POUR­QUOI ROU­LER “ENTRE FILLES” ?

Vélo Tout Terrain - - LE COIN DES FILLES - Texte : Lu­cy Paltz

Jour­nées entre filles, as­so­cia­tions de VTT fé­mi­nin, events ré­ser­vés aux femmes : les ini­tia­tives « girls on­ly » se mul­ti­plient dans le mi­lieu du vé­lo. Quel est réel­le­ment l’in­té­rêt de rou­ler entre filles ? Est-ce in­dis­pen­sable pour fé­mi­ni­ser notre dis­ci­pline ? Quand j’ai com­men­cé le VTT, très peu de filles pra­ti­quaient, du moins dans les Alpes.

Alors que je rou­lais uni­que­ment avec des gar­çons, j’ai eu en­vie de ren­con­trer d’autres ri­deuses pour échan­ger, pa­po­ter, bref nous re­trou­ver au­tour de cette pas­sion com­mune. J’ai donc créé des sor­ties girls, il y a plus de 7 ans, aux 2 Alpes, par le biais de mon blog Gra­vi­ty La­dies. De­puis cette époque, le VTT fé­mi­nin s’est bien dé­ve­lop­pé, et des ini­tia­tives sem­blables à mes jour­nées filles se sont mul­ti­pliées. A chaque fois l’idée était la même : ren­con­trer d’autres pra­ti­quantes. Au­tour d’An­ne­cy, l’as­so­cia­tion des Bi­kettes est de­ve­nue une ré­fé­rence en la ma­tière, avec des sor­ties heb­do­ma­daires après le tra­vail, des week-ends et plus de 150 membres ac­tives ! D’autres as­so­cia­tions et groupes Fa­ce­book se sont mon­tés au tra­vers de la France, les Bar­tas­settes vers Mont­pel­lier, les Rei­nettes du 05 dans les Hautes Alpes, les Da­hus Girls en Al­sace, etc… Ces groupes de filles créent une vé­ri­table ému­la­tion entre les dif­fé­rentes par­ti­ci­pantes, ce qui est idéal pour pro­gres­ser. Si la plu­part d’entre elles roulent sou­vent avec des gar­çons, elles ap­pré­cient aus­si ces mo­ments pri­vi­lé­giés entre filles, où l’am­biance est tout à fait dif­fé­rente.

Ce que je re­marque, dans les dif­fé­rentes jour­nées filles que je conti­nue à pro­po­ser

ré­gu­liè­re­ment avec Liv, c’est que les femmes se « lâchent » plus sur le vé­lo quand elles sont entre elles. L’ému­la­tion se crée na­tu­rel­le­ment, et en voyant une co­pine sau­ter une pas­se­relle, réus­sir un pas­sage tech­nique, ou rou­ler plus vite, les filles se disent « pour­quoi pas moi ! ». Ce­la leur semble plus à leur por­tée, les chal­lenge da­van­tage. Elles parlent aus­si plus fa­ci­le­ment de leurs ap­pré­hen­sions, se ras­surent entre elles, se conseillen­t et s’en­cou­ragent. Ce­la crée un en­vi­ron­ne­ment idéal pour boos­ter leur confiance en elles, ce qui est très im­por­tant pour les dé­bu­tantes.

Même si je roule 80% de mon temps avec des gar­çons, j’ai tou­jours énor­mé­ment de plai­sir à rou­ler avec mes amies, et à trans­mettre ma pas­sion au tra­vers de ren­contres fé­mi­nines. Le but des sor­ties filles n’est pas de sé­pa­rer hommes et femmes, mais plu­tôt de créer des es­paces de pra­tique pro­pices à l’ému­la­tion et à la pro­gres­sion. L’idée est de don­ner en­vie aux filles de rou­ler tou­jours plus, de trans­mettre cette pas­sion à leur cercle d’amies pour mo­ti­ver de nou­velles pra­ti­quantes. C’est en­semble qu’on par­vien­dra à fé­mi­ni­ser la dis­ci­pline, pour que de­main, de plus en plus de na­nas chal­lengent au quo­ti­dien ces mes­sieurs sur les sen­tiers !

© Da­mien Ros­so

© Da­mien Ros­so

Re­trou­vez Lu­cy Paltz sur : Ins­ta­gram > @lu­cy­paltz Fa­ce­book > @Gra­vi­tyLa­dies

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.