Vous pren­drez bien un bain de fo­rêt ?

Les sta­tis­tiques scien­ti­fiques sont claires : le pou­voir thé­ra­peu­tique des arbres sur l’homme est au­jourd’hui dé­mon­tré… et il est sur­puis­sant !

Vie Pratique Féminin - - VERTEMENT BELLE - PAR ÉLO­DIE DECLERCK

Au­près de mon arbre… « je vi­vais heu­reux », chan­tait Bras­sens. Il ne croyait pas si bien dire ! Toutes les ré­centes études cli­niques le dé­montrent, le pou­voir des arbres et des fo­rêts est ex­tra­or­di­naire sur notre san­té phy­sique et men­tale : dia­bète, stress, dé­pres­sion, ten­sion ar­té­rielle, asthme et même can­cer… On n’at­tend plus, on plonge !

LA SYL­VO­THÉ­RA­PIE, C’EST QUOI ?

Le Shin­rin-yo­ku est of­fi­ciel­le­ment re­con­nu comme mé­thode de san­té de­puis 1982 au Ja­pon. Cette im­mer­sion en pleine na­ture, ap­pe­lée « syl­vo­thé­ra­pie » chez nous, per­met de se res­sour­cer, à la fois phy­si­que­ment et émo­tion­nel­le­ment, au contact des arbres. La mé­thode part du prin­cipe que ceux-ci com­mu­niquent avec toute forme de vie (vé­gé­taux, ani­maux et hommes !), à la­quelle ils dif­fusent de l’éner­gie. Com­ment ? Grâce aux ter­pènes qu’ils émettent dans l’air ! Invisibles, ces mo­lé­cules vo­la­tiles odo­rantes pos­sèdent des ac­tions an­ti-in­flam­ma­toires, neu­ro­pro­tec­trices et an­ti-can­cé­reuses au­jourd’hui re­con­nues.

COM­MENT ON FAIT ?

« Le bain de fo­rêt consiste à mar­cher très len­te­ment dans les bois, à res­pi­rer pro­fon­dé­ment, et à uti­li­ser tous nos sens pour ac­cueillir les cadeaux que la fo­rêt nous offre, comme les sons, les odeurs, les pay­sages et les éner­gies uniques que nous per­ce­vons. Nous met­tons ain­si notre corps et notre es­prit dans un état de calme et de détente », ex­plique M. Amos Clif­ford, fon­da­teur de L’AFNT, as­so­cia­tion qui prône l’in­té­gra­tion de la syl­vo­thé­ra­pie dans les soins de san­té et l’édu­ca­tion.

DES BIEN­FAITS CONCRETS ET TANGIBLES

Dé­jà, en 1984, le cher­cheur Ro­ger Ul­rich dé­mon­trait dans la pres­ti­gieuse re­vue Science que les pa­tients hos­pi­ta­li­sés qui avaient vue sur la na­ture avaient moins be­soin d’an­ti­dou­leurs et gué­ris­saient plus vite. Se­lon Cle­mens G. Ar­vay, bio­lo­giste

au­tri­chien, les sta­tis­tiques mé­di­cales sont au­jourd’hui for­melles : « Après une jour­née en fo­rêt, le corps hu­main pro­duit 30 % de cel­lules im­mu­ni­taires en plus. En deux jours, il en pro­duit 50 % de plus, et qui sont 50 % plus ef­fi­caces. Des tests cli­niques ont dé­mon­tré l’ef­fet cu­ra­tif des arbres sur de nom­breuses ma­la­dies telles que le can­cer ou le dia­bète, entre autres. » An­tis­tress, fa­ci­li­tant le som­meil et la concen­tra­tion, fai­sant bais­ser la ten­sion ar­té­rielle… la syl­vo­thé­ra­pie est un mé­di­ca­ment on ne peut plus na­tu­rel… et gra­tuit !

UN JAR­DIN CU­RA­TIF CHEZ SOI

Sa­chez que toutes les plantes (même po­ta­gères), les buis­sons et les arbres li­bèrent des sub­stances vé­gé­tales bé­né­fiques dans l’air. Pour un jar­din an­ti-can­cer, mi­sez sur les co­ni­fères (cèdre, cy­près, pin et sa­pin) car ce sont ceux qui li­bèrent le plus de ter­pènes. Viennent en­suite les feuillus (hêtre, chêne, bou­leau, noi­se­tier). Si vous avez peu de place, pen­sez aux pe­tites es­pèces (pin des mon­tagnes, pin nain, ge­né­vrier, épi­céa nain, charme et noi­se­tier à tailler), ce­la fonc­tionne aus­si !

Le contact di­rect des arbres, en fo­rêt, dans un parc boi­sé voi­sin ou même dans votre jar­din, a des ef­fets po­si­tifs me­su­rables sur le mieux-être.

Près de Bor­deaux, Les Sources de Cau­da­lie pro­posent un sa­me­di par mois une pa­ren­thèse de syl­vo­thé­ra­pie en com­pa­gnie de Jo­sé Le Piez, ar­bo­riste, et Pa­tri­cia Cha­te­lain, mu­si­cienne-plas­ti­cienne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.