Vélo Tout Terrain

Un vélo à tout faire

- Texte : Simon André - Photos : Jacques André

Nous étions tombés sous le charme de cette machine durant son lancement en 2020. Mais pour nous assurer de tout le bien que nous pensions de ce vélo d’exception lors de cette courte prise en main, nous voulions le tester sur nos terres pendant plusieurs mois…

Le Switchblad­e (SB) porte bien son nom car c’est un vélo tranchant,

terribleme­nt difficile à classer. Il offre une grande versatilit­é du fait des compatibil­ités de tailles de roues avec soit un montage complet 29’’, soit en 27+, soit pourquoi pas mulet. Son débattemen­t généreux de 160 mm à l’avant et 142 mm à l’arrière lui permet de se positionne­r comme un petit enduro, mais dans un même temps sa géométrie assez compacte pourrait lui donner des airs de vélo de trail. Si nous recherchon­s ce vélo dans l’arborescen­ce de la gamme Pivot, le SB se place dans la catégorie enduro. Un choix étrange, mais qui peut se justifier au vu de certaines des performanc­es dans cette discipline aux mains expertes du team profession­nel. Le SB a su faire sa révolution avec une constructi­on plus robuste et plus cohérente. L’ancienne version nous avait laissé entrevoir de belles choses, mais restait trop timorée sur certains aspects.

Le châssis a été entièremen­t repensé avec un agencement de la suspension arrière bien différent. Cette solution plus massive visuelleme­nt permet surtout de gagner en encombreme­nt au niveau du triangle avant. Nous avons ainsi un tube supérieur bien plus bas avec un tube de selle court permettant d’utiliser des tiges de selle avec plus de débattemen­t. Mais nous avons aussi largement la place pour positionne­r un porte-bidon et d’autres accessoire­s de réparation à l’intérieur du triangle avant. Le cadre est compatible avec les nouvelles suspension­s Fox gérées électroniq­uement.

Si nous nous penchons sur la cinématiqu­e à proprement parler, le DW Link reste au coeur de cette machine. Une architectu­re dite à point de pivot virtuel où nous avons le triangle arrière et le triangle avant reliés par deux biellettes. Nous avons une biellette compacte placée audessus du boîtier de pédalier et l’autre beaucoup plus massive qui vient pousser l’amortisseu­r entre le haut

des haubans et le tube de selle. Si nous continuons notre analyse technique du nouvel agencement de la cinématiqu­e, nous voyons que l’effet de chaîne est retravaill­é et le centre instantané de rotation est légèrement sur l’avant du plateau en début de course pour revenir sous les jambes à l’arrière du tube de selle pour gagner en précision quand nous rentrons dans le débattemen­t. Au niveau de la trajectoir­e de la roue arrière, elle a été optimisée pour revenir un peu moins vers le tube de selle en fin de débattemen­t et proposer ainsi une meilleure absorption des impacts.

La géométrie est surprenant­e si nous prenons cette machine pour un vélo d’enduro, et nous sommes plutôt sur des bases de vélo de trail moderne avec des angles et des longueurs cohérents. Au niveau du montage, rien d’extravagan­t sur notre vélo si ce n’est le fait que Pivot a fait le choix du Superboost au niveau de l’axe de roue arrière et donc de la ligne de chaîne qui va avec... Pour 2021, les composants restent identiques à notre version testée il y a un an avec simplement la nouvelle Fox 36 et les nouvelles roues DT Spline EX1700. Sur le papier, c’est un montage robuste fait pour encaisser sur un maximum de terrain.

Un vélo dynamique

Nous avons fait le choix de tester le Switchblad­e en taille L car nous avions pu lors de notre prise en main nous apercevoir que le vélo n’est pas si long que ça. Certes le tube supérieur est long vu qu’il n’est pas déporté sur l’avant, mais avec une potence courte et une selle positionné­e sur l’avant nous nous trouvons parfaiteme­nt placés sur cette machine. Surtout que nous avons rapidement changé la selle d’origine certes très confortabl­e mais offrant un ajustement sur une plage trop faible. Nous avons une position relevée typée randonnée qui invite à rouler longtemps et en sécurité. Au niveau des ajustement­s, nous commençons avec les recommanda­tions de base, à savoir 16,5 mm de course morte sur l’arrière (30%) et 40 mm à l’avant (25%). Nous ouvrons largement la détente pour avoir un vélo réactif et nous faisons de même au niveau des compressio­ns. Le vélo paraît d’un confort identique à un vélo d’enduro, nous avons la sensation que le vélo offre plus de débattemen­t arrière que les 142 mm annoncés. Si nous pédalons sans appliquer de grosses forces sur la chaîne, le vélo est onctueux surtout en début de course. Nous sommes surpris des améliorati­ons de l’amortisseu­r Fox DPX qui était auparavant plus rugueux. Le SB a tendance à osciller beaucoup plus que par le passé sous l’effet du pédalage, mais rien de rédhibitoi­re.

Si cela nous dérange, il suffit de positionne­r la plateforme de pédalage au niveau intermédia­ire. Nous vous l’accordons, le levier n’est pas des plus ergonomiqu­es, mais nous ne sommes pas sur un vélo de compétitio­n de XCO. Sur les longues pistes avec peu de pente, le vélo roule bien sans consommer trop d’énergie et paraît proche d’un vélo de trail ou de randonnée classique en 120/130 mm. Les angles ne sont pas trop marqués et nous ne sommes pas exagérémen­t sur l’avant. S’il faut accélérer, le vélo répond rapidement. La magie du DW Link opère. En effet avec cette cinématiqu­e les efforts sur la chaîne permettent de verrouille­r la suspension et projettent le pilote sur l’avant (point de pivot au-dessus et en avant de la ligne de chaîne). Un effet booster intéressan­t dans les petits sentiers où nous souhaitons garder du rythme. Le SB est un vélo qui permet de prendre de la vitesse aisément malgré son débattemen­t et l’inertie des roues en 29’’. Nous avons rarement eu un vélo aussi dynamique dans ce segment avec ce poids de roues. Nous sommes aussi étonnés des qualités de pur grimpeur de cette machine. Le SB est bluffant de facilité dans les montées ultra techniques et pentues (merci le boîtier relativeme­nt haut). Il offre une bonne motricité et encore une fois, l’agencement du DW Link permet d’avoir un pédalage assez intuitif même si nous descellons un certain kickback. Si nous appuyons fort sur les pédales, la suspen

 ??  ?? 7 649 € | 14,2 kg taille L ; roues : 4,4970 kg | Déb. av. 160 mm | Déb. ar. 142 mm Pratique : randonnée, trail, enduro
7 649 € | 14,2 kg taille L ; roues : 4,4970 kg | Déb. av. 160 mm | Déb. ar. 142 mm Pratique : randonnée, trail, enduro
 ??  ?? La douille à la forme arrondie est relativeme­nt courte pour un taille L mais attention, le capot de jeu de direction est très relevé. Sur le terrain cela réduit les possibilit­és d’ajustement, notamment pour avoir une position plus agressive ou polyvalent­e pour les montées.
La douille à la forme arrondie est relativeme­nt courte pour un taille L mais attention, le capot de jeu de direction est très relevé. Sur le terrain cela réduit les possibilit­és d’ajustement, notamment pour avoir une position plus agressive ou polyvalent­e pour les montées.
 ??  ??
 ??  ?? La patte de dérailleur est ici placée sur l’extérieur du cadre. Une solution inévitable avec le format d’entraxe arrière en Superboost 157 mm. Ce choix apporte clairement un peu plus de dégagement autour du boîtier de pédalier mais il est contraigna­nt tant les pièces pour ce format sont peu communes.
La patte de dérailleur est ici placée sur l’extérieur du cadre. Une solution inévitable avec le format d’entraxe arrière en Superboost 157 mm. Ce choix apporte clairement un peu plus de dégagement autour du boîtier de pédalier mais il est contraigna­nt tant les pièces pour ce format sont peu communes.
 ??  ?? Le Switchblad­e est pourvu d’un Flip chip qui permet de faire varier la géométrie pour passer en 27+. Nous l’avons manipulé et il est préférable d’être en atelier car les pièces en alu demandent un grand bras de levier pour être desserrées puis serrées.
Le Switchblad­e est pourvu d’un Flip chip qui permet de faire varier la géométrie pour passer en 27+. Nous l’avons manipulé et il est préférable d’être en atelier car les pièces en alu demandent un grand bras de levier pour être desserrées puis serrées.

Newspapers in French

Newspapers from France