon­tées avec un re­vê­te­ment lisse, c’est un pur drag­ster pour le seg­ment et on se de­mande même pour­quoi on a un pla­teau aus­si pe­tit. Par contre, si on heurte un peu trop son coup de pé­dale, on peut vite sen­tir la chaîne ti­rer notre pied en ar­rière (ef­fet kick-back). Il faut un lé­ger temps d’adap­ta­tion pour trou­ver le pé­da­lage le plus ef­fi­cace pos­sible, sur­tout avec le pla­teau en 30 dents. Une fois que l’on a com­pris com­ment ça fonc­tionne, on tra­vaille en ca­dence quand le sol est lisse, ce qui est plu­tôt fa­cile avec un pe­tit pla­teau et on at­taque les par­ties tech­niques et raides plus dou­ce­ment au couple. On a ain­si dé­cou­vert un très bon grim­peur, et le Hightower donne l’im­pres­sion de pou­voir pas­ser par­tout. Plus on ap­puie sur les pé­dales, plus la chaîne se tend et dé­plie la sus­pen­sion en po­si­tion ini­tiale, ce qui per­met de ne pas s’af­fais­ser sur l’ar­rière et pas­ser des mon­tées su­per tech­niques. On a en­fin trou­vé un concur­rent à l’Or­bea Oc­cam ou à l'Ibis Rim­po, mais il faut prendre son temps pour le cer­ner.

En des­cente, le vé­lo est hy­per pré­cis et adore les courbes. On sent qu’il aime plus les grands es­paces et la vi­tesse que de tour­ni­co­ter dans le sen­tier étroit. Heu­reu­se­ment la po­si­tion haute per­met d’avoir le centre de gra­vi­té un peu plus sur l’avant et on peut ain­si gar­der plus de grip na­tu­rel­le­ment sur la roue avant. Sur les sen­tiers tech­niques avec peu de pente, le vé­lo est fa­cile, sur­tout dans les courbes à plat où le sys­tème VPP fait mer­veille si on pousse sur les jambes. Par contre, at­ten­tion à ne pas s’em­bal­ler car on prend très vite de la vi­tesse et l’ef­fet du frein sur la sus­pen­sion avec un amor­tis­seur très li­néaire a ten­dance à as­soir le vé­lo si on freine un peu fort sur ce type de courbe et ce­la en­traîne une perte d’adhé­rence. Dans la pente, il est su­per sé­cu­ri­sant. Il s’as­soit fa­ci­le­ment avec un simple bas­cu­le­ment du bas­sin sur l’ar­rière ou lorsque l’on freine de l’ar­rière. L’amor­tis­seur est ca­li­bré pour être souple en dé­but de course pour of­frir

Les jantes mai­son Re­serve 30 sont d’un mon­tage ir­ré­pro­chable. Elles contri­buent au très bon ren­de­ment et au pi­lo­tage pré­cis du Hightower mal­gré un ga­ba­rit et des com­po­sants im­po­sants. beau­coup de grip puis il reste as­sez li­néaire pour avoir un vé­lo fa­cile à contrô­ler. On peut vite se rendre compte que la po­si­tion haute per­met d’avoir un vé­lo plus adap­té à des cir­cuits to­niques, mais que le vrai po­ten­tiel de la ma­chine se trouve ailleurs, là où la pente se fait plus raide, plus longue, et où la vi­tesse de­vient gri­sante.

Puis vient le mo­ment de la po­si­tion basse

Nous avons conti­nué nos tests sur des ter­rains plus en­ga­gés et plus exi­geants, pro­fi­tant au pas­sage pour pas­ser sur la po­si­tion basse. En des­cente, il est en­core plus agres­sif avec une sus­pen­sion plus souple en dé­but de course et plus pro­gres­sive sur la fin. Ce nou­veau Hightower est très à l’aise dans les en­chaî­ne­ments de courbes ra­pides. On peut ex­pli­quer ce­la par la bonne ri­gi­di­té du châs­sis et des roues, mais aus­si grâce à la sus­pen­sion type VPP. Il est aus­si à l’aise dans la pente où le vé­lo est stable grâce à une tra­jec­toire de roues bien op­ti­mi­sée quand celle- ci prend du dé­bat­te­ment. Pour faire simple, la roue ar­rière re­cule beau­coup du dé­but au mi­lieu du dé­bat­te­ment puis re­vient vers l’avant à la fin. Sur le ter­rain on se sent beau­coup moins pous­sé sur l’avant. Re­vers de la mé­daille, si on se po­si­tionne trop en ar­rière, on peut perdre le grip sur la roue avant. Si vous ai­mez jouer avec le vé­lo et le ter­rain, le Hightower est d’une re­dou­table ef­fi­ca­ci­té. Se­lon nous, c’est la grosse dif­fé­rence avec un vé­lo d’en­du­ro. Ici pas be­soin de for­cer les mou­ve­ments. Tout se fait de fa­çon très na­tu­relle sans dé­ployer une éner­gie folle. Par contre, dans le dé­fon­cé, le vé­lo a ten­dance à être un peu moins confor­table et on va ra­pi­de­ment au fond du dé­bat­te­ment. Mais at­ten­tion, nous avons res­sen­ti ce­la uni­que­ment sur des pures pistes d’en­du­ro et sur des ter­rains très cas­sants. On ne peut pas tout avoir et il faut par­fois faire des com­pro­mis. Alors certes, il n’est pas le plus confor­table de la ca­té­go­rie, mais il est ef­fi­cace. Si on re­cherche un vé­lo en­core un peu plus proche d’un vé­lo d’en­du­ro sans pas­ser le cap, on vous conseille de lor­gner du cô­té du kit Ro­ckS­hox Me­gneg pour l’amor­tis­seur du Hightower.

Au fi­nal, ce nou­veau Hightower rentre par­fai­te­ment dans la mou­vance de cette nou­velle gé­né­ra­tion de vé­los ul­tra po­ly­va­lents. On a une ma­chine qui est presque sans li­mite ca­pable de vous em­me­ner par­tout où vous rê­vez d’al­ler. Il est aus­si à l’aise pour faire une grande boucle va­riée en mode ran­don­née que pour vous ac­com­pa­gner à la mon­tagne ou sur un bike-park ou même oc­ca­sion­nel­le­ment sur une

Les pro­tec­tions de cadre du Hightower sont de très bonne qualité. Nous avons été sur­pris par celle pla­cée sur le haut du tube dia­go­nal, mais c’est une bonne idée pour ceux qui trans­portent leur vé­lo dans un pick-up… Seul pe­tit bé­mol, on au­rait ai­mé un pro­tège-base plus long pour évi­ter que la chaîne tape sur le cadre, sur­tout avec le pla­teau en 30 dents.

course d’en­du­ro for­mat ral­lye. On ne vous cache pas qu’il est plus à son aise quand le ter­rain est val­lon­né ou mon­ta­gneux avec des mon­tées qui se font au train et au couple. Il n’en reste pas moins dans la ca­té­go­rie un des meilleurs que nous ayons es­sayés, même s’il de­mande un pe­tit temps d’adap­ta­tion pour en ti­rer le meilleur. En des­cente, il ne faut pas avoir peur de le brus­quer un peu car là aus­si, le Hightower est plus taillé pour la vi­tesse que pour le lent et cas­sant, mais on sent que de ce cô­té-là les li­mi­ta­tions sont plus liées au choix de l’amor­tis­seur qu’au châs­sis.

Au fi­nal, il s’agit d’un vé­lo ex­clu­sif par son prix, sur­tout avec l’op­tion de roues car­bone et cadre CC, mais d’un vé­lo au look agres­sif qui ne passe pas in­aper­çu avec une ef­fi­ca­ci­té re­dou­table sur­tout si on a la forme et le ba­gage tech­nique pour l’ex­ploi­ter à fond. Une belle réus­site qui nous fait peine à quit­ter, mais on se console en se di­sant que son pe­tit frère le Tall­boy se­ra un vé­lo tout aus­si in­té­res­sant à dé­cou­vrir, sur­tout pour les par­cours plus to­niques et moins mon­ta­gneux. ■

Comme ce­la de­vient de plus en plus cou­rant, le Hightower est équi­pé d’un ajus­te­ment de la géo­mé­trie et de la sus­pen­sion. At­ten­tion, ici il faut un peu de doig­té pour réus­sir à chan­ger la po­si­tion…

Ma­ga­zine Vé­LO TOUT TER­RAIN

San­ta Cruz conti­nue d’ex­ploi­ter le sys­tème VPP qui per­met d’op­ti­mi­ser la sus­pen­sion au pé­da­lage tout en res­tant très ac­tive. Le nou­vel agen­ce­ment lan­cé sur le vé­lo de DH est ici dé­cli­né avec une sus­pen­sion plus li­néaire que sur les autres plus gros vé­los de la gamme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.