Vélo Tout Terrain

Evasion : l’Etat de Washington

- Texte : Transition - Photos : Olivier Parish

Pour cette nouvelle évasion, nous partons en compagnie de Kevin et Kyle, les deux boss de la marque Transition, en direction des Iles San Juan, de l’autre côté de la Baie Bellingham, là où l’entreprise est installée. Là-bas, il y a toujours des parcours à découvrir, même quand la neige recouvre les sentiers de l’Etat de Washington.

Nous voilà partis pour Bellingham, dans l’Etat de Washington. Située au sud de la frontière entre le Canada et les Etats-Unis, c’est la principale ville de la baie qui porte le même nom.

Entourée de sentiers incroyable­s, jouissant d’un climat assez doux pour rouler (presque) toute l'année, elle accueille les bureaux de plusieurs grandes marques de VTT. C’est le cas de Transition. Fondée en 2001 par Kevin Menard et Kyle Young, les locaux de l’entreprise se trouvent à deux pas de Galbraith Mountain, un spot bien connu des vététistes de la région. Mais l’hiver particuliè­rement généreux en neige de cette année a bloqué une partie des sentiers sur lesquels les deux patrons de la marque Transition ont l’habitude de se rendre pour décompress­er après une bonne journée de boulot. Une malédictio­n ? Pas du tout, bien au contraire ! Privés de leur spot habituel, ils sont partis à la découverte d’un tout nouveau terrain de jeu, bien plus intimiste, de l’autre côté de la baie, où le climat est encore plus doux.

De l’effort pour une bonne dose de réconfort

Pour s’y rendre, une petite traversée en bateau s’impose. Le temps de passer un coup de fil à Matt Hardin, capitaine du Targa Boats et ami des deux compères, et les voilà à bord pour rejoindre les Iles San Juan plus à l’ouest dans le Pacific pour une escapade à la journée. Kevin et Kyle se régalent déjà à l’idée de passer cette journée sur leur Sentinelle alors que cela fait plusieurs semaines qu’ils n’ont pas pu s’offrir une sortie à VTT pour cause de neige sur les sentiers. Les VTT chargés à bord du bateau, ils quittent donc le port en direction d’Orcas Island, l’île la plus vaste de l’archipel. Elle a la réputation d’être un petit endroit magique. Une petite demi-heure suffit pour atteindre la destinatio­n et, une fois le bateau à quai, nos deux compères ne perdent pas une minute. Les VTT à peine débarqués, la session débute. Il ne faut que quelques tours de manivelles à Kevin et Kyle pour trouver les sentiers et

entamer l’ascension en direction du Mont Constituti­on. Trop pressés d’aller rouler, ils ne se sont pas renseignés sur ce qui les attendait et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette montée les a bien surpris. Ça grimpe ! Rien d’insurmonta­ble, mais les boutades et longues discussion­s cèdent progressiv­ement la place à des phrases courtes placées entre deux souffles. Une fois au sommet, ils découvrent une vue exceptionn­elle sur le Mont Baker et sur la région de Bellingham. Chacun y va de sa petite anecdote. Nous avons tous quelque chose à raconter lorsqu’il s’agit de reprendre son souffle !

Les sentiers bien entretenus offrent un maximum de plaisir

La pause terminée, place à la descente. Les gâchettes actionnent les tiges de selle en position basse, trois coups de pédales pour lancer les vélos et c’est parti. Sur les hauteurs, il reste quelques névés, mais rien à voir avec ce que l’on trouve sur le continent encore tout blanc. C’est largement roulable. Une première partie naturelle longe la crête. Un virage par-ci, un saut par-là. La terre meuble et humide offre un grip parfait. Une mise en jambe idéale avant de plonger dans une trace plus engagée. Le rythme s’accélère sur cette deuxième partie plus artificiel­le. Loin des pistes que l’on peut retrouver en station, il est cependant évident que le sentier a été travaillé. Un appel à droite, un virage relevé qui plonge à gauche, puis un step down sur un gros rocher encore glissant. Les obstacles s’enchaînent sans mauvaises

LES OBSTACLES S’ENCHAÎNENT. TOUT EST ENTRETENU AUX PETITS OIGNONS. PAS DE DOUTE, NOUS NE SOMMES PAS TRÈS LOIN DU CANADA !

surprises. Tout est entretenu aux petits oignons. Pas de doute, nous ne sommes pas très loin du Canada ! Plus bas, la forêt se densifie. Les grands arbres et la proximité avec l’océan créent une ambiance particuliè­re à la luminosité faible. Dans ce paysage sombre, la mousse qui recouvre quasiment tous les éléments naturels ressort vert fluo. Dans le silence environnan­t, on entend les petits cris de nos pilotes qui semblent aux anges. Ils ont retrouvé leurs petits éclats de rire laissés à la montée. Aucune ligne droite, tout est optimisé. Le moindre mouvement de terrain est exploité pour que toutes les personnes qui passent à VTT en profitent.

De retour au niveau de la mer, de grands sourires illuminent les visages de nos acolytes. Ils rejoignent le Targa Boats où Matt les attend. Une fois les vélos et les pilotes remontés à bord, il est temps de se remémorer les meilleurs passages de la journée, de l’un puis de l’autre. C’est aussi l’occasion de parler des vélos car, vous vous en doutez certaineme­nt, ce genre de sortie est aussi un moyen de tester et retester les montures qu’ils proposent.

Rouler régulièrem­ent pour rester connecté avec la communauté des vététistes

Pour cette escapade, ils ont embarqué le même vélo, un Sentinelle en 29 pouces au débattemen­t compris entre 150 millimètre­s pour l’avant et 160 millimètre­s pour l’arrière. A leurs yeux, c’est le vélo parfait pour des sorties comme celle-ci, lorsqu’on ne sait pas trop à quoi s’attendre en ce qui concerne la nature des pistes. Avec ce type de vélo, on peut enchaîner sans peine les portions techniques, les sections roulantes et rapides et les succession­s de bosses. Pas de doute, cette petite évasion a rappelé à Kevin et Kyle pourquoi ils travaillen­t autant. Ils ont la chance de concevoir des outils capables de nous libérer temporaire­ment et de procurer des sensations essentiell­es au bien-être des riders. Quand on leur demande pourquoi ils se sont lancés dans l’aventure de l’entreprene­uriat en créant leur marque de vélo, la réponse est unanime : « Nous construiso­ns des vélos et aussi des amitiés au sein de la communauté des vététistes depuis près de 20 ans. Et pourtant, nous avons l’impression que c’était hier que nous expédions nos premiers vélos depuis le sous-sol (miteux) de Kevin. Nous sommes ravis de voir où nous en sommes aujourd’hui et comment nous avons évolué en tant qu’entreprise. Nous avons toujours eu à coeur de rester connectés avec nos clients, d’être une entreprise ouverte et transparen­te qui accueille tout le monde. Nous nous sommes lancés dans cette aventure pour les amitiés qui en découlent, et la création d'un lieu de travail unique. Oui, nous sommes un peu plus gros maintenant, mais la philosophi­e n'a jamais changé. Nous tenons à remercier toute la communauté VTT pour tout l'amour et le soutien que nous avons reçu au fil des ans et nous avons hâte de vous voir sur les sentiers. »

Les deux propriétai­res de la marque sont passionnés de vélos, de la communauté en général et aussi de leur région. Chaque session est un petit voyage dans le temps, un rappel de ce qui les pousse à donner leur maximum pour ce sport qu’ils adorent. Et quand tout semble s’emballer et qu’il est important de retrouver un peu de sérénité, il suffit de « traverser la baie » pour trouver un nouveau coin à explorer. ■

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France