4 cures à suivre au long cours

Sans sucre, sans glu­ten, sans lac­tose et aci­do-ba­sique : voi­ci quatre cures dont on nous vante sou­vent les bien­faits – et à rai­son –, à suivre sur le long terme ! Ex­pli­ca­tions.

Vie Pratique Féminin - - SOMMAIRE - PAR LISE LAFAURIE

POUR UNE DÉ­TOX COM­PLÈTE BYE BYE LE SUCRE

Le sucre est ac­cu­sé de bien des maux : sur­poids, dia­bète, fa­tigue, vieillis­se­ment pré­ma­tu­ré… Faut-il donc le ban­nir de notre ali­men­ta­tion ? Non, pas to­ta­le­ment. L’idée est de sup­pri­mer les sucres raf­fi­nés et les pro­duits su­crés : sucre blanc, confi­tures, su­cre­ries, bon­bons, miel, mais aus­si tous les plats du com­merce qui contiennen­t du glu­cose (sauces, pain de mie, de nom­breux plats cui­si­nés…). Pour les accros, il faut au moins

6 se­maines de ce ré­gime pour se « dés­in­toxi­quer » du sucre, et il est re­com­man­dé de le suivre plu­sieurs mois pour en res­sen­tir les bien­faits.

POUR MIEUX DI­GÉ­RER LE GLU­TEN FREE

Pas be­soin d’être diag­nos­ti­qué in­to­lé­rant au glu­ten pour ar­rê­ter d’en man­ger. Si le glu­ten an­ces­tral n’est pas mau­vais pour un non-in­to­lé­rant, il a été mo­di­fié au fil des dé­cen­nies pour des rai­sons éco­no­miques. C’est ce glu­ten mo­derne qui cause des troubles di­ges­tifs. Alors on sup­prime le blé, le seigle, l’avoine (qui ne contient pas de glu­ten mais qui risque d’être conta­mi­née au mo­ment de sa pro­duc­tion) et l’orge, mais aus­si les plats pré­pa­rés dans les­quels du glu­ten est ajou­té comme agent de tex­ture. On ré­ha­bi­lite le riz, le qui­noa, les lé­gumes secs et, bien sûr, les fruits, lé­gumes frais et pois­sons, pour une ali­men­ta­tion plus saine.

POUR UN VENTRE PLAT ON OSE LE SANS LAC­TOSE

Le lac­tose est le sucre conte­nu dans le lait, que l’on trouve donc dans de nom­breux dé­ri­vés des pro­duits lai­tiers. La cure sans lac­tose peut s’avé­rer pré­cieuse pour mettre le doigt sur un de ces maux aux consé­quences par­fois très pé­nibles : troubles di­ges­tifs, fla­tu­lences, diar­rhées… La so­lu­tion est simple : rem­pla­cer le lait et les pro­duits lai­tiers frais par leurs sub­sti­tuts vé­gé­taux : lait de riz, d’amande, d’avoine, de noi­sette… à choi­sir de pré­fé­rence en­ri­chis en cal­cium.

POUR MON ÉQUI­LIBRE BA­SIQUE AVANT TOUT !

Pour ré­ta­blir l’équi­libre aci­do-ba­sique de notre or­ga­nisme, il est pri­mor­dial de faire la part belle aux ali­ments ba­siques, qui doivent idéa­le­ment cor­res­pondre à 70 % de notre ali­men­ta­tion, contre 30 % d’ali­ments acides seu­le­ment. At­ten­tion, les ali­ments acides ne sont pas ceux que l’on pense, car leur goût n’y est pour rien ! Cô­té ali­ments ba­siques, nous trou­vons es­sen­tiel­le­ment les fruits et les lé­gumes (as­perge, me­lon, avo­cat, amandes, épi­nards, pommes de terre…). Du cô­té acide, ce sont es­sen­tiel­le­ment les viandes, pois­sons, cé­réales et pro­duits su­crés.

Le stress, le manque d’ac­ti­vi­té phy­sique, une ali­men­ta­tion riche en graisses et en sucres se­raient à l’ori­gine d’une aci­di­fi­ca­tion de notre or­ga­nisme, cause de bien des maux : fa­tigue, dou­leurs ar­ti­cu­laires, prise de poids…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.